« L’œil vérité » Le musée au second degré

Exposition de la collection
Du 13 mai 2023 au 2 décembre 2024

Exposition de la collection
Du 13 mai 2023 au 2 décembre 2024
Commissariat Nicolas Surlapierre
Assisté de Florence Cosson, Anaïs Linares, Margaut Segui et Marzia Ferri

Une histoire de l’art contemporain en France , 1950-1990 et un peu au-delà

Cette nouvelle exposition de la collection propose, selon une unité de temps et de lieu, une sorte d’histoire de l’art contemporain en France. Entre la première œuvre de ce parcours et la dernière, « L’œil vérité » éclaire la distinction entre art moderne et contemporain et ses ambivalences, celle-ci ne s’est pas faite immédiatement contrairement à ce que les historiennes et les historiens de l’art ont pu dire en avançant la date un peu trop commode de 1945.
Cette nouvelle présentation est aussi le récit d’une distinction et d’une construction critique et historienne. Il s’avère qu’en suivant les mouvements, cet accrochage relate les différents débats qui ont servi pour établir des signes distinctifs entre moderne et contemporain, certes ils sont contestables et parfois presque interchangeables, ils ont toutefois le mérite d’établir des repères. Ce nouvel opus offre une réflexion sur le passage entre un art moderne, traditionnellement défini en rupture et un art contemporain qui ne se satisfait pas simplement de ce prérequis.
« L’œil vérité » est aussi l’occasion de revoir ou de découvrir des œuvres de la collection qui, pour la plupart, n’avaient pas été montrées depuis l’ouverture du musée en 2005.

Dossier de presse
PDF - 1.5 Mo
Télécharger

Présentation

Une histoire de l’art contemporain en France, 1950-1990 et un peu au-delà

Sous le signe de Gérard Genette et de son ouvrage Palimpsestes. La littérature au second degré (1982), cette nouvelle exposition de la collection a souhaité répondre à une demande : l’envie de revoir ou même de retrouver des œuvres des collections permanentes qui, pour nombre d’entre elles, n’avaient pas été montrées depuis l’ouverture du musée en 2005. Il est rapidement apparu qu’il était possible d’écrire, selon une unité de temps et de lieu, une sorte d’histoire de l’art contemporain en France. Bien sûr les artistes qui ont participé de cette histoire ne sont pas forcément conservés au MAC VAL, toutefois les principaux s’y retrouvent et peuvent en donner, par conséquent, une vue assez juste. Entre la première œuvre de ce parcours et la dernière, « L’œil vérité » éclaire la naissance d’une distinction entre art moderne et contemporain et ses ambivalences, celle-ci ne s’est pas faite immédiatement contrairement à ce que les historiennes et les historiens de l’art ont pu dire en avançant la date un peu trop commode de 1945. Cette nouvelle présentation est le récit d’une distinction et d’une construction critique et historienne. Il s’avère, qu’en suivant les mouvements, cet accrochage relate les maints débats qui ont servi pour établir des signes distinctifs entre moderne et contemporain. Certes, s’ils sont contestables et parfois presque interchangeables, ils ont toutefois le mérite d’établir des repères. Ce nouvel opus offre une réflexion sur le passage entre un art moderne, traditionnellement défini en rupture et un art contemporain qui ne se satisfait pas simplement de ce prérequis. Ce n’est donc plus simplement des notions historiques ou chronologiques mais une nouvelle relation aux problématiques de légitimation et de monstration. Il est important de noter que les œuvres semblent aussi transformer le public qui n’aura plus (ou de moins en moins) un rôle de consommation passive face à un récit trop bien ficelé. Le second degré indique clairement les limites d’un tel exercice et aussi ses bénéfices en terme de récit. Aussi a-t-il été question de solliciter l’œil à la manière de l’exposition mythique Responsive eye (1965) ou encore plus proche de L’œil moteur (2005). Plutôt que de structurer l’accrochage des collections en donnant le nom des mouvements, l’œil a été choisi comme dénominateur commun, autant d’yeux que Philippe Costamagna n’a pas hésité à passer au pluriel dans son Histoire d’œils (2016) pour rappeler l’importance du flair et de la sensibilité. C’est aussi au mode d’approche tel que Maurice Merleau-Ponty a pu le définir dans L’œil et l’esprit (1964) mêlant phénoménologie et perception, visible et sensible auquel ce premier opus de la collection fait allusion. Il joue et rompt à la fois avec certaines règles du regard et de la hauteur de vue et tente de prendre la vision sur le fait.

