Noël Dolla

Exposition monographique
Du 7 mars au 02 août 2009
Vernissage le vendredi 6 mars 2009

Avec « Léger vent de travers », le MAC VAL consacre à Noël Dolla sa première grande exposition en France, du 6 mars au 02 août 2009, à Vitry-sur-Seine. Noël Dolla est fondamentalement un franc-tireur ! C’est que l’artiste ne s’est jamais longtemps tenu à une seule manière de peindre. Le caractère expérimental de son travail, sa perpétuelle capacité de mouvement, de relance impromptue des jeux de la peinture - du chaud / froid, du clivage en abîme, du détour biographique, du retour subreptice - sont des procédés constants dans son œuvre. Pour le musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Noël Dolla articule œuvres récentes et pièces plus anciennes et donne naissance à une proposition artistique où le visiteur est convié à suivre l’itinéraire d’un peintre audacieux.

Mot du commissaire de l’exposition

Depuis plus d’une quarantaine d’années, Noël Dolla, né à Nice en 1945, se livre à une entreprise picturale des plus singulières qui soit. Son œuvre, tout autant que son enseignement à la villa Arson depuis 35 ans, font de lui un des artistes vivants les plus importants de la scène française. De nombreux exégètes se sont penchés sur son travail et il suffira de se reporter à leurs écrits pour une approche documentée de l’œuvre.

Léger vent de travers

Quelques mots portant de ce qui me semble essentiel dans le travail de Noël Dolla : Nice, la pêche, le ménager, le rebond, le masque et le leurre… Mais également la mémoire. En effet, tout l’œuvre de Dolla est un travail de mémoire, de la mémoire. Une mémoire des gestes et œuvres qui l’ont précédé. Une mémoire de l’atelier, des outils, des savoirs-faire et techniques. Et puis une remise en jeu permanente de cette mémoire, un oubli. Une amnésie. Depuis le début, l’œuvre procède par séries, reprises et enchaînements. Elle semble se déployer, écartelée ?, entre deux direction opposées en apparence : une déconstruction radicale de la peinture, de ses concepts, moyens, fins, outils, histoires… et une implication subjective, voire intime et baroque de l’artiste dans son œuvre. Il aime à rappeler qu’il navigue entre Support/Surface et Fluxus…

Le peintre (son quotidien, ses voyages, ses rencontres, ses engagements et positions politiques, ses réactions, ses énervements, ses engouements, ses déchirures, ses joies, ses tragédies, ses farces, son histoire) en tant que sujet est là, présent, partout, caché, masqué. L’exposition que lui avait consacrée le MAMCO en 2003 sous le commissariat de Christian Bernard, mettait fort pertinemment en relief la dimension pour le moins rhyzomatique de cet œuvre qui se construit par rebonds, retards, reprises.

Partant de là, « Léger vent de travers » se centrera sur ses récents développements (2002-2009) que viendront éclairer des contrepoints « historiques », des flash-backs, dans une perspective rétrospective. Au final, cette exposition réunira une centaine d’œuvres dans une scénographie imaginée pour la salle d’exposition du MAC VAL prenant en compte ses spécificités et caractéristiques. Trois trébuchets scanderont l’espace d’exposition, fonctionnant comme des modules-cerveau, où se déploieront autant de zones de mémoire que l’on pourrait classer comme suit : la mémoire de l’intime, familiale, les développements historiques de l’œuvre, la Peinture, ses enjeux théoriques et conceptuels. Bien entendu, les choses ne seront pas aussi carrées et des frottements, des résurgences, des moments d’affleurement viendront bousculer ce bel ordonnancement venant souffler un léger vent de travers.

Frank Lamy

Petit Journal
Télécharger le Petit Journal au format PDF
PDF - 446.2 ko
Télécharger

Présentation

Avec « Léger vent de travers »1, le MAC/VAL consacre à Noël Dolla sa première grande exposition en France, du 6 mars au 02 août 2009, à Vitry-sur-Seine. Noël Dolla est fondamentalement un franc tireur ! C’est que l’artiste ne s’est jamais longtemps tenu à une seule manière de peindre. Le caractère expérimental de son travail, sa perpétuelle capacité de mouvement, de relance impromptue des jeux de la peinture - du chaud / froid, du clivage en abîme, du détour biographique, du retour subreptice - sont des procédés constants dans son œuvre. Pour le musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Noël Dolla articule œuvres récentes et pièces plus anciennes et donne naissance à une proposition artistique où le visiteur est convié à suivre l’itinéraire d’un peintre audacieux.

