« Histoires vraies »

Exposition collective
Du 4 février au 17 septembre 2023

Cette nouvelle exposition collective réunit les œuvres d’une quarantaine d’artistes de générations diverses. Poursuivant les recherches, autour de la construction du Sujet, développées dans les expositions temporaires depuis 2005, « Histoires vraies » prend la suite de l’exposition collective « Lignes de vies (une exposition de légendes) » (2019) qui explorait les passages poreux entre art et autobiographie, entre réel et fictions. Ce nouveau volet poursuit cette idée que tout est fiction, le réel étant superposition, feuilletage tissé d’histoires diverses et variées en s’attachant cette fois moins aux effets d’aller-retour entre l’art et le monde, mais en proposant des approches parallèles des réalités.
Ces différents artistes ont en commun le recours à des stratégies et postures fictionnelles qui s’ancrent néanmoins, dans des tentatives de description du monde, teintées, entre autres, de narration spéculative voire de documentaire. Ça invente, ça raconte, ça imagine. Elles et ils effeuillent les couches des apparences pour mettre à jour d’autres narrations, pour faire émerger d’autres récits. (Se) raconter des histoires : ce besoin immémorial de storytelling, pour comprendre, articuler, réfléchir le monde résonne tout particulièrement à l’heure de la post vérité et autres avatars peuplant le métavers. Les réseaux sont emplis de ce qui s’appelle symptomatiquement : Réels, Stories… Décidément, tout est histoires. Histoires vraies… Un titre pour le moins paradoxal. Qu’en est-il de la vérité ? De la véracité ? Doit-on croire ce que les artistes nous racontent ? Le réel existe-t-il en dehors de sa formulation ?
De la fiction pour mettre en crise, en questions, déconstruire, faire apparaitre ; de la fiction pour conjurer, éloigner ; de la fiction pour réparer, raconter autrement ; aider, accompagner, transmettre ; mais aussi creuser les apparences, interroger les faits, leur véracité, les modes de narrations mêmes ; de la fiction pour proposer des alternatives aux « grands récits » enfermants, de la fiction pour le simple et joyeux plaisir de fabuler. Pour paraphraser Sarah Ihler-Meyer dans une des notices du catalogue, l’exposition propose « Autant de tragi-comédies minimalistes et de micro-récits aux multiples niveaux de lectures. Chaque regardereuse est invité.e à composer sa propre narration, entre cauchemar et rêve. »

Dossier de presse
PDF - 2.7 Mo
Télécharger
Petit journal
PDF - 76 ko
Télécharger

Toute la programmation autour de l’exposition

Des performances sont régulièrement activées dans « Histoires vraies ». Des visites avec des artistes de l’exposition sont programmées certains dimanches à 16h. Retrouvez le détail de ces visites dans l’agenda du musée.

Public adulte

—  Dimanches 5 février, 5 mars, 16 avril, 4 juin, 3 septembre 2023, 14h-18h
« Histoires vraies » – Suite
Programme vidéo, en boucle.
L’exposition « Histoires vraies » se déploie également dans l’auditorium du MAC VAL, avec un programme de vidéos et de films diffusé en boucle et en accès libre. Avec des œuvres d’Étienne Charry, Anaïs-Tohé Commaret, Véronique Hubert, Katia Kameli, Regine Kolle, Sebastien Loghman, Pejvak, SMITH.
Auditorium, gratuit


—  Dimanche 5 février 2023, 16h
Visite de l’exposition « Histoires vraies » avec Sarah Ihler-Meyer, critique d’art et commissaire d’exposition et Frank Lamy, commissaire de l’exposition.
Sarah Ihler-Meyer est critique d’art (France Culture, Art Press…), commissaire d’exposition indépendante (Mudam Luxembourg, Mrac Occitanie à Sérignan…) et enseignante en théorie de l’art à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Son travail porte sur les héritages (idéologiques et artistiques) de la modernité occidentale dans le champ de l’art contemporain. Elle est co-autrice du catalogue de l’exposition « Histoires vraies ».
Gratuit


—  Dimanche 19 mars 2023, 16h
Visite en communication gestuelle naturelle de l’exposition « Histoires vraies », par Levent Beskardes.
Le poète, comédien et metteur en scène sourd, propose une visite en « communication gestuelle naturelle » accessible aux personnes sourdes et entendantes. Avec une conférencière du musée et en discussion avec le public, il partagera son regard et ses questionnements sur les œuvres.
Gratuit avec le billet d’entrée du musée