(…) L’expression « au second degré » n’est pas seulement imaginée en référence à l’ouvrage de Gérard Genette, c’est aussi en pensant à l’expression qui sup¬pose un sens plus subtil ou alors plus humoristique que la phrase, l’œuvre ne veulent bien le faire croire. Elle est souvent utilisée dans l’humour noir ou pour faire preuve d’une certaine désinvolture face au sérieux de certaines interrogations. C’est aussi pour montrer une prise de distance face à la difficulté d’écrire une histoire de l’art contemporain et plus encore de la présenter. Celle-ci sera partiale et impartiale, sérieuse et décalée, connue et inconnue, risquée et sûre à la fois.
L’exposition est rythmée de quelques contrepoints qui, entorses au confort d’un déroulé, affirment l’impor¬tance de l’hétérochronie ou même de l’anachronisme pour fonder tout parcours historique. C’est volontaire¬ment que Veit Stratmann a inventé sept modules qui soulignent les endroits où les transitions sont les plus faillibles et les porosités les plus fortes entre des artistes qui ne sont pas censés dialoguer et les styles s’ignorer. Il serait tentant de saisir ce qui pourrait ressembler à des poignées ou des garde-corps bien qu’ils soient placés précisément à des endroits qui nient toute forme d’utilité.

« L’œil vérité » essaye de reconstituer ce que pourrait être désormais un musée d’art contemporain modèle à moins qu’il ne soit plus juste de parler de « musée témoin » comme certains promoteurs immobiliers par¬laient de « pavillons témoins », derniers vestiges d’une histoire de l’art clé en main.

Nicolas Surlapierre
Directeur du MAC VAL, commissaire de l’exposition

Pour retrouver le détails des différentes sections qui composent l’exposition, téléchargez le support de visite :

« L’œil vérité » Le musée au second degré
Cette exposition est amenée à changer régulièrement. Retrouvez dans ce document, les textes de section détaillés et la liste d’artiste de l’accrochage sous sa première forme, présenté de mai à décembre 2023
PDF - 73.7 ko
Télécharger
« L’œil vérité » Le musée au second degré
Pour retrouver le détail de l’accrochage en ce moment, téléchargez le support de visite actuel (mai-décembre 2024)
PDF - 55.8 ko
Télécharger

Les artistes

Avec les œuvres de Valerio Adami, Gilles Aillaud, Arman, Genevieve Asse, Martin Barré, Gilles Charles Roger Bec, Claude Bellegarde, Ben, Robert Breer, Anne Brégeaut, Joël Brisse, Camille Bryen, Marie-Claude Bugeaud, Pierre Buraglio, Daniel Buren, Pol Bury, César, Jacques Charlier, Roman Cieslewicz, Émile Compard, Éric Dalbis, Olivier Debré, Jean Degottex, Leonardo Delfino, François Despatin & Christian Gobeli, Daniel Dezeuze, Erik Dietman, Robert Doisneau, Noël Dolla, Jean Dubuffet, François Dufrêne, Erró, Sylvie Fanchon, Jacques Faujour, Philippe Gronon, Raymond Hains, Hans Hartung, Jean Hélion, Pontus Hultén, Christian Jaccard, Alain Jacquet, Michele Katz, Jiří Kolář, François Kollar, Rodolfo Krasno, René Laubies, Philippe Lepeut, Alberto Magnelli, Robert Malaval, Alfred Manessier, Marino di Teana, Jean Messagier, Henri Michaux, Bernard Moninot, Jacques Monory, NIKOS, Bernard Pages, Gina Pane, Pavlos, Bruno Peinado, Daniel Pommereulle, Clovis Prévost, André Raffray, Bernard Rancillac, Martial Raysse, Antonio Recalcati, Judit Reigl, Germaine Richier, Willy Ronis, François Rouan, Peter Saul, Antonio Seguí, Jean-Claude Silbermann, Jesús Rafael Soto, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri, Peter Stämpfli, Veit Stratmann, Takis, Tal Coat, Hervé Télémaque, Luis Tomasello, Geer van Velde, Vladimir Veličković, Claude Viallat, Jacques Villeglé, Sabine Weiss.

Programmation autour de l’exposition « L’œil vérité »

👉 Dimanche 1er octobre 2023, 15h et 17h
Visites gustatives de l’exposition « L’œil vérité » par L’ORGANISATION

Avec L’ORGANISATION, la compagnie qu’elle crée en 2010, Élodie Segui place au cœur de la création de nouveaux champs d’investigations comme l’agriculture, le design, la science, la cuisine… Au MAC VAL, elle s’associe à la cheffe Natalia Santos Amado et au comédien Mathieu Dufourg pour imaginer deux visites gustatives de l’exposition « L’œil vérité », l’occasion de (re)découvrir les œuvres autrement, par le biais de nos sens et de notre imaginaire.

