Stardust ou la dernière frontière

exposition collective
5 octobre 2007-13 janvier 2008
vernissage jeudi 4 octobre 2007 à 17h

Le titre « Stardust », poussière d’étoile, fait référence à la fois à David Bowie, à l’époque où il prenait le masque de Ziggy Stardust, et tout simplement à l’espace. Poussière d’étoile, c’est cette petite trace lumineuse qui nous vient de cet espace insensé, méconnu tant exploré, abondamment rêvé.

Mot du commissaire de l’exposition

Cieux, planètes, étoiles, voie lactée, constellations, comètes, satellites, supernovæ, big bang, trous noirs, espace-temps, fusées, astronautes… seront les éléments d’un paysage où évoluera une figure singulière.

Hétéronyme encombrant du David Bowie Glam Rock, Ziggy Stardust est un personnage fascinant de la pop culture. Fiction totale, cet extraterrestre, homme venu des étoiles, personnage masqué, double de l’alter ego, il condense la schizophrénie essentielle sur laquelle se fonde la figure du Chanteur. Qui parle quand Ziggy chante ? qui est le sujet ? David Robert Jones, David Bowie, Ziggy Stardust ? Tentant une description de l’Ailleurs, c’est à une réflexion sur la place de l’homme dans l’univers, la condition humaine que conviera cette exposition collective.

Il y sera question de fiction, d’artifices, de fabrique de l’image. Mais aussi de pouvoir, de conquête, de colonialisme, d’identité…
De fascination, de méditation.
De mystère.
D’inimaginable, d’éphémère.
D’inconnu et d’incommensurable.

Frank Lamy

Petit Journal
Télécharger en version pdf
PDF - 270.6 ko
Télécharger

Présentation

Le titre « Stardust », poussière d’étoile, fait référence à la fois à David Bowie, à l’époque où il prenait le masque de Ziggy Stardust, et tout simplement à l’espace.

Edito

Le 4 octobre 2007, le MAC VAL inaugure à Vitry-sur-Seine l’exposition « Stardust ou la dernière frontière », une exposition des représentations du ciel, des astres… sur l’idée de soi et de l’ailleurs.

Avec son exposition de la rentrée « Stardust ou la dernière frontière » (du 5 octobre au 13 janvier 2008), le mac/val propose un voyage dans l’espace qui, au travers de l’imaginaire d’une quarantaine d’artistes, devient « miroir du monde ».

En parfaite résonance avec l’accrochage de la collection du musée, sous l’intitulé « être présent au monde », cette proposition des deux commissaires, Alexia Fabre (conservateur en chef du musée) et Frank Lamy (chargé des expositions temporaires) réunit une centaine d’œuvres qui invitent à regarder « au-delà » pour sans doute mieux « revenir à soi ». « Cieux, planètes, étoiles, voie lactée, constellations, comètes, satellites, supernovæ, big bang, trous noirs, espace-temps, fusée, astronautes seront les personnages de cette saga. Tentant une description de l’Ailleurs, c’est de la condition humaine dont il est fait état. Il y est question de fiction, d’artifices, de fabrique de l’image ; mais aussi de pouvoir, de conquête, de colonialisme, d’identité… » précise Frank Lamy.

L’exposition met en scène des œuvres d’artistes de la scène française de la collection du mac/val – dont Jacques Monory, Serge Guillou, Bernard Moninot, Melik Ohanian – aux côtés d’œuvres d’artistes d’autres scènes artistiques, notamment britannique, canadienne et suisse. Jouant de l’universalité du thème, Stardust invite le public à se poser la question de sa « propre mesure », à méditer sur soi et son rapport au monde.

Malgré la gravité de certains sujets, les commissaires, soucieux de la mission du musée, ont mis volontairement l’accent sur des niveaux de lecture fort différents, allant d’une approche légère de la représentation formelle jusqu’à des questionnements métaphysiques fondamentaux.

Ils proposent au public de vivre une expérience personnelle, de l’ordre de la projection. « Le 4 octobre 1957, à Baikonour, Spoutnik 1, le premier satellite artificiel, était lancé » rappellent en souriant les deux commissaires.

Origines et désirs

Le ciel s’impose comme une évidence, magnifique et inaccessible.
De tout temps l’homme a interrogé le ciel. Aujourd’hui les astronomes sondent les confins de l’univers afin d’y lire le mystère de nos origines. Les télescopes et missions spatiales ont découvert des mondes nouveaux qui à leur tour nourrissent l’imaginaire des poètes et des artistes.

Nous nous percevons au sein d’un univers dynamique en constante évolution depuis plus d’une dizaine de milliards d’années. De la naissance et de la mort des étoiles proviennent le carbone de nos os et le fer de notre hémoglobine. Dans tous les cas, notre existence semble intimement liée au cosmos tout entier. Première génération à avoir eu le privilège de contempler la rotondité de la Terre, nous devenons responsables de cet habitat, en équilibre dans l’immensité, sans voisin immédiat à qui demander du feu lorsque la chandelle est morte ! Serions-nous vraiment seuls dans l’univers ?

Parmi les domaines les plus excitants du 21e siècle figure la recherche de planètes habitées autour d’autres étoiles.

