« Tout En Un Plus Trois »

Exposition monographique d’Élisabeth Ballet
Du 21 octobre 2017 au 25 février 2018
Vernissage vendredi 20 octobre, 18h30

L’exposition d’Élisabeth Ballet au MAC VAL envisage son travail dans son actualité immédiate prise dans un regard rétrospectif. Les œuvres sont actualisées, remises en jeu, dans ce parcours imaginé pour la salle des expositions temporaires. Trois œuvres d’Élisabeth Ballet font également partie de la collection du musée.

Présentation

« Tout En Un Plus Trois »
Exposition d’Élisabeth Ballet du 21 octobre 2017 au 25 février 2018.

Née en 1957 à Cherbourg, diplômée de l’ensba, pensionnaire de la Villa Médicis en 84-85, enseignante à l’Ensad, Élisabeth Ballet travaille, depuis le milieu des années 80, autour des formes et conditions d’apparition de la sculpture dans sa relation à l’espace. Le dispositif sculptural est, chez elle, exploré de fond en comble.

« Je m’intéresse à la combinaison de l’abstraction et du sujet pris dans le réel. À partir de ma perception de l’espace, je définis un programme qui règle mes envies et ma manière de travailler. J’engage mon travail sur les questions du déplacement dans l’espace, sur l’articulation du dehors et du dedans, des mots aux choses, du dessin vers la sculpture, du mur vers le centre, du plan vers le volume et plus généralement d’une œuvre vers l’autre. Les sculptures sont de la pensée en acte, elles sont totalement lisibles (surfaces transparentes, enregistrement de leur environnement) et tiennent le spectateur à distance, c’est-à-dire qu’elles obligent à une déambulation mentale. »

A propos de « Tout En Un Plus Trois », entretien avec Élisabeth Ballet, 2017, 17 min on Vimeo

Les œuvres d’Élisabeth Ballet ne font pas mystère de leur construction. Elles se donnent à voir dans leur entièreté, sans secret. S’ancrant dans une expérience de l’espace, elles en modifient la perception et, par conséquent, en proposent une nouvelle lecture. Développant des oppositions binaires (intérieur/extérieur, vide/plein, opacité/transparence...), recourant à un vocabulaire formel architectural (escaliers, couloirs, barrières, corridors…) ou familier (hotte, passoire…), elles développent pleinement ce que Michel Gauthier a nommé la « théorie de l’enclos », désignant l’espace plus que ne l’occupant. Elles définissent des territoires impénétrables. Les œuvres et les corps sont engagés dans un vis-à-vis, un dialogue. _ Elles orientent les regards, invitent les corps au mouvement, au déplacement, à la projection mentale. Elles sont comme autant de « visualisations, de matérialisations des mécanismes de la pensée » (Catherine Millet, art press 228).
Les titres, les formes, les matériaux employés, les gestes mis en actes, se combinent les uns aux autres pour déployer un univers ou le sens est suspendu, sans résolution, ouvrant à l’envie, les multiples interprétations.

Petit journal
Téléchargez au format PDF
PDF - 79 ko
Télécharger

L’exposition au MAC VAL envisage le travail dans son actualité immédiate prise dans un regard rétrospectif. Les œuvres sont actualisées, remises en jeu, dans ce parcours imaginé pour la salle des expositions temporaires. Trois œuvres d’Élisabeth Ballet font également partie de la collection du musée.

télécharger
Introduction par Elisabeth Ballet et Frank Lamy

Communiqué de presse

Exposition d’Élisabeth Ballet du 21 octobre 2017 au 25 février 2018
Vernissage vendredi 20 octobre, 18h30

« Tout En Un Plus Trois »

Avec cette exposition d’Élisabeth Ballet, le MAC VAL renoue avec la monographie en dédiant l’ensemble de son plateau de 1300 m2 à cette artiste française à la longue carrière qui s’était un peu éloignée des projecteurs. Si « Tout En Un Plus Trois » offre un éventail de sa pratique sur plus de 30 années de travail, elle n’est pas totalement conçue comme une rétrospective, car chaque œuvre, extraite d’une des nombreuses séries de l’artiste - toutes ici représentées - est réactivée pour l’occasion, remise en jeu voire réinterprétée. Le commissaire, Frank Lamy, préfère alors parler de « rétrospective prospective ». Ainsi, l’exposition du MAC VAL éclaire le travail d’Élisabeth Ballet en 2017 en racontant une histoire non pas du passé, mais du présent.

Les matières et les formes s’encastrent, se complètent, se repoussent, s’attirent et invitent les visiteurs à déambuler dans un vaste dispositif qui se joue de l’architecture et se fait architecture, où les corps rentrent en interaction avec les sculptures, où les œuvres orientent les regards, dessinent des espaces de protection, créent des perspectives, se font sculptures, chemins, corridors, seuils ; où parfois les mots se font œuvres et où les œuvres se jouent des mots.
Fidèle à son habitude, Élisabeth Ballet livre ici des traces éparses de repères autobiographiques en laissant apparaître un habile jeu d’opposition entre espace public et intime, laissant ainsi émerger l’ébauche d’un récit.

