Nuit européenne des musées - Le MAC VAL fête ses 15 ans !

Samedi 14 novembre, 11h-23h.
Renseignements et inscriptions : reservation@macval.fr ou 01 43 91 64 23.

- Act Up : ART = ACTION
Du 14 novembre au 6 décembre, en parallèle de la Journée mondiale de lutte contre le sida, établie en 1988 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tous les premiers décembre, le MAC VAL et Act Up s’associent. Ensemble, ils se mobilisent contre le VIH/sida et revendiquent le caractère intersectionnel de leurs combats qui s’illustre notamment par une démarche artistique et culturelle engagée qui questionne les représentations au même titre que les plaidoyers politiques.
Trente ans de lutte contre le VIH/sida. Trente années et pourtant, l’épidémie est toujours active dans de trop nombreux pays. Malgré de grandes avancées scientifiques, les populations les plus précaires se retrouvent en première ligne face au VIH.
Les inégalités n’ont jamais cessé d’alimenter l’épidémie de VIH/sida et n’épargnent aucune région du globe. Pour mettre fin à l’épidémie, notamment dans le contexte actuel où les mobilisations sanitaires sont ailleurs, la lutte contre toutes les inégalités est indispensable.
Du 14 novembre au 6 décembre, une vente de T-shirts inédits, créés sur place pour l’occasion, se tiendra au musée au profit d’Act Up. Ces T-shirts reprendront les slogans originaux de l’association, tels que « silence = mort » ou « danser = vivre ». Ils seront également les supports pour la création d’œuvres originales réalisées par une sélection d’artistes contemporain·e·s invité·e·s conjointement par le MAC VAL et Act Up. Un atelier de fabrication produira sur place les T-shirts adaptés à tous les corps (de XXS à 5XL) et produits en édition limitée. Cette action sera accompagnée d’un programme de projections, rencontres, débats et conférences autour des enjeux actuels de la lutte contre le VIH/sida en cette période troublée par l’épidémie de Covid-19. Quelles sont les répercussions à l’échelle locale sur les associations ? Quelles initiatives communautaires ont émergé ?

- 14h30
Visite de l’exposition « L’avant-dernière version de la réalité » de Brognon Rollin, par Alexandra Fau, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante.

Dans le cadre des cours d’histoire de l’art.
Sur inscription : [reservation@macval.fr-reservation@macval.fr] ou 01 43 91 64 23

- 15h
Atelier du livre d’artiste, « Contes gravés », avec Julia Chausson

Atelier conçu et mené par Julia Chausson qui explore l’objet livre sous toutes ses formes. Entièrement réalisés, imprimés (gravure sur bois) et reliés à la main, ses livres d’artistes sont de vastes terrains d’expérimentation et l’empreinte de sa personnalité. Les contes populaires font partie de ses recherches artistiques.
www.juliachausson.com ou 01 43 91 14 64

- À partir de 15h
« Rotor », installation sonore de Lucien Gaudion au cœur de l’exposition de la collection « Le vent se lève »

L’installation « Rotor » réunit des pratiques préhistoriques et des technologies contemporaines. Inspirée de la lutherie des rhombes de la préhistoire et reposant sur une mise en son des vents du monde, ce rhombe/rotor de forme hélicoïdale est activé par un moteur tournant proportionnellement à l’intensité de différents vents soufflant autour de la planète. Cette transcription de données météorologiques en énergie sonore forme un paysage acoustique fictif : un « carrefour des quatre vents ».
Lucien Gaudion pratique les arts sonores par le biais d’installations et de performances. En parallèle il conçoit des environnements sonores pour le spectacle vivant. Il est aussi cofondateur du label Daath Records pour les musiques expérimentales et organise les soirées « La Membrane » dédiées aux arts sonores. Il est artiste associé au gmem CNCM MARSEILLE, membre du collectif deletere et du collectif Soma qui s’intéresse aux relations audio/tactiles. Son travail se concentre sur les stratégies de transformation de la perception auditive liées aux contextes d’écoute.