Solidairement ancrés sur la Terre, n’enterrons pas définitivement le ciel. L’homme ne se résout jamais à considérer son extrême petitesse comme un obstacle. Il en sort grandi à chaque fois qu’il remet lui aussi sur la toile son œuvre provisoire qui tout comme l’artiste concentre toutes les vérités dans la moindre parcelle de sa palette.

Daniel Kunth
Astronome, Directeur de recherche au CNRS
(auteur invité du catalogue de l’exposition « Stardust ou la dernière frontière »)

PDF - 1 Mo
Télécharger
cqfd
Télécharger la version PDF
PDF - 709.6 ko
Télécharger

Vues d’exposition

JPEG - 168.8 ko
JPEG - 234.1 ko
JPEG - 163.2 ko
JPEG - 208.6 ko

Œuvres

Artistes de l’exposition

Guy Allott
Renaud Auguste-Dormeuil
Nicolas Baier
Gilles Barbier
Neal Beggs
Davide Bertocchi
Pascal Broccolichi
Etienne Chambaud
Claude Closky
Tony Cragg
Julien Discrit
Erró
Sylvie Fleury
Claude Gassian
Trevor Gould
Serge Guillou
Andreas Gursky
Vincent Lamouroux
Roberto Martinez
Philippe Mayaux
Paul McDevitt
Jorge Méndez Blake
Aleksandra Mir
Joachim Mogarra
Bernard Moninot
Jacques Monory
Olivier Mosset
Nicolas Moulin
Melik Ohanian
Roman Ondák
Bruno Peinado
Didier Rittener
Gwen Rouvillois
Thomas Ruff
Stéphane Sautour
Yinka Shonibare MBE
Bridget Smith
Wolfgang Tillmans
James Turrell
Jean-Luc Vilmouth
Mark Wallinger
Jane & Louise Wilson
Jordan Wolfson
JPEG - 500.1 ko
JPEG - 70 ko

Bibliographie

Les ouvrages précédés d’une * ne sont pas disponibles au centre de documentation.
Cosmos : Du romantisme à l’avant-garde. Clair, Jean ; Deligeorges, Stéphane ; Metken, Günter ; [et alii].Montréal, Qc : Musée des beaux-arts deMontréal /TheMontreal Museumof Fine Arts, 1999.

Gaston Bachelard L’air et les songes, José Corti, Paris, 1943. (édition Le livre de Poche) Bruce Begout Zéropolis, Editions Allia, Paris, 2002.

Ray Bradbury Chroniques martiennes, 1950, Editions Denoël, Collection Présence du futur, Paris, 1984.

Annick Bureaud Un nouveau territoire à la (dé)mesure humaine. Art spatial : l’utopie de la réalité. In : « Art Press » n°298, février 2004, pp. 34-41.

Anne Cauquelin L’invention du paysage, PUF 2000. Gombrich, Ernst : l’essentiel, écrits sur l’art et la culture, Phaidon, 1996 ed. anglaise, 2003 ed. française.

Nikola Janovic « Biosphere 3 : art, science, fiction » in Art Press n°296, décembre 2003.

Philip K.Dick How to Build a Universe That Doesn’t Fall Apart Two Days Later, 1978.

Emmanuel Kant Analytique du sublime, Critique de la faculté de juger, 1790, Paris, Gallin, Folio Essais.

Rosalind Krauss Le Photographique, pour une théorie des écarts, Macula, Paris, 1990.

*Marc Lachieze-Ray Jean-Pierre Luminet. Figures du ciel :de l’harmonie des sphères à la conquête spatiale  : exposition de la Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac- FrançoisMitterrand, du 8 octobre 1998 au 10 janvier 1999, Paris. Paris, Seuil, Bibliothèque nationale de France, 1998. (Disponible à la bibliothèque NelsonMandela de Vitry)

Jean-François Lyotard « Qu’est-ce que le postmodernisme ? », in Critique, n°419, Paris 1982.

Alexandra Midal Tomorrow now-When Design meets Science fiction : (Exposition)Musée d’Art moderne Grand-Duc Jean, MudamLuxembourg, 25 mai au 24 septembre 2007. Luxembourg, FondationMusée d’art moderne Grand-Duc Jean, 2007 (en commande)

Alain Mousseigne La conquête de l’air. Une aventure dans l’art du XXe siècle. Exposition, Les Abattoirs, Toulouse, 12 novembre 2002-2 février 2003. Milan, 5 Continents, 2002.

*Jean-Paul Pigeat (dir.) Au temps de l’espace : Centre de création industrielle, Centre Georges Pompidou, 18 mai-12 septembre 1983. Paris, Centre Georges Pompidou, 1983.

*Pierre Poix Ils ont rêvé l’espace. De Plutarque au Space Art. Paris, Hatier, 1992. Dans le champ des étoiles, les photographies et le ciel, 1850-2000. Paris, Réunion deMusées Nationaux, 2000 « Festival@rt Outsiders 2003 /Anomalie Digital Art N°4 : Space Art,Orléans, HYX, 2003 ».

Philippe Rekacewicz « La carte entre art, science et politique », GNS, catalogue de l’exposition, Palais de Tokyo, Paris 2003.

Pierre Schneider Petite histoire de l’infini en peinture, éditions Hazan, 2001. BIBLIOGRAPHIE cqfd

JPEG - 681.5 ko
JPEG - 432.7 ko
JPEG - 838.6 ko
JPEG - 469 ko