« Tous, des sang-mêlés »

Exposition collective
Du 22 avril au 3 septembre 2017
Derniers jours !

« Tous, des sang-mêlés », une exposition collective qui propose d’explorer une notion tout aussi universelle que brûlante : l’identité culturelle. Cette proposition originale n’est pas sans faire écho à d’autres pistes de réflexion développées au MAC VAL depuis quelques années.

Présentation

L’identité serait en crise. Le constat semble intemporel et transhistorique. Les questions demeurent les mêmes. Qui sommes-nous ? Comment nous définissons-nous ? Par rapport à quoi ? À qui ? L’Autre ? Qu’Est-ce qui nous définit ? Qu’est-ce qui nous rassemble et nous sépare ? Comment et à partir de quels éléments se construit une identité culturelle ? Quelles représentations lui donner ? Comment en parler ?

En pleine période électorale, dans un contexte politique instable et peu rassurant, l’exposition « Tous, des sang-mêlés » interroge les problématiques inhérentes à ce que peut recouvrir l’identité culturelle. Il s’agit donc de réfléchir ensemble, de confronter nos points de vue, nos subjectivités, afin de formuler, par des choix critiques et plastiques, des constats, des interrogations, une rencontre, une conversation. L’exposition explore différentes notions, celles des territoires, des frontières, des cartes, des nations, des communautés, des appartenances, des langues, des drapeaux, des couleurs de peaux, des stéréotypes, des symboles et des traditions. Des notions qui sont chaque fois mises en perspective de l’Histoire, de son récit et de ses traductions visuelles, sonores et matérielles. Des notions qui participent et nourrissent le bien commun abordé sans amnésie ni hypocrisie.

L’exposition s’impose alors comme une réaction critique et sensible face aux discours moisis, réactionnaires, communautaristes et méprisants, des discours politiques incarnant la peur, la haine, l’exclusion et le repli. Elle réunit les œuvres de 60 artistes, français et internationaux, qui, chacun à sa manière, approche l’Histoire (personnelle et collective), la mémoire, les archives, la traduction, la fouille ou encore la réparation. À chacun.e de créer son parcours, de construire son histoire à travers une exposition protéiforme formée de photographies, de peintures, d’installations, de vidéos, de sculptures et bien d’autres mediums. Ici, pas de parcours autoritaire, pas de hiérarchie, bien au contraire, l’exposition se veut être une promenade critique, poétique et métaphorique à travers des problématiques qui à la fois enrichissent et polluent notre histoire. La cohabitation des œuvres crée des écarts, qui, selon François Jullien, sont les lieux de l’invention, de la critique et du politique. En effet, si les œuvres touchent les questions du vivre ensemble, du bien commun, de ce qui nous rassemble, elles se confrontent également à la violence de l’histoire coloniale, aux ségrégations et aux multiples exploitations.

Nous nous refusons à un propos bien-pensant, naïf ou utopique, « Tous, des sang-mêlés » prend le risque de se cogner à l’Histoire, à ses récits, à ses oublis, à ses traductions, pour mieux appréhender la situation actuelle, pour tenter de comprendre un retour au désir collectif de repli, de défense d’une identité qui serait devenue nationale. Aux tentations communautaristes, à l’universalisme, à la culpabilité ambiante et aux valeurs dangereusement moralistes, nous préférons le dialogue, le métissage, les frottements, la prospection, les différences et les croisements. Achille Mbembe écrit que « nous sommes tous des passants », des individus ou bien des groupes en mouvement. Selon nous, l’identité culturelle est une construction, un concept qui se performe. Parce qu’elle se transforme au fil des expériences, l’identité culturelle est mouvante, poreuse, créolisée. Nous sommes tous des passants, des migrants, des métis, des hybrides, des étrangers, des constructions, des êtres en Relation. Tous, des sang-mêlés.

Julie Crenn et Frank Lamy
Commissaires d’exposition

Introduction à l’exposition par les commissaires Frank Lamy et Julie Crenn

télécharger
Introduction à l’exposition par les commissaires Frank Lamy et Julie Crenn

Petit Journal

Téléchargez le Petit Journal au format PDF
PDF - 74.8 ko
Télécharger

Communiqué de presse

Dès le 22 avril 2017, le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne présente « Tous, des sang-mêlés », une exposition collective qui propose d’explorer une notion tout aussi universelle que brûlante : l’identité culturelle. Cette proposition originale n’est pas sans faire écho à d’autres pistes de réflexion développées au MAC VAL depuis quelques années.

