Fabrice Hyber, « Prototypes d’Objets en Fonctionnement (POF) »

Exposition monographique
A partir du 20 octobre 2012 jusqu'au 20 janvier 2013
Vernissage le vendredi 19 octobre, à partir de 18h30

Au MAC VAL, dès le 20 octobre, Fabrice Hyber présente pour la première fois l’intégralité des POF (Prototypes d’Objets en Fonctionnement), réalisés entre 1991 et 2012, - comme le Ballon carré – POF 65 ou Oto, la voiture à double tranchant – POF 87, ou encore Ted Hyber – POF 51 -, soit plus de 150 œuvres et autant de façons de placer le visiteur au coeur du dispositif, en l’invitant à les manipuler.


Dans le cadre des expositions de Fabrice Hyber au MAC VAL « Prototypes d’Objets en Fonctionnement (POF) » et au Palais de Tokyo « Matières Premières », ces deux institutions vous proposent une offre tarifaire liée : Toute place acquise dans l’une de ces deux institutions permet d’accéder à l’autre au tarif réduit

Offre valable jusqu’au 7 janvier au Palais de Tokyo et 20 janvier 2013 au MAC VAL.

Mot du commissaire de l’exposition

Fabrice Hyber, « Prototypes d’Objets en Fonctionnement (POF) » Exposition au MAC VAL du 20 octobre 2012 au 20 janvier 2013.

« Les POF sont des ouvertures, des possibilités », aime à dire Fabrice Hyber.

Exposer les quelque 160 POF existants à ce jour nous paraît être un acte militant. Une action programmatique.

Cette exposition s’inscrit dans une séquence de programmation en résonance avec le cinquième accrochage des œuvres de la collection du MAC VAL qui, sous le titre « Vivement demain », explore le mythe de l’artiste visionnaire. Faisant suite à l’exposition collective « Situation(s) [48°47’34’’ N / 2°23’14’’ E] », où s’est développée une réflexion autour d’un appel à des « Êtres au monde » résistants, et précédant celle de Fiona Banner, artiste attentive à la mise en crise des formes diverses de dominations, l’exposition de Fabrice Hyber résonne particulièrement avec l’histoire de ce musée.

Depuis la création du Fonds départemental d’art contemporain au début des années 1980 jusqu’à ses récents développements, le projet du musée se pense en direction de l’Autre. Du public. Les POF mettent en acte quelque chose d’une économie de la Rencontre. Une Rencontre modifie, à jamais, la cartographie du Réel. Le Monde s’en trouve irrémédiablement modifié. De cette aventure, l’œuvre, le visiteur, le musée ne sortiront pas indemnes, et c’est tant mieux.

Loin d’une rétrospective qui fige l’œuvre, il s’agit de faire le point, à un instant T, de donner à voir quelque chose du travail en train de se faire, de la pensée en acte. Au-delà, une telle exposition amène l’institution qui s’y attelle à se pencher sur son propre fonctionnement, à prendre conscience de ses limites, tout en les déplaçant.
De nos jours, les lieux accueillant du public répondent à de plus en plus de normes (de sécurité entre autres) qui, parfois (souvent), contraignent les projets. Comment faire coïncider, au mieux, liberté de l’art et respect des réglementations ? Question passionnante pour les équipes qui accompagnent les expositions.
Exposer les POF amplifie le travail collectif qu’est toute exposition. Cela ne peut véritablement se penser sans la mise en commun des expertises et compétences diverses d’une équipe. Comme nous le rappelons souvent, le MAC VAL est un musée en chantier. On pourrait ajouter : un Prototype de Musée en Fonctionnement.
Les POF se racontent, sont prétextes à histoires.
Les POF sont des objets de langage.
Des objets, des dispositifs, des situations sont proposés au visiteur invité à s’en saisir, s’en emparer, pour en inventer des usages. À chaque fois singuliers.
L’œuvre n’est pas (plus ?) alors un lieu clos, figé, autoritaire mais, bien au contraire, un espace multiple, ouvert, en évolution constante, qui ne cesse de se (dé)construire, de se (dé)finir. Toujours en mouvement. Dans une fluidité essentielle.
Les POF ouvrent des brèches, tant poétiques que politiques. Comme autant d’invitations à des appropriations singulières et collectives. Dans un va-et-vient permanent entre soi et les autres, déjouant tout mot d’ordre, ils posent l’art dans une dynamique libertaire fondamentale.

Entre spectateur et acteur, le visiteur est à la fois libéré de toute position assignée et renvoyé à sa propre responsabilité. À lui de trouver sa place. À lui de prendre position. Libre à lui de se situer, de définir l’endroit qu’il souhaite (peut), à ce moment-là, occuper, dans une constante et perpétuelle redéfinition des rôles et attentes de chacun.

Qu’est-ce que je fais de l’art ? Qu’est-ce que je n’en fais pas ? L’artiste élabore des outils réflexifs, des instruments d’analyse du monde. Et finalement, au travers des POF, c’est bien de notre rapport au monde dont il est véritablement question. Dans un même mouvement, les POF nous tendent un miroir où Je me reflète et ouvrent de nouvelles possibilités pour que Je sois un autre. Je suis le Sujet de l’œuvre.

Alexia Fabre Conservatrice en chef du MAC VAL
Frank Lamy, Chargé des expositions temporaires, commissaire de l’exposition

Petit journal

Fabrice Hyber, « Prototypes d’Objets en Fonctionnement (POF) »
Télécharger la version PDF
PDF - 1.6 Mo
Télécharger

Vues d’exposition

Mur d’image de POF 40*8m

Mot de l’artiste

L’évidence des POF.