Durée 50 min
Gratuit, sur inscription : reservation@macval.fr ou 01 43 91 64 23

👉 Samedi 18 novembre 2023, 11h
« Slow visite » de l’exposition « L’œil vérité » avec Juliette Verga Laliberté
Créée par Juliette Verga Laliberté, hypnologue, la « Slow visite » propose aux visiteurs et visiteuses de faire une expérience plus profonde du musée, d’étirer le temps au musée et de nourrir le regard de tout ce qui a se joue aux œuvres. Il s’agit de donner une densité supplémentaire à la visite et d’en faire un moment à part dans l’agitation du quotidien. L’hypnose permet de focaliser puis d’enrichir l’attention, ainsi que de renouveler la relation que les visiteurs tissent avec les œuvres. Ce dispositif est une création spécifique pour le MAC VAL, un parcours d’1h30 à partir de 5 œuvres seulement, et qui s’adresse au public individuel adulte, souhaitant vivre une « expérience » calme, une expérience esthétique renouvelée.

Gratuit avec le billet d’entrée du musée
Visite sur inscription préalable, jauge limitée à 10 personnes, durée : 1h30
Informations et réservations : reservation@macval.fr

👉 Samedi 25 novembre 2023, 11h
« Cérémonie du regard » avec Véronique Andersen
La « cérémonie du regard » est un nouveau format de visite créé par Véronique Andersen.
Formée en histoire de l’art et en médiation, cette dernière a été l’une des premières à théoriser sur la crise de l’attention au musée et à porter la question de la concentration face aux œuvres. Au MAC VAL, Véronique Andersen amène les visiteurs individuels en petits groupe à prendre le temps de recentrer leur regard sur un nombre restreint d’œuvres (deux à trois) et les invite à pratiquer des protocoles attentionnels (série d’exercices visuels) pour conduire le regard, apprendre à voir et à dialoguer différemment avec les œuvres.

Gratuit avec le billet d’entrée du musée.
Visite sur inscription préalable, jauge limitée à 15 personnes, durée : 1h30.
Informations et réservations : reservation@macval.fr

👉 Dimanche 26 novembre 2023, 16h
Visite en « communication gestuelle naturelle » de l’exposition « L’œil vérité », par Levent Beskardes, poète, comédien et metteur en scène sourd.
Qu’est-ce qu’une visite gestuelle ? Qu’est-ce que la « communication gestuelle naturelle » ? Levent Beskardes invente et partage ce mode de communication qui permet la discussion entre personnes sourdes et entendantes. Il s’agit de s’exprimer en utilisant le corps, pour dire quelque chose, par gestes et en direct, sans lexique pré-existant. Avec une conférencière du musée et en dialogue avec le public, Levent Beskardes partage son regard et ses questionnements sur les œuvres.

Visite tout public, sourd et entendant
Gratuit avec le billet d’entrée du musée
Renseignements et inscription : accessibilite@valdemarne.fr

👉 Samedi 2 décembre 2023, 11h
« Slow visite » de l’exposition « L’œil vérité » avec Juliette Verga Laliberté
Créée par Juliette Verga Laliberté, hypnologue, la « Slow visite » propose aux visiteurs et visiteuses de faire une expérience plus profonde du musée, d’étirer le temps au musée et de nourrir le regard de tout ce qui a se joue aux œuvres. Il s’agit de donner une densité supplémentaire à la visite et d’en faire un moment à part dans l’agitation du quotidien. L’hypnose permet de focaliser puis d’enrichir l’attention, ainsi que de renouveler la relation que les visiteurs tissent avec les œuvres. Ce dispositif est une création spécifique pour le MAC VAL, un parcours d’1h30 à partir de 5 œuvres seulement, et qui s’adresse au public individuel adulte, souhaitant vivre une « expérience » calme, une expérience esthétique renouvelée.

Gratuit avec le billet d’entrée du musée
Visite sur inscription préalable, jauge limitée à 10 personnes, durée : 1h30.
Informations et réservations : reservation@macval.fr

👉 Samedi 9 décembre 2023, 11h
« Cérémonie du regard » avec Véronique Andersen
La « cérémonie du regard » est un nouveau format de visite créé par Véronique Andersen.
Formée en histoire de l’art et en médiation, cette dernière a été l’une des premières à théoriser sur la crise de l’attention au musée et à porter la question de la concentration face aux œuvres. Au MAC VAL, Véronique Andersen amène les visiteurs individuels en petits groupe à prendre le temps de recentrer leur regard sur un nombre restreint d’œuvres (deux à trois) et les invite à pratiquer des protocoles attentionnels (série d’exercices visuels) pour conduire le regard, apprendre à voir et à dialoguer différemment avec les œuvres.

Gratuit avec le billet d’entrée du musée.
Visite sur inscription préalable, jauge limitée à 15 personnes, durée : 1h30.
Informations et réservations : reservation@macval.fr

Ressources documentaires

Voir le dossier documentaire proposé par le centre de documentation du MAC VAL. Il présente une série de ressources sur les artistes et les thématiques abordées dans l’exposition.

L’affiche

Partenaires