Le MAC VAL présente la première grande exposition en France de Noël Dolla - depuis sa rétrospective au Mamco de Genève en 2003 - artiste français majeur qui explore depuis 1967 les limites de la peinture et du statut de l’artiste.
Cet artiste se déclare lui-même peintre « dans l’esprit de l’abstraction ». Il met en effet à mal les distinctions entre l’abstraction et la figuration en déplaçant avec justesse le problème de l’abstraction depuis la question du style vers celle de la méthode et du modèle.
Avec le temps, il a découvert que l’espace dans la peinture abstraite n’avait aucune direction et qu’il était par conséquent en « chute libre ». Pourtant, une constante traversait son œuvre : quelle que soit la direction qu’il choisissait, il subissait les forces de l’histoire et de la mémoire.« J’ai toujours eu l’obsession d’éviter la répétition, c’est pourquoi j’ai investi plusieurs pratiques tout en mesurant comment un geste se construit par-rapport au précédent… ».

Chez Noël Dolla, rien n’est jamais gagné d’avance. Rien n’est prévu ni prévisible. Il joue à la peinture en redéfinissant sans fin les règles de la partie. C’est sans doute ce qui donne à son travail cette déconcertante liberté, ce parfum de provocation intelligente.
L’artiste invente une abstraction populaire, flirtant avec le kitsch qui transforme en matériau artistique l’environnement le plus trivial : les serpillières, les mouchoirs, les plumes de coq, la tarlatane, les leurres… Mais les œuvres pour lesquelles il s’est fait connaître à la fin des années soixante sont en fait très éloignées de la construction caractéristique du mouvement Supports-Surfaces qui leur a donné leur contexte d’interprétation premier.
Cette utilisation de la vie comme matériau a aussi conduit Noël Dolla à travailler directement avec la nature.

Sans affirmation absolue ni velléité démonstrative, l’artiste nous pousse à nous interroger sur notre manière de regarder, nous obligeant à aborder la peinture dans une multiplicité d’espaces disponibles.
« Pour l’art, il y a deux temps, celui de la vie, de l’artiste et celui du public, du collectionneur ; qui ne se rencontrent que quand il y a le temps de l’exposition » affirme Noël Dolla. Professeur à la Villa Arson à Nice depuis 1974, Noël Dolla n’appartient à aucun groupe ou mouvement et même si il enseigne il ne prétend pas faire école.

Vient le temps de l’exposition, à l’invitation du commissaire Frank Lamy du MAC VAL, conçue autour (ou plutôt à l’intérieur) des productions les plus récentes (2002-2009) et des pièces plus anciennes, voire historiques, réunies dans trois trébuchets pensés comme des zones du cerveau, des pièges à mémoire.
Elle sera complétée par des œuvres représentatives de son travail comme « le grand leurre  » ou encore, pour les jardins, un étendoir ou une cabane de jardin ; des objets ménagers ou familiers qui réinvestissent l’histoire de la peinture, son histoire.

CQFD
Télécharger la version PDF
1,8
PDF - 1.8 Mo
Télécharger
JPEG - 504.2 ko
JPEG - 146.7 ko
JPEG - 238.5 ko
JPEG - 409.4 ko

1* Son intitulé « Léger vent de travers » n’est pas sans évoquer l’esprit de cet artiste tout autant cabot que sensible (à la fois trublion et si profondément humain) et fait allusion à une pièce de 1991 créée pour le musée de Kaohsiung en Chine.

Œuvres

Notes biographiques par l’artiste

5 Mai 1945, papa a 16 ans, maman aussi. Trois frères suivront : Claude 1947, Patrick 1957, Serge 1960.
Le père de ma mère Homère est peintre, (fresque, faux bois, faux marbre). Pépé est modeste, il peint des marines et des roses pour son plaisir. Il va souvent à la pêche au mulet. Pépé disparaît à l’aube le matin de Noël 1966.

