Les Reflets (tabac, presse, loto, métro)

Enseignes en néon.

Notice

Adepte de l’emprunt et du détournement, Franck Scurti capte dans l’actualité et la vie quotidienne ce qui sera bientôt transformé par l’action de son regard. Inspiré par la culture urbaine, il fonde en référence à la musique rap un label intitulé « street credibility », qui sonne comme un mot d’ordre : la crédibilité vient de la rue. L’artiste réalise une dizaine de « Reflets », dont cet ensemble de quatre enseignes lumineuses commerciales, pour l’exposition Les Points du jour organisée autour du chantier du tramway parisien. L’artiste a fait un repérage photographique sur le lieu d’implantation des enseignes à la porte d’Ivry, en a dessiné de nouvelles signalant la vente de tabac, de presse, de tickets de loto et de titres de transport RATP, et a commandé leur fabrication à un spécialiste. Elles ont été positionnées à un angle : côté boulevard Massena, il y a les véritables, celles qui ont servi de modèle au-dessus du bar-tabac L’Arche 13 ; de l’autre côté, avenue d’Ivry, leurs « Reflets ». Ces enseignes à taille réelle ont la particularité d’être déformées et inversées, comme vues dans une flaque d’eau, créant un trouble de la perception d’allure baroque. Leur rencontre, au tournant d’une rue, introduit la surprise et le bizarre dans notre quotidien. Ce sont des œuvres « autonomes », c’est-à-dire exposables dans la rue comme dans un musée. Franck Scurti repère avec acuité ce qu’il pourra utiliser, à l’occasion. Il manifeste un intérêt particulier pour les formes graphiques de la publicité, connues et comprises par tous. La transformation de ces signes par l’artiste se joue de notre regard et de ses habitudes avec humour. « Prendre quelque chose de tout fait, c’est d’une certaine façon accepter le monde tel qu’il est. Le rôle d’un artiste pour moi, c’est plutôt de transformer le monde, sans acte démiurgique et sans jouer au virtuose. »

I. L.