Communiqué de presse

Téléchargez au format PDF
PDF - 968.1 ko
Télécharger

Contacts presse

Contacts presse : anne samson communications
Camille Delavaquerie : 01 40 36 84 35 - camille@annesamson.com
Federica Forte : 01 40 36 84 40 - federica@annesamson.com

Programmation culturelle

—  Dimanche 5 novembre, à partir de 15h
« Habiter l’espace »
Autour des expositions « Tout En Un Plus Trois » d’Élisabeth Ballet et « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault »
Jacques Ripault est l’architecte du MAC VAL. En 1984, alors qu’il se trouve en résidence à la Villa Médicis, il y rencontre Élisabeth Ballet, elle aussi pensionnaire à Rome. Au-delà de cette coïncidence, leurs œuvres situées dans les champs de l’architecture d’une part, de la sculpture d’autre part, se confrontent aux structures en trois dimensions et interrogent la place des individus dans l’espace. Retour en visites sur deux expériences offrant autant de nuances de mouvement et de points de vue, de contraintes ou de fluidité.

15h : rencontre avec l’architecte Catherine Furet autour de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault »
16h : visite de « Tous En Un Plus Trois » par Élisabeth Ballet et Frank Lamy, commissaire de l’exposition. 17h : rencontre avec l’architecte Ahmet Gulgonen autour de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault »
Gratuit


—  Dimanche 3 décembre 2017, à partir de 15h
« Catalogue »
Rencontres autour du catalogue de l’exposition « Tout En Un Plus Trois » d’Élisabeth Ballet. Événement imaginé avec la complicité de Syndicat (François Havegeer & Sacha Léopold). Dès ses premières expositions, Élisabeth Ballet apporte un soin particulier aux catalogues, publications et autres notices d’œuvres qui accompagnent son travail. Longtemps élaborés en complicité avec le collectif de graphistes M/M, Élisabeth Ballet s’est associée à Syndicat pour sa publication au MAC VAL.
Retour sur cette expérience éditoriale avec les graphistes, auteurs, critiques et commissaires d’exposition du catalogue Tout En Un Plus Trois.
Gratuit


—  Vacances de Noël, du 2 au 5 janvier 2018 10h–16h La fabrique de l’architecture
Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » et de l’architecture du musée conçue par Jacques Ripault.
Atelier à partir de 8 ans
Renseignements et inscription : reservation@macval.fr ou 01 43 91 64 23


—  Dimanche 7 janvier 2018, 16h
Visite gestuelle de l’exposition « Tout En Un Plus Trois » d’Élisabet Ballet, par Levent Beskardes Visite en « langage gestuel naturel », accessible à tous, sourds et entendants, menée par Levent Beskardes, poète, artiste, comédien sourd. Le langage gestuel naturel permet à tous d’exprimer ses émotions et d’échanger devant les œuvres, sans apprentissage.
Gratuit
Renseignements : Luc Pelletier
accessibilite@macval.fr ou 01 43 91 64 22


—  Dimanche 4 février 2018 à partir de 16 h Interludes Critiques autour de l’exposition « Tout En Un Plus Trois » d’Élisabeth Ballet avec Gaëlle Obiégly, Mehdi Belhaj Kacem, Yannick Haenel, Bertrand Schefer et Pierre Weiss.
Lectures, rencontres et interventions proposées par des personnalités invitées à porter leurs regards personnels et subjectifs, critiques ou poétiques sur Élisabeth Ballet et son œuvre.
Gratuit

Textes de Gaëlle Obiégly, Mehdi Belhaj Kacem, Yannick Haenel, Bertrand Schefer, écrits à l’occasion des « Interludes critiques » d’Élisabeth Ballet, le dimanche 4 février 2018.
PDF - 4.4 Mo
Télécharger

—  Dimanche 25 février, dernier jour de l’exposition d’Élisabeth Ballet.

-16h
Visite et rencontre avec Élisabeth Ballet, Frank Lamy et Mathieu Mercier

À l’occasion du dernier jour de l’exposition, l’artiste et le commissaire vous invitent pour une discussion et une visite en compagnie de Mathieu Mercier pour croiser plusieurs regards sur l’œuvre d’Élisabeth Ballet.

- 17h
« Les Mains de Boussiron »
Concert de Xavier Boussiron au cœur de l’exposition

Xavier Boussiron est un artiste à l’univers lyrique, burlesque et paranormal évoluant entre les arts visuels, la musique et le spectacle. Sa musique est narrative, entre devoir de mémoire, mondes parallèles, autodaxie améliorée et sophistication... de la gaucherie. Une synthèse de faussaire : colona sonora, baloche-core, experimental radicool, mood in opposition, improvisation de copiste.
Alternant projets musicaux et projets pour la scène, il fait partie de la compagnie du Zerep dirigée par Sophie Perez et il est membre du groupe I Apologize de Jean-Luc Verna.

Gratuit avec le billet d’entrée du musée

Ressources documentaires

Voir le dossier documentaire proposé par le centre de documentation du MAC VAL. Il présente une série de ressources sur l’artiste et sur les thématiques abordées dans l’exposition.

Œuvres

L’affiche

Le catalogue

Catalogue disponible dès le 20 octobre au MAC VAL

Catalogue de l’exposition « Tout En Un Plus Trois » d’Élisabeth Ballet
304 pages, 220 reproductions,
bilingue français-anglais,
17 × 22 cm, 25 €.
Textes d’Élisabeth Ballet, Alexia Fabre, Michel Gauthier, Frank Lamy, Élisabeth Lebovici, Julie Portier, Philippe Vasset.

Partenaires média