Ce jour-la, j’ai fait voeu de peindre ou de pêcher tous les 25 décembre de ma vie. Dis Grand père, ça sert à quoi tous ces Dieux ? À rien mon enfant, ou plutôt si, à faire trembler et rêver les pauvres et à enrichir plus encore ceux qui déjà sont très riches et qui veulent prendre ou garder le pouvoir. Dis grand père, il était grand comment le plus gros poisson que tu as pris à la ligne ? Dis Grand père, le peintre en bâtiments est-il vraiment le roi du monochrome ?
Papa boit du pastis, (beaucoup.) Il est imprimeur et parfois il bricole seul, la nuit à la maison, dans le secret de son petit atelier.

Disparitions : Pépé 1966, Mémé 1976, Papa 1980, Patrick 1991, Serge 1997, Maman 2007.

1969-2003 Trois mariages Michèle, Elisabeth, Sandra.
1964 Etudiant à Nice je rencontre C.Viallat.
1966 Je suis mis à la porte de l’école.
1967 Le 14 décembre, première œuvre Etendoir, au Hall des Remises en Question (Chez Ben à Nice).
1968 Je participe à la création du groupe Supports-Surfaces.
1970 Amitiés avec R. Flexner.
1972 12 ans d’art contemporain en France 72/72, Grand Palais, Paris
Rencontre et amitié avec Bernard Lamarche -Vadel
Premiers Leurres et images de Love Song (1972/1976)
1973 J’obtiens mon DNSEP.
1974 J’enseigne à la Villa Arson à Nice.
1986 Durant leur deux mois de détention pour usage de drogue mes deux frères contractent le Sida.
Je peins la Série Tchernobyl (Peintures de borgne manchot).
1995 Série des Véritable faux bons du trésor.
Lorand Hegy organise l’Abstraction humiliée, ma première rétrospective, Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig (Autriche)
Parution de La Parole dite par un oeil, Ed. L’Harmattan.
1999 Xavier Girard me propose une rétrospective au MAMAC à Nice.
Naissance de mon fils Loupio.
2000 Premier voyage en Afrique.
2003 Christian Bernard réalise et installe ma rétrospective NON
1967-2001 au MAMCO à Genève.
2005 Aujourd’hui je vis seul.
2009 MAC VAL

JPEG - 368.2 ko
JPEG - 614 ko
JPEG - 269.1 ko
JPEG - 367 ko

Bibliographie sélective

Catalogues d’expositions personnelles

CHARPIGNY, Florence, Noël Dolla Art Ménager - Ménagez l’art, Musée de Bourgoin-Jallieu, Bourgoin-Jallieu, 2005.

CHASSEY, Éric de, OSTROW, Saul, Vir heroicus sublimis Find us /Le grand Leurre, MAMAC, Nice, 1999.

RUBINSTEIN, Raphael, PACQUEMENT, Alfred, COHEN-LEVINAS, Danielle,, Cinq silences, Homère, Un leurre, Un outil parfait, Centre d’art contemporain de Vassivière, Vassivière, Le Quartier, Centre d’art contemporain de Quimper, Quimper, Villa Steinbach art contemporain, Mulhouse, Maison Levanneur, Centre national de l’estampe et de l’art imprimé, Chatou, 1998.

HEGYI, Lorand, PERRET, Catherine, L’abstraction humiliée, Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig Vienne, 1995.

OSTROW, Saul, PERRET, Catherine, Noël Dolla – Les Silences de la fumée, CCC, Tours, Villa Arson, Nice, 1993.

BOURRIAUD, Nicolas, Noël Dolla : Supports/Surfaces & Oeuvres récentes, Galerie Montaigne, Paris, 1991

BERNARD, Christian, KIRILI, Alain, RÉOL, Jean-Marc, TIO BELLIDO, Ramon, Noël Dolla 1968-1990, Villa Arson, Nice, Galerie Gill Favre, Lyon, 1990.

LEPAGE, Jacques, LAMARCHE-VADEL, Bernard, Noël Dolla, Galerie Sapone, Nice, 1980.