Cette exposition s’ancre dans l’actualité pour aborder la question de l’identité culturelle au travers de visions et d’expériences d’artistes : Qu’est-ce qui nous rassemble ? Comment se construit une culture commune malgré des origines toujours différentes / diverses ? Ces interrogations, en effet, agitent le monde. Sous le patronage conjoint de l’historien français Lucien Febvre et de son ouvrage Nous sommes des sang-mêlés : Manuel d’histoire de la civilisation française (1950), ainsi que celui de Stuart Hall, père fondateur des Cultural Studies, cette exposition souligne la dimension fictionnelle de la notion d’identité culturelle. Le parcours imaginé par les commissaires est nourri de propositions soulevant des questionnements et apportant des éclairages sur ce qui nous réunit et nous distingue, sur la transmission et le devenir, sur le pouvoir et la résistance, sur l’individualité et le collectif…

Par la voix d’une soixantaine d’artistes internationaux et d’une centaine d’œuvres, les identités culturelles, nationales, sexuelles… sont autant de thèmes ici questionnés. Si tous ont l’être pour sujet, certains sont perçus comme manifestes, d’autres soulèvent le débat - souvent passionnel, résolument politique, et d’autres encore font surgir de la mémoire les traces du passé, émerger le sensible, l’expérience, l’existence même, allant de l’instinct de survie au vivre ensemble.
Les œuvres réunies abordent ces thématiques à partir de situations vécues dans une optique d’échange et de dialogue. Si l’identité culturelle est une fiction, il s’agit de voir comment les artistes l’interprètent, l’interrogent, la remettent en question…en sortant de la perspective identitaire, trop souvent réductrice.
Comment se construit-on par rapport à la langue, au territoire, à la famille, à l’Histoire et sa narration, aux stéréotypes ? L’exposition met en espace des éléments d’un terrain du commun, où les altérités se déploient ensemble et en regard les unes des autres.

Chaque visiteur peut s’approprier, à travers l’histoire, la sensibilité, la parole et l’engagement d’artistes de tous horizons, âges et nationalités, des éléments de réflexion pouvant alimenter sa propre acception de la notion « d’Identité ». Organisé au cœur même de l’exposition et pendant toute sa durée, le cycle « De quoi j’me mêle ? » propose un espace de rencontres, de discussions, de débats mais aussi de lecture ou de repos. Il s’agit de prendre le temps de penser ensemble ou dans le silence d’une réflexion solitaire, les enjeux soulevés par l’exposition et par la réalité du monde contemporain. Des voix singulières se feront entendre pour partager points de vue, expériences personnelles ou collectives. Ces rencontres, programmées par l’ensemble des personnes qui ont collaboré à la mise en œuvre de l’exposition, sont gratuites et ouvertes à tous, les dimanches 30 avril, 7 mai, 14 mai, 21 mai, 28 mai, 4 juin, 11 juin, 18 juin, 25 juin, 2 juillet, 9 juillet, 27 août et 3 septembre, à 16h.

