MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Dimanche 1er avril, « Sous influence »

« Sous influence » est une invitation confiée à un auteur ou une autrice qui nous livre un texte personnel, subjectif, amusé, distancié, poétique… sur l’œuvre de son choix dans la collection du MAC VAL.
16h
Gratuit

« Sous influence »

Rencontres avec Jean-Michel Espitallier autour de l’œuvre Mon père de Claude Closky et Célia Houdart autour de l’œuvre Large de vue, hommage à Erik Satie d’Elina Brotherus.
« Sous influence » est une invitation confiée à un auteur ou une autrice qui nous livre un texte personnel, subjectif, amusé, distancié, poétique… sur l’œuvre de son choix dans la collection du MAC VAL.

Célia Houdart

Après des études de lettres et de philosophie et dix années dédiées à la mise en scène de théâtre expérimental, Célia Houdart se consacre à l’écriture.
Elle est l’autrice de cinq romans aux éditions P.O.L : Tout un monde lointain, 2017, Gil, 2015, Carrare, 2011, Le Patron, 2009, Les merveilles du monde, 2007 et de deux essais : Georges Aperghis. Avis de tempête, éditions Intervalles, 2007, et French Riviera, éditions P, collection « Les Contemporains », 2016.
Depuis 2008, elle compose en duo avec Sébastien Roux des pièces diffusées sous la forme d’installations ou de parcours sonores.
Elle a été lauréate de la Villa Médicis hors-les-murs, du Prix Henri de Régnier de l’Académie Française (2008) pour son premier roman Les merveilles du monde, du Prix Françoise Sagan (2012) pour Carrare et du prix de la Ville de Deauville Livres et musiques (2015) pour Gil.

Jean-Michel Espitallier

Jean-Michel Espitallier est un des poètes contemporains qui a le plus modifié l’image attendue de la poésie. Il est représentatif d’une génération qui, proche en cela de l’art contemporain, opte pour des pratiques poétiques variées, construites, accumulatives et, souvent, drôles.
Poète inclassable, il joue sur plusieurs claviers et selon des modes opératoires constamment renouvelés. Listes, détournements, boucles rythmiques, proses désaxées, faux théorèmes, propositions logico-absurdes, sophismes tordent le cou à la notion si galvaudée de poésie, en inventant des formes neuves pour continuer de faire jouer tout le bizarre de la langue et d’en éprouver les limites.
Il a été cofondateur et codirecteur de la revue Java de 1989 à 2006 et coordinateur du dossier sur la « Nouvelle poésie française » au Magazine littéraire en 2001.
Il est notamment l’auteur de : De la célébrité : théorie et pratique, éditions 10/18, 2012, L’Invention de la course à pied (et autres trucs), éditions Al Dante, 2013, Salle des machines, éditions Flammarion, 2015, France romans, éditions Argol, 2016, Tourner en rond - de l’art d’aborder les ronds-points, éditions PUF, 2016.

« Sous influence »

Rencontres avec Jean-Michel Espitallier autour de l’œuvre Mon père de Claude Closky et Célia Houdart autour de l’œuvre Large de vue, hommage à Erik Satie d’Elina Brotherus.
« Sous influence » est une invitation confiée à un auteur ou une autrice qui nous livre un texte personnel, subjectif, amusé, distancié, poétique… sur l’œuvre de son choix dans la collection du MAC VAL.

Célia Houdart

Après des études de lettres et de philosophie et dix années dédiées à la mise en scène de théâtre expérimental, Célia Houdart se consacre à l’écriture.
Elle est l’autrice de cinq romans aux éditions P.O.L : Tout un monde lointain, 2017, Gil, 2015, Carrare, 2011, Le Patron, 2009, Les merveilles du monde, 2007 et de deux essais : Georges Aperghis. Avis de tempête, éditions Intervalles, 2007, et French Riviera, éditions P, collection « Les Contemporains », 2016.
Depuis 2008, elle compose en duo avec Sébastien Roux des pièces diffusées sous la forme d’installations ou de parcours sonores.
Elle a été lauréate de la Villa Médicis hors-les-murs, du Prix Henri de Régnier de l’Académie Française (2008) pour son premier roman Les merveilles du monde, du Prix Françoise Sagan (2012) pour Carrare et du prix de la Ville de Deauville Livres et musiques (2015) pour Gil.

Jean-Michel Espitallier

Jean-Michel Espitallier est un des poètes contemporains qui a le plus modifié l’image attendue de la poésie. Il est représentatif d’une génération qui, proche en cela de l’art contemporain, opte pour des pratiques poétiques variées, construites, accumulatives et, souvent, drôles.
Poète inclassable, il joue sur plusieurs claviers et selon des modes opératoires constamment renouvelés. Listes, détournements, boucles rythmiques, proses désaxées, faux théorèmes, propositions logico-absurdes, sophismes tordent le cou à la notion si galvaudée de poésie, en inventant des formes neuves pour continuer de faire jouer tout le bizarre de la langue et d’en éprouver les limites.
Il a été cofondateur et codirecteur de la revue Java de 1989 à 2006 et coordinateur du dossier sur la « Nouvelle poésie française » au Magazine littéraire en 2001.
Il est notamment l’auteur de : De la célébrité : théorie et pratique, éditions 10/18, 2012, L’Invention de la course à pied (et autres trucs), éditions Al Dante, 2013, Salle des machines, éditions Flammarion, 2015, France romans, éditions Argol, 2016, Tourner en rond - de l’art d’aborder les ronds-points, éditions PUF, 2016.

#


Claude Closky,
Mon père, 2004.
Collages sur papier, stylo-bille noir, 40 × 30 cm.
Collection MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
Photo © Jacques Faujour.

#

PDF - 515.5 ko
Claude Closky, « Mon père », 2002-2004, vu par Jean-Michel Espitallier.
Télécharger la version PDF.


PDF - 707.9 ko
Elina Brotherus, « Large de vue, hommage à Erik Satie », vu par Célia Houdart
Télécharger la version PDF
 

Claude Closky,
Mon père, 2004.
Collages sur papier, stylo-bille noir, 40 × 30 cm.
Collection MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
Photo © Jacques Faujour.

PDF - 515.5 ko
Claude Closky, « Mon père », 2002-2004, vu par Jean-Michel Espitallier.
Télécharger la version PDF.


PDF - 707.9 ko
Elina Brotherus, « Large de vue, hommage à Erik Satie », vu par Célia Houdart
Télécharger la version PDF