« À la suite des objets hybrides (exemple Chatouille, 1988), les POF sont apparus en 1991, lorsque j’ai vu que les objets expérimentaux, issus de mes recherches, pouvaient susciter de nouveaux fonctionnements. Qu’ils pouvaient provoquer et développer à l’atelier, comme chez les visiteurs dans les expositions, des facultés, des aptitudes ou des attitudes inattendues. Les visiteurs devenaient des acteurs et les objets n’étant jamais finis, il y avait la possibilité que le développement soit durable. L’invention du terme : Prototype d’Objet en Fonctionnement, vient de la nécessité d’offrir aux visiteurs des alternatives à la simple contemplation. Lors d’une exposition, j’ai vu que l’objet activait dans l’esprit du visiteur une écologie mentale : plus positive que l’écologie comportementale, celle-ci montrait que notre action peut être induite en amont et que les POF nous permettent d’absorber de nouveaux systèmes et surtout, d’en inventer.

À la différence d’un Prototype industriel, le POF aborde la méthode de fabrication et devient peu à peu un mode d’emploi. Le POF libération des bonzaïs, par exemple, donne la possibilité à celui qui à un bonzaï de le planter en pleine terre : plus de tabou. Aujourd’hui, trois plantations de Bonzaïs existent à Vienne, à Tokyo et en Vendée. Les POF se sont multipliés et ont pris diverses formes, j’ai alors imaginé les POF shops, des « magasins » où coexistent deux types de POF : les objets préfabriqués et les méthodes de fabrication des POF à faire soi-même. Puis j’ai tourné des vidéos de présentation de chacun d’eux. Là aussi, les vidéos sont devenues des POF puisqu’elles ne présentaient pas seulement un mode d’emploi avec une méthode d’utilisation, mais des possibilités de fonctionnement. Elles sont toutes sans paroles. Les POF sont des ouvertures, des possibilités ».

Fabrice Hyber

Piste audioguide

télécharger
Fabrice Hyber
Exposition des « Prototypes d’objets en fonctionnement (POF) »
POF59 : Hybride de plante et d’animal
Photo © Marc Domage


© Photo Marc Domage

Présentation

« Prototypes d’Objets en Fonctionnement (POF) », Exposition de Fabrice Hyber, à partir du 20 octobre 2012 Vernissage le vendredi 19 octobre, à partir de 18h30 Exposition du 20 octobre 2012 au 20 janvier 2013 Commissariat : Frank Lamy

Au MAC VAL, dès le 20 octobre, Fabrice Hyber présente pour la première fois l’intégralité des POF (Prototypes d’Objets en Fonctionnement), réalisés entre 1991 et 2012, - comme le Ballon carré – POF 65 ou Oto, la voiture à double tranchant – POF 87, ou encore Ted Hyber – POF 51 -, soit plus de 150 œuvres et autant de façons de placer le visiteur au cœur du dispositif, en l’invitant à les manipuler.

Fabrice Hyber modifie ainsi la conscience et la pratique que nous avons de ces objets puisque leurs formes réinventées induisent de nouveaux comportements. En déplaçant leur fonction originelle, les POF génèrent un mode d’appropriation singulier et nécessitent souvent l’invention d’un mode d’emploi pour un usage en constante évolution, questionnant ainsi la relation que l’on entretient avec les objets du quotidien et plus généralement l’œuvre d’art.

Fabrice Hyber, artiste prolifique présent depuis plus de vingt-cinq ans sur la scène artistique internationale et lauréat du Lion d’Or de la Biennale de Venise en 1997, a construit un œuvre rhizomatique où chaque pièce se fait l’écho d’une autre, créant ainsi un ensemble protéiforme qui reflète le foisonnement de sa pensée. S’il en matérialise le processus à l’aide de la peinture, la sculpture, l’installation, la vidéo ou encore en investissant le champ de l’entreprise et du commerce, c’est bien le dessin qui est à l’origine de toutes ses œuvres.

À cet égard, les POF sont symptomatiques de ces mécanismes, sur un mode léger, inventif, insolite, ludique, parfois utopique, critique ou satirique, mais toujours humoristique. L’exposition monographique du MAC VAL, entre en résonance avec celles proposées parallèlement par le Palais de Tokyo, la Fondation Maeght et l’institut Pasteur, pour éclairer l’œuvre de l’un des artistes français les plus bouillonnants et inventifs d’aujourd’hui.

Communiqué de presse

Téléchargez le communiqué de presse en version PDF
PDF - 144.8 ko
Télécharger

Partenaire

Retrouvez Fabrice Hyber ailleurs qu’au MAC VAL

Matières Premières
Palais de Tokyo, Paris
28 septembre 2012 - 7 janvier 2013

Sans Gêne
Institut Pasteur, Paris
A partir du 2 octobre 2012

Essentiel (peintures homéopathiques)
Fondation Maeght, St Paul de Vence
6 octobre 2012 - 6 janvier 2013

Œuvres

Le vernissage en vidéo par la web TV du CG94

Pour le MAC VAL, Fabrice Hyber réalise la première grande rétrospective de ses POF, qui sont les Prototypes d’Objets en Fonctionnement, ce sont des objets qui réinventent la vie, qui permettent d’envisager son quotidien autrement, qui sont aussi des sortes de modes d’emploi pour vivre autrement. Une œuvre ludique et poétique.

Jusqu’au 20 janvier 2013.