Commissariat
Julie Crenn et Frank Lamy

Assistés de
Julien Blanpied et Ninon Duhamel

Communiqué de presse

Téléchargez au format PDF
PDF - 879.8 ko
Télécharger

Artistes

Soufiane Ababri
Mathieu Kleyebe Abonnenc
Lawrence Abu Hamdan
Adam Adach
Nirveda Alleck
Francis Alÿs
Giulia Andreani
Fayçal Baghriche
Sammy Baloji
Raphaël Barontini
Taysir Batniji
Sylvie Blocher
Martin Bureau
Ali Cherri
Claire Fontaine
Steven Cohen
Bady Dalloul
Jonathas De Andrade
Morgane Denzler
Jimmie Durham
Ninar Esber
Esther Ferrer
Karim Ghelloussi
Marco Godinho
Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
Mona Hatoum
Maryam Jafri
Katia Kameli
Jason Karaïndros
Bouchra Khalili
Kimsooja
Kapwani Kiwanga
Will Kwan
Lawrence Lemaoana
Mehryl Levisse
Violaine Lochu
Melanie Manchot
Lahouari Mohammed Bakir
Kent Monkman
Malik Nejmi
Nguyen Trinh Thi
Otobong Nkanga
Harold Offeh
Daniela Ortiz et Xose Quiroga
Alicia Paz
Adrian Piper
Présence Panchounette
Pushpamala N
Athi-Patra Ruga
Zineb Sedira
Yinka Shonibare MBE
Société Réaliste
Tsuneko Taniuchi
Erwan Venn
James Webb
Sue Williamson
Chen Zhen

Espace d’échange et de documentation réalisé par Fichtre.

Le vernissage en vidéo

Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne inaugurait sa nouvelle exposition temporaire, intitulée « Tous, des sang-mêlés », le 21 avril à Vitry-sur-Seine. Une exposition collective rassemblant une soixantaine d’artistes pour une centaine d’œuvres qui questionnent l’identité culturelle, nationale ou encore sexuelle, mais aussi l’histoire et la mémoire. A découvrir au MAC VAL jusqu’au 3 septembre 2017.

Performances/Projection

—  Performances
Samedi 20 mai

Nuit européenne des musées

- 19h, 20h, 21h, 22h et 23h
Société réaliste, Universal Anthem, 2013-2014

- 19h Esther Ferrer, Questions aux Français

- 21h
Tsuneko Taniuchi, Micro-événément n°6 bis /Fast Food / Sushi-Merguez

—  Projection
Samedi 20 mai

Nuit européenne des musées

- 20h
Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Ismyrne, 2016
Coproduction Jeu de Paume, Paris et Sharjah Art Foundation, Sharjah.
Galerie In Situ — fabienne leclerc

Œuvres

Programmation culturelle

—  Cycle « De quoi j’me mêle ? »,
autour de l’exposition collective « Tous, des sang-mêlés ».
Les dimanches du 30 avril au 3 septembre 2017, à 16h

Au cœur de l’exposition, venez découvrir un espace de rencontre, de discussions, de débat mais aussi de lecture ou de repos. Il s’agit de prendre le temps de penser ensemble ou dans le silence d’une réflexion solitaire, les enjeux soulevés par l’exposition et par la réalité du monde contemporain. Des voix singulières se feront entendre pour partager un point de vue, une expérience personnelle ou collective. Programmées par l’ensemble des personnes qui ont collaboré à la mise en œuvre de l’exposition, ces rencontres, gratuites et ouvertes à tous, se tiendront le dimanche, du 30 avril au 3 septembre 2017 à 16h.

- Dimanche 30 avril, 16h
ART IN THE JUNGLE.
Rencontre avec Antonin Heck, et Marine Medal, artiste et travailleuse sociale, membre de l’association ART IN THE JUNGLE. Depuis 2 ans Art in the Jungle est active auprès de migrants vivants à Calais. Ses membres sont essentiellement des artistes présents dans la Jungle pour animer des ateliers adultes /enfants. Ces espaces de création partagée sont le lieu d’émergence de liens et de métissages entre les immigrés, les réfugiés, leurs cultures, et le pays d’accueil.

- Dimanche 7 mai, 16h Visite et discussion avec Julie Crenn et Frank Lamy, commissaires de l’exposition.

- Dimanche 14 mai
L’ECRITURE DE L’HISTOIRE
Dialogue avec Catherine Coquio et Fouad Boussouf

Catherine Coquio est Professeur de littérature comparée à Paris 7. Fouad Boussouf est chorégraphe et fondateur de la Cie Massala.

- Dimanche 21 mai
LA VIE SOCIALE DES OBJETS. Visite inventée avec Adrien Siberchicot, artiste et conférencier.
Avec des textes de Hal Foster, Arjun Appadurai, Michel Butor, etc. Partant de l’idée que les objets, et notamment, les œuvres d’art ont une vie sociale autant que les êtres humains, la visite propose un choix de textes lus par le conférencier et les visiteurs. Cette visite-lecture, ouverte à tous, construira un parcours d’œuvres et de pratiques, questionnant la mise en scène dans le domaine des objets d’art, dans une perspective anthropologique.