—  Samedi 1er et dimanche 2 avril 2023
« Histoires vraies » – Focus
En présence des artistes.
Entre narration spéculative et documentaire, le MAC VAL propose un focus autour de six artistes exposés dans « Histoires vraies » : Alice Brygo, Yan Tomaszewski, Anaïs-Tohé Commaret, Katia Kameli, Virginie Barré, Pejvak. Suivi de rencontres avec les artistes, ce programme vidéo vient prolonger les enjeux de l’exposition. En rendant visible le feuilletage de récits divers et variés qui constitue le réel, ces films témoignent de ce besoin immémorial que nous avons de (nous) raconter des histoires.
Auditorium, gratuit

Samedi 1er avril, 15h-18h

—  15h - Alice Brygo
Née en 1996 à Montpellier, Alice Brygo est réalisatrice et artiste. Diplômée de l’ENSAD en 2019 et du Fresnoy-Studio national des arts contemporains en 2022, elle y développe une pratique à la frontière entre méthode documentaire, cinéma fantastique et installation. Son travail témoigne d’un trouble générationnel face à une époque fragile. À travers la rencontre ou la confrontation entre personnages issus de différentes communautés, ses films explorent la manière dont se construisent intimement et socialement les croyances et les imaginaires. Elle cherche les brèches, les zones entre-deux où les mondes isolés se rencontrent, là où les rapports de force et leurs complexités se révèlent. Son court-métrage « Soum » était en compétition à la Berlinale, a reçu le Grand Prix au festival du cinéma de Brive, le prix du meilleur film étudiant à GoShort et le Lichter Art Award à Francfort.

—  16h - Yan Tomaszewski
Yan Tomaszewski est un artiste et réalisateur franco-polonais formé aux Beaux-Arts de Paris et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains. Ses projets, souvent narratifs, combinent des méthodologies de recherche avec des expérimentations autour de la sculpture et du film. Il a notamment exposé au CAC Passages (FR), au Musée de l’Air et de l’Espace (FR), au CCA Kronika (PL) ou au Middelheim Museum à Anvers (BE). Il a participé à de nombreuses expositions de groupe, dont au MAK Center for Art and Architecture à Los Angeles (USA), à Artience Daejeon (KR), à la Fondation Hippocrène à Paris (FR), au Centre Pompidou (FR), ou à Manifesta 9 à Genk (BE).

—  17h - Anaïs-Tohé Commaret
D’origine franco-chilienne, Anaïs-Tohé Commaret est née à Vitry-sur-Seine. Elle explore les potentialités sensorielles du médium filmique et son travail se définit par un va et vient entre la fiction et le documentaire. Elle a été formée aux Beaux-Arts de Paris et au Fresnoy-Studio national des arts contemporains, où elle étudie avec Ben Russell. Elle rencontre Nicolas Jardin, jeune chef opérateur, et ensemble ils créent des images percutantes à l’univers vaporeux et fantasmagorique provient d’une fascination pour les personnages qu’elle définit comme des anti-héros/des fantômes qui sont des êtres qui errent entres les intervalles, cherchant un endroit où se sentir bien. En parallèle, elle exerce le métier de danseuse érotique dans un cabaret parisien. C’est de cette expérience qu’est née une nouvelle forme de questionnement dans sa démarche autour du système capitaliste, du travail et de l’autosuffisance des travailleuses et travailleurs du sexe.

Dimanche 2 avril, 15h-18h

—  15h - Katia Kameli
Katia Kameli est une artiste et réalisatrice franco-algérienne, diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Bourges et du post-diplôme "le Collège-Invisible" à l’École Supérieure d’Arts de Marseille. Sa pratique repose sur une démarche de recherche : le fait historique et culturel alimente les formes plurielles de son imaginaire plastique et poétique. Katia Kameli se considère comme une « traductrice », étant entendu que la traduction n’est pas un simple passage entre deux cultures ni un simple acte de transmission, mais fonctionne aussi comme une extension de sens et de formes. L’acte de traduction déconstruit la relation binaire et parfois hiérarchique entre la notion d’original et de copie. Son travail met en lumière une histoire, globale, faite de frontières poreuses et d’influences réciproques afin d’ouvrir une voie réflexive et génératrice d’un regard critique sur le monde. Ses œuvres ont été montrées lors d’expositions personnelles et collectives : Elle a allumé le vif du passé, Frac PACA Marseille (2021) ; The Algerian Novel, Kalmar Konstmuseum, Kalmar (2020) ; She Rekindled the vividness of the past, Kunsthalle Münster, Münster (2019)…