Cette installation a reçu le soutien de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia).
Remerciements : Florent Guesdon, Benjamin Troupel, Jonathan Iapicco, Lab GAMERZ, Guillaume Stagnaro, SCAM.
Un programme imaginé avec Arnaud Rivière de Sonic Protest

- 18h – 21h
À trois heures à droite, performance de Rémy Yadan

À trois heures à droite est une performance chorégraphique et musicale créée en 2017 au BAL par Rémy Yadan pour l’installation immersive de Clément Cogitore, Braguino ou la communauté impossible (collection MAC VAL).
Cette performance pour dix interprètes propose aux visiteur·euse·s un parcours libre dans l’installation de Clément Cogitore.
« Braguino relate l’expérience d’une double impossibilité ; celle de fuir et celle de rester, c’est-à-dire de composer avec l’autre, la part maudite de soi » Clément Cogitore.
À l’image de cette communauté impossible, le dispositif performatif de Rémy Yadan forme un réseau de personnages isolés qui habitent l’espace ; chacun est un îlot autonome vivant simultanément en parallèle des autres.
Rémy Yadan est artiste plasticien vidéaste, performeur et metteur en scène. Son travail scénique, avec la participation de nombreux·ses interprètes (acteur·trice·s, danseur·euse·s, musicien·ne·s, chanteur·euse·s, performeur·euse·s, etc.), est au croisement de la performance, de la chorégraphie et de la théâtralité. Son regard se pose toujours sur l’humain et le sacré, dans leurs faces les plus baroques et les plus naturellement théâtrales.
Mise en scène : Rémy Yadan
Distribution en cours
Musique : La passion selon saint Jean, 245, première partie, Jean-Sébastien Bach
Regard extérieur : Marianne Derrien

- À partir de 19h
« Mr Gladstone’s Red Right Hand », performance de Brognon Rollin

À Londres, face à Bow Church, la statue de l’ancien Premier ministre William Gladstone est vandalisée sans interruption depuis cent quarante ans. Sa main droite est sauvagement peinte en rouge. Son nettoyage est un exercice inutile, la marque revient toujours. L’identité de ceux qui commémorent la lutte des ouvrières de l’usine d’allumettes Bryant and May reste un mystère. En 1882, M. Bryant et M. May installent le bronze, hommage au pouvoir en place devant leur usine d’allumettes. Un affront de trop pour les ouvrières qui suspectent son financement par une retenue sur leur salaire. Exposées quatorze heures par jour au phosphore qui nécrose leur mâchoire, payées une misère, elles assistent en silence à l’inauguration, les poches pleines de tessons de verre, s’approchent une à une, s’ouvrent les mains et souillent la statue de leur sang. Leur geste lance un mouvement de révolte ouvrière baptisé « The Match Girl Riots ». L’usine a disparu, ce quartier londonien est devenu résidentiel, mais leur lutte n’est pas oubliée.

Avec le soutien du Centre Wallonie-Bruxelles
Performance réalisée en collaboration avec un artiste « homme statue »
Durée variable

- 20h
Visite et rencontre avec les archéologues Roland Nespoulet et Émilie Lesvignes

Autour des œuvres Time Capsules : Paris, Collège de France. A1, A2, A3, A4, A5 et Zig Zag over Time : Collège de France (2017), de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige.
Inscription sur place dans la limite des disponibilités

- 21h – 21h30
Performance de David Brognon

En 2012, Robert Samuel invente le métier de line sitter et propose à ses clients de prendre leur place dans les files d’attente des magasins, des services sociaux, des salles de spectacle, etc.
En Belgique, la loi autorise et encadre l’euthanasie. En 2018, Brognon Rollin engage Robert Samuel pour attendre au cœur de l’espace d’exposition la mort volontaire et programmée d’une personne.
Cette performance intitulée Until Then fut réactivée pour l’exposition au MAC VAL. À l’heure exacte de la mort de cette personne, Elvin Williams (employé de la société Same Old Line Dudes fondée par Robert Samuel) a quitté le MAC VAL, après onze jours et douze heures d’attente, laissant sa chaise vide.
Comme à chaque réactivation de cette performance, la durée d’attente du line sitter est tatouée sur le corps de David Brognon, comme une trace indélébile, un souvenir, une marque du temps.

- 21h30 – 22h30
Concert de Thomas Tilly dans l’exposition de la collection « Le vent se lève »

Thomas Tilly est un musicien utilisant le microphone et le haut-parleur comme principaux instruments de création. En se plaçant hors du studio, en se confrontant aux espaces naturels, à l’architecture ou encore à l’urbanisme, il compose avec les microphones et présente une écoute très subjective du « dehors », comme il a pu le faire avec les existants non humains de la forêt guyanaise par exemple. Centré sur l’étude de l’environnement sonore et sa confrontation avec l’espace dans lequel il existe, son travail emprunte autant à la recherche musicale expérimentale que scientifique pour produire des conditions d’immersion totale. Il s’occupe depuis 2001 du label Fissür et écrit régulièrement sur la phonographie et sur sa propre pratique. Il collabore avec de nombreux artistes, dont Mathieu K. Abonnenc, Jean-Luc Guionnet, Junko, Thierry Madiot & Olivier Coupille ou Dave Philips.
Session dʼécoute imaginée avec Arnaud Rivière de Sonic Protest.
Inscription sur place dans la limite des disponibilités.