MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Kimsooja

1998
Impression vibrachrome contrecollée sur plexiglas, 212,3 x 125,3 cm, édition 4/5 + 2 EA.
Photo © Marc Domage.
Collection MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.

Un corps, faisant face au regardeur, est enseveli sous une multitude de couvre-lits colorés et brodés. Malgré cette accumulation des tissus, sa présence est manifeste. Une rencontre (« encounter ») s’opère entre le corps présumé de l’artiste, dissimulé sous les étoffes, et celui qui l’observe. Mais il s’agit également d’une confrontation de ce même corps avec la matière, une plongée à l’intérieur même de ces tissus, broderies et des gestes qu’ils contiennent en creux : coudre (« sewing »), nouer, lier, envelopper, cacher, protéger.
Après avoir étudié la peinture, Kimsooja découvre la broderie et les bottari, tissus traditionnels de dessus-de-lit. Dans la tradition coréenne, les bottari accompagnent les moments fondateurs ou initiatiques de la vie : de l’amour à l’enfantement, du repos à la mort. L’artiste réalise des sculptures, des performances et des vidéos qui questionnent la place de la femme dans la société à travers l’activité de la couture. Mettant ici son propre corps en jeu comme sujet et support de son œuvre, elle rejoint dans ses préoccupations des performeuses telles que Yoko Ono (née en 1933) et son Cut Piece (1964) ou Gina Pane (1935-199O), grande figure de l’Art corporel.

Un corps, faisant face au regardeur, est enseveli sous une multitude de couvre-lits colorés et brodés. Malgré cette accumulation des tissus, sa présence est manifeste. Une rencontre (« encounter ») s’opère entre le corps présumé de l’artiste, dissimulé sous les étoffes, et celui qui l’observe. Mais il s’agit également d’une confrontation de ce même corps avec la matière, une plongée à l’intérieur même de ces tissus, broderies et des gestes qu’ils contiennent en creux : coudre (« sewing »), nouer, lier, envelopper, cacher, protéger.
Après avoir étudié la peinture, Kimsooja découvre la broderie et les bottari, tissus traditionnels de dessus-de-lit. Dans la tradition coréenne, les bottari accompagnent les moments fondateurs ou initiatiques de la vie : de l’amour à l’enfantement, du repos à la mort. L’artiste réalise des sculptures, des performances et des vidéos qui questionnent la place de la femme dans la société à travers l’activité de la couture. Mettant ici son propre corps en jeu comme sujet et support de son œuvre, elle rejoint dans ses préoccupations des performeuses telles que Yoko Ono (née en 1933) et son Cut Piece (1964) ou Gina Pane (1935-199O), grande figure de l’Art corporel.