Adrien Siberchicot est artiste et conférencier. A travers textes, images, vidéos et lectures, son travail invite à redéfinir le tourisme, la mise en scène et la construction du point de vue.

—  Jeune public
Samedi 20 mai, 15h

Nuit européenne des musées
« Atlas »
Atelier du livre d’artiste mené par Sophie Della Corte
Parents et enfants à partir de 5 ans
Renseignements et inscription :
cdm.macval@macval.fr ou 01 43 91 14 64

- Dimanche 28 mai
VOYAGE EN ESPERANTO LANDO
Visite de l’exposition et discussion avec Gilles Perez, pratiquant passionné de la langue et de la culture Espéranto. Langue internationale parlée sur un mode militant et engagé depuis plus de cent ans dans le monde entier, l’Espéranto est présent dans l’imaginaire collectif comme solution possible aux problèmes de communication entre personnes de langues maternelles différentes. La visite de l’exposition en compagnie de Gilles Pérez sera l’occasion de mettre en écho les œuvres Claire Fontaine, Violaine Lochu ou encore Zineb Sedira avec les grands principes de l’Espéranto. En effet, ces œuvres ont pour point commun de mobiliser le langage dans une relation problématique avec les notions de communication, de culture et d’identité nationale. Ce dialogue sera l’occasion d’une joyeuse mise en question de toutes les certitudes concernant la langue comme principal vecteur d’appartenance à une communauté culturelle figée.

Gilles Perez est un animateur passionné du mouvement espérantiste à Montpellier. Il s’intéresse aux langues (qu’elles soient vivantes ou informatiques) pour favoriser les échanges militants et citoyens entre les personnes.

- Dimanche 4 juin 2017
Tous, des sang-mêlés en famille !

Participez à un atelier mené par un conférencier du musée autour de l’exposition « Tous, des sang-mêlés » et de l’artiste Alicia Paz. Inspirée par son œuvre Family Tree, chaque famille pourra créer un arbre métissé à partir d’un caléidoscope de motifs !

Atelier suivi à 16h par une visite guidée pour tous, pour découvrir de manière ludique une sélection d’œuvres de l’exposition « Tous, des sang-mêlés ».
Gratuit

- Dimanche 11 juin
ENTER THE RYTHM
Rencontre avec Jules Bikôkô Bi Njami, musicien et producteur
En confrontant, l’appropriation de Slave to the rythm de Grace Jones par Harold Offeh au geste iconoclaste de Jason Karaïndros (Podium, 2004) fusionnant les hymnes nationaux, la rencontre proposera de questionner l’identification à un pays, à une communauté par un style musical et les stratégies de translation, d’interprétation, d’appropriation. Les réflexions de François Jullien sur la notion de ressource et l’affirmation de la transformation continue de la culture seront mises en débat en sollicitant le regard et l’expérience du musicien Jules Bikôkô Bi Njami.

Jules Bikôkô Bi Njami, musicien et producteur. Jazzman de formation, il participe depuis les années 90 à des projets musicaux transgenres (Macaco, Paris Barcelona Jazz Orchestra, Julien Lourau Groove Gang).

- Dimanche 18 juin

TERRES D’ORIGINES ET ESPACES TRAVERSÉS, LA CONSTRUCTION SPATIALE DE L’IDENTITÉ

Rencontre avec Philippe Gervais-Lambony, professeur de géographie à l’Université de Paris Nanterre.
Le rôle du territoire dans la formation de l’identité est une problématique centrale de l’exposition. Tracé des frontières, migrations, déplacements de populations ou identifications identitaires, apparaissent comme des thématiques récurrentes sans cesse réinterrogées. Cette analyse topographique définit l’identité en tant que construction ; individuelle et intime, collective ou politique.
Soulevant les liens entre art contemporain et géographie, cette rencontre propose ainsi d’aborder l’exposition sous l’angle du rapport aux espaces ; qu’ils soient habités, quittés, regrettés, ou désirés.

Enregistrement de la visite de Philippe Gervais-Lambony sur le rôle du territoire dans la formation de l’identité.

