Jacques Monory

Détour Episode 1
18 novembre 2005 – 26 mars 2006

En 2005, le MAC VAL ouvrait ses portes au public avec la magnifique rétrospective des œuvres de Jacques Monory.
En souvenir de ce parrainage et de son accompagnement sans faille, toute l’équipe du musée lui rend un affectueux hommage.
Le 19/10/18

« Peut être qu’un jour je peindrai avec toutes les couleurs.
Ce jour-là, j’aurai brisé la séparation entre moi et le monde. »
Jacques Monory

Mot du commissaire de l’exposition

Pour cette exposition inaugurale en deux temps, carte blanche est donnée à deux artistes majeurs de la scène artistique française et internationale. Ces deux artistes aux parcours singuliers investiront, chacun à sa manière, l’espace dévolu aux expositions temporaires.

Au-delà des liens formels et chromatiques, l’œuvre de ces deux artistes est traversé et structuré par une énergie poétique similaire. Leurs œuvres, expériences sensibles du monde, s’ancrent dans des questionnements très autobiographiques et prennent forme de manières radicalement différentes.

La peinture de Jacques Monory se déploie dans le temps selon un principe sériel, non linéaire de reprises et de revisitations permanentes, de remise en jeu.

La construction de l’image (du tableau au paysage mental) est une de leurs préoccupations centrales, suivant des logiques distinctes et singulières de fragmentation et de liberté face aux codes dominants. Le temps qui passe, la mort, l’effacement, la mémoire, mais aussi l’être au monde…sont autant de thématiques récurrentes de ces univers, graves et légers en même temps. L’exploration subjective du réel est un ressort majeur de leurs œuvres.

Jacques Monory met en place des climats narratifs, des amorces d’histoires, laissant une très large part aux interprétations et aux appropriations des visiteurs.

Pour cette exposition intitulée Détour, Jacques Monory a imaginé un parcours dans son univers pictural au travers d’une cinquantaine de toiles de 1965 à 2002. Un parcours non chronologique qui entraînera le visiteur dans un univers englobant, coloré et spiralé. Dans un second temps, Claude Lévêque proposera une installation in situ inédite.

Frank Lamy

Petit Journal
Télécharger la version PDF
PDF - 5.2 Mo
Télécharger

Présentation

Comment s’est fait le choix de la figuration à une époque où l’art informel était omniprésent ?

En effet, il y avait une sorte d’impérialisme de la peinture non-figurative qui faisait que si vous ne peigniez pas « abstrait », vous étiez un peu considéré comme un fou. J’ai essayé de faire « ça » au début, mais j’ai compris que ce n’était pas pour moi. J’ai tout jeté en 1962. […] C’est en voyant des images d’artistes pop américains dans des magazines que je me suis dit que ces types-là faisaient exactement ce que je devais faire. Si vous êtes détaché des choses quotidiennes, vous êtes faux quelque part.

Votre travail est axé sur le montage, l’association d’idées et d’images…

Je suis un mec qui fait des collages. C’est la même théorie des surréalistes : vous rapprochez deux images différentes et la confrontation crée, mentalement, une autre image. Et ce « collage », c’est un montage ! Je m’aperçois maintenant que tout ce que je fais est lié à mon enfance. J’allais souvent au cinéma voir des films noirs américains de série B. Je les trouvais mieux faits, plus rapides, les gens avaient des allures qui me plaisaient, ça me faisait rêver ! En les revoyant maintenant, je dois avouer que les trois quarts sont des navets.

Vous avez conçu pour le MAC VAL une mise en scène particulière, avec une grande spirale plongée dans un long dégradé de bleu…

La spirale est une des formes qui pouvait avoir une petite signification. Vous savez, on tourne comme ça dans la vie, idéalement. On part du noir, puis on remonte jusqu’au centre, vers la lumière. Pour les murs, c’est la grosse affaire ! Les tableaux sont choisis en fonction de leur correspondance avec le dégradé des cimaises.

cqfd
Téléchargez la version PDF
PDF - 1.8 Mo
Télécharger
JPEG - 350.2 ko
JPEG - 420.9 ko
JPEG - 358.6 ko
JPEG - 350.6 ko
JPEG - 471.9 ko

Œuvres

Eléments biographiques

Jacques Monory débute la peinture à une époque où la scène artistique contemporaine est du côté d’une peinture gestuelle, abstraite ou, de manière un peu plus ambiguë, non figurative.

Matières, coulures, le tableau est, dans l’héritage le plus du direct du surréalisme, un espace de l’inconscient, que le geste du peintre délivre à tous.

Cependant, dès 1962, il tourne le dos à l’école de Paris, chantre de cette abstraction lyrique devenue académisme, pour interroger le monde qui l’entoure. Comme lui, en France au milieu des années 1950, les nouveaux réalistes rejettent cette peinture fermée sur elle-même et considèrent la réalité extérieure comme le matériau essentiel.

Influencé par les pop artistes américains, Monory a cette conviction : l’histoire quotidienne des hommes, leurs images, leurs objets doivent prendre place dans l’espace pictural du tableau.

Sa peinture devient figurative, mais non réaliste, précise mais non objective, une « figuration narrative ». Il ne fait pas de constat cynique de la société de consommation et de la prolifération des images publicitaires ou médiatiques. Il donne à voir un « catalogue mondial d’images incurables », angoisses et perversions de l’humanité dont il dénonce les faux-semblants et dont il fait pourtant partie.

Entre autobiographie et récit d’une histoire collective, Jacques Monory sème dans ses tableaux organisés en séries successives des éléments de sa vie réelle, fantasmée ou rêvée.

Les images photographiques sont le point de départ de ses tableaux et fonctionnent comme un instantané, une coupe neutre dans le réel. Extraites des actualités cinématographiques, de la télévision, documents scientifiques, photos de famille ou stéréotypes de la société américaine (gangsters, cow-boys, revolvers), les images projetées sur la toile s’entrechoquent, se juxtaposent, se fragmentent et prolifèrent, quitte à confondre réel et fiction.

Jacques Monory monte ses images comme au cinéma. Kaléidoscope, collusion, syncope.
Le tableau, souvent de grand format, devient écran de cinéma, baigné dans un bleu monochrome, espace saturé d’indices, d’arrêts sur image – cet instant suspendu où le temps laisse place à l’angoisse et à l’attente de l’action finale, comme dans les films noirs américains. En bleu ou en Technicolor, les histoires de gangsters, de femmes fatales ou de voleuses que nous raconte Jacques Monory baignent dans un climat narratif qui ne tient compte d’aucune temporalité connue.

Prenant pour cible les comportements humains les plus détestables, vanité, jalousie, cupidité, sa peinture se révèle chronique, journal. Le bleu est constamment employé par Monory comme outil de représentation et motif. Il met à distance le peintre de ce réel trop brutal qu’il partage malgré lui avec le reste de l’humanité ; il nous plonge dans un univers onirique glacé et nostalgique, immobilisé entre réalité et fiction, entre mythologie personnelle et rêve collectif.

JPEG - 799.8 ko
JPEG - 461.8 ko