Catalogues d’expositions collectives

ARDENNE, Paul, CHASSEY de, Éric, LEYDIER, Richard, La force de l’art, RMN, Paris, 2007

RUBINSTEIN, Raphael, SCOTT, Sue, Co-conspirators : Artist and Collector, the collection of James Cottrell and Joseph Lovett, Musée d’Orlando, Orlando, 2004

BESACIER, Hubert, Les horizons du paysage, invitation au parcours, Maison de la culture de Bourges, L’Office, Ecole nationale supérieure d’art de Dijon, 2003

FRÉCHURET, Maurice, Les Années 70, CAPC, Bordeaux, 2002

MOZZICONACCI, Jean-François, PEGLION, Jacqueline, Nice Movements Contemporary French Art, édition Hong Kong Museum of Art, Hong Kong, 2000

CHASSEY de, Éric, Corps Social, Editions de L’Ensba, Paris, 1999

HEGYI, Lorand, A. Balzac, S. Tamas, N. Dolla, N. Istvan, Institut Français de Budapest, 1998

ABADIE, Daniel, CHASSEY de, Éric, PIERRE, Arnauld, SEMIN, Didier, Les années Supports/Surfaces dans les collections du centre G. Pompidou, Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris, 1998, p. 24, pp. 80-89

HEGYI, Lorand, ABSTRAKT/REAL, Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig, Vienne, 1996, pp. 174 à 177

Le bel âge, Supports Surfaces, Éditions du Ministère de la Culture, Paris, 1991

FOURNET, Claude, RESTANY, Pierre, LIVINGSTONE, Marco, HAHN, Otto, CABANNE, Pierre, PINCUS-WITTEN, Robert, MILLET, Catherine, LEPAGE, Jacques, MONTICELLI, Raphaël, BIGA, Daniel, Chroniques Niçoises. Genèse d’un musée, tome 1, MAMAC, Nice, 1991

HELAINE, Anne, LEPAGE, Jacques, La fin des années 60 d’une contestation à l’autre, 1986, p. 60, pp. 90-91

LEPAGE, Jacques, Traces et Empreintes, Édition du Musée de Bar-le-Duc, 1984, p. 20

Tours Multiple 1982, Musée de la Ville de Tours, Tours, 1982, pp. 28-29 et 35-36

GARRAUD, Colette, Regarder l’Art, Centre Culturel A. Malraux, Cergy-Pontoise, 1981

HELAINE, Anne, 1968-1988, Galerie d’Art Contemporain de la Ville de Nice, Nice, 1978

CORTENOVA, Giorgio, Empirica l’arte tra addizione e sottrazione, Rimini, 1975, pp. 61-62

LAMARCHE-VADEL, Bernard, Dezeuze, Dolla, Jaccard, Pincemin, Galerie Gérald Piltzer, Paris, 1975

HONNEF, Klaus, MILLET, Catherine, Analytische Malerei, éditions Masnata, La Bertesca, Gênes, 1975

MONTICELLI, Raphaël, LEPAGE, Jacques, Dolla/Isnard/Viallat, Galerie La Bertesca, Gênes et Milan, 1974

BENEZET, Mathieu, Nouvelle Peinture en France, Saint-Etienne, Lucerne, Chambéry, Aix-la-Chapelle, Bordeaux, 1974, pp. 20-23

VIALLAT, Claude, Rencontres Internationales d’Art Contemporain, La Rochelle, 1973

MATHEY, François, VACHEY, Michel, 72 - Douze ans d’art contemporain en France, Grand Palais, Paris, 1972

ABC Productions, Cent artistes dans la ville, Montpellier, 1970

MONTICELLI, Raphaël, Environs, Tours, 1969

Articles

CORRÉARD, Stéphane, « », in Particules, 2008.

LORENT, Claude, « Expérimenter encore et toujours », in La Libre Belgique, 14 avril 2004

CHARPIGNY, Florence, « Noël Dolla », in http://www.plumart.com, 2004

PERRET, Catherine, « Noël Dolla », in Art Press, n°290, 2003, p. 74.

PIGUET, Philippe, « Noël Dolla, côté ménager », in L’œil, n°526, avril 2001

CORRÉARD, Stéphane, « Noël Dolla à la surface du leurre », in Beaux Arts, n°205, juin 2001

PRODHON, Françoise-Claire, « Ex-protagoniste de support-surface », in AD, n°12, mai 2001

BRAGANTI, Sophie, « Noël Dolla ou l’abstraction en fumée », in Verso, n°16, octobre 1999

GUÉHENNEUX, Lise, « Peinture autour du leurre », in Regards sur la création, n° 9, septembre 1999

RUBINSTEIN, Raphael, « 3 french Abstractionists », in Art In America, octobre 1998

PRODHON, Françoise-Claire, « Ex-protagoniste de support-surface », in AD, n°12, mai 2001