—  16h - Virginie Barré
Virginie Barré est une plasticienne française née en 1970 à Quimper et diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nantes. Petite, tandis qu’elle est élevée dans une famille de créateurs, amateurs d’art et de chant, Virginie Barré se rêve héroïne de western et dessinatrice. Aujourd’hui, elle tente justement « de mettre en images et en couleurs des histoires rêvées, des histoires fantastiques en empruntant les langages de l’art et du cinéma ». Son univers s’inscrit dans le sillage de l’appropriationnisme et est structuré par sa cinéphilie, marqué par son goût pour la bande dessinée, et se nourrit de fictions littéraires et de culture populaire. En 2012, Virginie Barré, accompagnée de Claire Guezengar et de Florence Paradeis, passe derrière la caméra : elle écrit et réalise son premier film, un court-métrage intitulé Odette Spirite. Ce geste marque un tournant dans son travail, notamment dans son rapport à l’objet : ceux-ci deviennent une dimension essentielle de ses films, à la fois signes abstraits et porteurs de sens, accessoires et acteurs, revenant pour la plupart de film en film, d’œuvre en œuvre, comme des motifs qui en dessinent le territoire. (source Galerie du Faouëdic, ville de Lorient).

—  17h – Pejvak
Pejvak est le collectif réunissant Felix Kalmenson et Rouzbeh Akhbari. La pratique de Rouzbeh Akhbari s’incrit dans le champ de l’installation vidéo et du cinéma. Elle repose sur une démarche de recherche au croisement de l’économie politique et de l’architecture critique. Par un examen sensible des violences et des relations d’intimité qui naissent de l’expérience vécue ou d’histoires plus élaborées, Akhbari rend visible les stratégies de pouvoir qui organisent et régissent le monde qui nous entoure.
La pratique de Felix Kalmenson se situe dans le champ de l’installation, de la vidéo et de la performance. Son œuvre se fait le témoin des traces fragiles de l’histoire intime ou collective en explorant les notions de paysage et d’archives.


—  Samedi 13 mai 2023, 15h-23h
Nuit européenne des musées
Performances, concerts, ateliers, visites gustatives et créatives autour des expositions.
Avec Yaïr Barelli, Aurélie Ferruel et Florentine Guedon, Mehryl Levisse, Vincent Volkart.
Gratuit


—  Dimanche 2 juillet 2023, 11h-19h
Picnic au MAC VAL
Journée de découvertes gustatives, musicales et artistiques, cette cinquième édition du Picnic au MAC VAL propose des visites et ateliers en famille, performances, échanges de saveurs, troc de livres et expériences musicales…
Avec Étienne Charry.
Gratuit


—  Samedi 3 juin 2023, 14h30
Cours d’histoire de l’art
« C’est quoi produire une exposition ? »
Rencontre avec l’équipe du MAC VAL autour de l’exposition « Histoires vraies ».

Jeune public

—  Du mardi 21 au vendredi 24 février 2023, 10h–16h
Fabriques d’art contemporain
Atelier proposé par l’artiste Alice Brygo
Initiation à la fabrique du cinéma, entre réel et fiction, entre croyances et imaginaire.
Atelier pour les enfants de 8 à 12 ans
2 € par enfant et par séance.
Possibilité de s’inscrire à une journée d’atelier ou à l’ensemble du cycle.
Renseignements et inscription : reservation@macval.fr et au 01 43 91 64 23

Artistes de l’exposition

Aletheia (Hugo Dumont, Anthony Vernerey), Alexis Foiny, Alice Brygo, Anaïs-Tohé Commaret, Anne Brégeaut, Anne-James Chaton, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon, Aurélien Mauplot, collectif 1.0.3, Esther Ferrer, Étienne Charry, Farès Hadj-Sadok, Hippolyte Hentgen, Jean-Charles de Quillacq,
Jordan  Roger , Katia Kameli, Kenny Dunkan, Kent Monkman, Laura Bottereau & Marine Fiquet, Marie Losier, Mary Sibande, Mehryl Levisse, Olivier Nottellet, Pejvak, Regine Kolle, Romain Kronenberg, Sam Moore, Sebastien Loghman, SMITH, Suzanne Husky, Sylvie Ruaulx, Véronique Hubert, Vincent Volkart, Virginie Barré, Yan Tomaszewski, Youri Johnson.

Catalogue de l’exposition « Histoires vraies »
320 pages, bilingue français-anglais, 250 reproductions, 22 x 15 cm, 25 euros
Textes de Nicolas Surlapierre, Frank Lamy et Sarah Ihler-Meyer
Disponible au MAC VAL
JPEG - 897.8 ko
Télécharger

Œuvres

Affiche

Partenaires