Philippe Gervais-Lambony est professeur de géographie à l’Université de Paris Nanterre et rédacteur en chef de la revue Justice Spatiale/Spatial Justice. Ses recherches portent sur l’Afrique australe, les phénomènes d’identifications territoriales et les rapports entre espace et nostalgie, analysés notamment via la littérature.

—  Ateliers pour adultes
Samedi 24 et dimanche 25 juin, de 15h à 18h

« ACCENTS, BARBARISMES, MA LANGUE EST UNE CHIMÈRE »
Atelier d’écriture pour adultes mené par Célia Houdart, écrivain

Renseignements et inscription :
reservation@macval.fr ou 01 43 91 64 23

- Dimanche 25 juin
AUX SOURCES DE NOTRE PATRIMOINE ALIMENTAIRE : DES PLANTES SI ETRANGERES DANS NOS ASSIETTES.
Rencontre avec Vladimir Dabrowski, doctorant en archéobotanique.
« (…) Des plantes qui poussent aujourd’hui chez nous à l’état de plantes cultivées, le plus grand nombre est arrivé (il y a peu de temps relativement) de pays étrangers plus ou moins lointains. Ces plantes sont des étrangères qui se sont naturalisées françaises. » À partir de cette idée, démontrée par l’historien Lucien Febvre dans son manuel d’histoire de la civilisation française Nous sommes des sang-mêlés (paru en 1950, réédité en 2012), Ninon Duhamel (assistante d’exposition au MACVAL) et Vladimir Dabrowski) proposent une lecture à deux voix de l’exposition au croisement de l’archéologie et de la botanique. Ils suivent les diffusions et les déplacements d’espèces végétales, comme une métaphore des croisements et des rencontres qui ont fait la culture française.

Vladimir Dabrowski est doctorant en archéobotanique des périodes historiques en Arabie orientale au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris, France) et à l’Université Paris-Sorbonne. Il travaille à partir des graines et des charbons de bois archéologiques sur la reconstitution des paléo-environnements végétaux et des paysages agro-pastoraux des milieux arides ainsi que sur la diffusion des espèces végétales, notamment au sein de l’océan Indien et du golfe Persique.

- Dimanche 9 juillet
DIORAMAS
Rencontre avec Jessica Paez
Jessica Paez est chargée de programmation au HAUS DER KULTUREN DER WELT de Berlin et chargée de production pour Rimini Protokoll’s theatre.
Visite à deux voix et discussion autour de la décontextualisation d’une image ou d’un objet d’art par l’institution muséale, du mouvement de décolonisation de la culture, du rôle des images dans la construction de l’histoire et de la culture nationale.

- Dimanche 27 août

« FRONTIERES »
Rencontre avec Charles Piquion, comédien-conteur.
L’histoire et l’actualité nous font souvent envisager les frontières comme des limites négatives, des entités néfastes. Et si ce lieu de passage favorisait la rencontre, la construction, l’interrogation, l’échange, la découverte ? Si la question de la frontière était non pas de nous laisser passer ou pas, mais de nous faire passer et de quelle manière ? La déclamation du texte du comédien sera le déclencheur d’un débat avec le public, autour des œuvres de l’exposition, sur l’idée de frontière dans toutes ses dimensions.

- Dimanche 3 septembre
Dernier jour de l’exposition
Culture sourde. La langue des signes, maternelle ou acquise ?
Rencontre avec Sophie Dalle-Nazébi, précédée d’une visite à deux voix en français et LSF avec Audrey Taguet, artiste sourde et conférencière.
Cette rencontre est l’occasion d’explorer la notion de « culture sourde » et le rapport de cette culture avec la langue des Sourds.

Sophie Dalle-Nazébi, docteur en sociologie, a écrit sur l’intégration des sourds, sur le bilinguisme familial entre français et langue des signes, et sur l’impact des solutions médicales (implants cochléaires) dans le monde des sourds.

Traduction simultanée entre français et LSF
Gratuit

Ressources documentaires

Voir le dossier documentaire proposé par le centre de documentation du MAC VAL. Il présente une série de ressources sur l’artiste et sur les thématiques abordées dans l’exposition.

Partenaires média