BRAGANTI, Sophie, « Noël Dolla ou l’abstraction en fumée », in Verso, n°16, octobre 1999

GUÉHENNEUX, Lise, « Peinture autour du leurre », in Regards sur la création, n° 9, septembre 1999

RUBINSTEIN, Raphael, « 3 french Abstractionists », in Art In America, octobre 1998

CHASSEY, Eric de, « Les silences de Noël Dolla », in L’œil, n° 500, 1988

GOLDBERG, Itzhak, « Exposition Supports/Surfaces », in Beaux Arts Magazine, n°175, décembre 1998

WAT, Pierre, « Noël Dolla artiste du mois », in Beaux Arts Magazine, n°175, décembre 1998

GNIER, P., « Dolla, de-ci de-là », in Journal des Arts, 27 mars 1998

RENEAU, Olivier, « Les hauts et les bas d’un irréductible Niçois », in Technikart, n°2, avril 1998

GUÉHENNEUX, Lise, « Noël Dolla expérimentateur bouillonnant », in L’Humanité Hebdo, n° 37, juillet 1998

DAGEN, Philippe, « Noël Dolla , le vrai, le faux et la peinture », in Le Monde, 6 février 1998

JARTON, Cyril, « La peinture générique », in Art Press, n°23, mai 1998, p. 31

PERRET, Catherine, « Noël Dolla : Chinese Ghost », in Art Press, n°198, janvier 1995

GUÉHENNEUX, Lise, « Derrière les jalousies de Noël Dolla », in Révolution, n° 665, 26 novembre 1992

RUBINSTEIN, Raphael, « Supports/Surfaces, The Painting Undone », in Art in America, novembre 1991

BENCI, Jacopo, « Noël Dolla », entretien, in International Art’s Magazine, janvier 1990

LEPAGE, Jacques, « Photos Quantiques », in Kanal n° 14, octobre 1985

NAHON, Brigitte, « Dolla maître ? », in Kanal, n° 9, mars 1985, p. 14

VERDET, André, « La queue du diable », in Kanal n° 9, mars 1985

FERRARI, Jean-Marc, « Futur Corps Passés », in Sgraffite, n° 11/12, octobre 1982, pp. 48-49

TEULON NOUAILLES, Bernard, « Des points sur les murs et à la ligne », in Pictura Edelweiss, n° 1, automne 1982, pp. 38-42

LEPAGE, Jacques, « Dolla Noël : entretien », in Magazine Provence Ligurie, n° 13, février 1980, pp. 26 et 27

FOURNET, Claude, « L’Ecole de Nice 20 ans après », in Connaissance des Arts, n° 316, juin 1978, pp. 78 à 85

LAMARCHE-VADEL, Bernard, « Les Tarlatanes de Noël Dolla », in Opus international, n° 61/62, janvier 1977, pp. 40 et 41

LAMARCHE-VADEL, Bernard, « Noël Dolla », interview, in + - 0, n° 15, décembre 1976, pp. 38-39

LAMARCHE-VADEL, Bernard, « Noël Dolla », in Art Press, n°16, février 1975, pp. 22-23

LEPAGE, Jacques, « Dolla, Isnard, Viallat », in Opus international, n° 50, mai 1974

VACHEY, Michel, « Alocco, Dolla, Viallat, Logique de l’empreinte », in Art Press, n°11, mai 1974

VACHEY, Michel, « Dolla », in Art Vivant, n° 26, janvier 1972, pp. 14-15

LEPAGE, Jacques, « Nice esquisse d’un inventaire », in Galerie Jardin des Arts, n° 112, janvier 1972

LEPAGE, Jacques, « Restructuration spatiale n° 3 », in Opus international, n° 18, juin 1970

Écrits d’artiste

DOLLA, Noël, « Le distributeur », in Art Absolument, n°19, hiver 2006/07, pp. 50-55.

DOLLA, Noël, « Peintures, exposition » in L’art contemporain et son exposition (1), L’Harmattan, Paris, 2002, pp. 13-20.

DOLLA, Noël, « Le tableau d’école ou l’heure de Noël », in Pratiques abstraites, n°16, Collège International de Philosophie, PUF, Paris, 1997, pp. 131-143.

DOLLA, Noël, La parole dite par un œil, L’Harmattan, Paris, 1995.

JPEG - 290.2 ko