exposition collective
22 octobre 2010 - 16 janvier 2011
  015/015

Forty-One

Les oeuvres de Douglas Gordon, installations, vidéos, sculptures ou
photographies, se jouent des dualités universelles de la vie et de la
mort, en travaillant sur la matière « temps ». À travers le ralenti, les tentatives d’épuisement du réel, l’artiste propose une nouvelle expérience du cinéma en même temps qu’il se plonge dans une introspection fertile : de « 24 Hour Psycho » (1993), où il rétablit la réalité du temps qu’une oeuvre de fiction avait forcément contractée, à « Zidane, un portrait du XXIe siècle » (2004), coréalisé avec Philippe Parreno, où il filme exclusivement, sous tous les angles, le temps
d’un match, le footballeur en activité le plus célèbre du monde.

Le squelette de crâne est un élément récurrent de la syntaxe de l’artiste : dans « Proposal for a Posthumous Portrait » (2004), il le montre de dos, face à des miroirs ; dans « One Step Forward » (2004), c’est un Polaroid dans un cadre aux proportions démesurées, qu’un enfant ramasse ; dans « Îles flottantes (If Monet Met Cézanne, in Montfavet) », vidéo de 2008, plusieurs boîtes crâniennes surnagent à la surface d’une étendue d’eau… Les références sont multiples, de la mort du Christ aux vanités du XVIIe siècle, du culte des reliques au portrait de Marcel Duchamp avec sa tonsure en forme d’étoile immortalisée par Man Ray en 1919 – tonsure considérée dans certaines religions comme un mode de communication avec le divin.

Dès 2003, l’anniversaire de l’artiste donne lieu à des œuvres abordant la question de la vanité. « Happy Birthday to Me… » (2003) présente des crânes percés d’étoiles, baignés dans une lumière rouge sang. Dans « Self-Portrait of You + Me (After Factory) » (2007), Douglas Gordon détourne des posters de sérigraphies de crânes humains d’Andy Warhol en un memento mori angoissant, filiation de l’autoreprésentation comme quête d’immortalité. « Forty-One » fait partie d’une série de « crânes anniversaire » percés d’étoiles
à cinq branches. Chaque année, l’artiste poinçonne le nombre d’étoiles correspondant à son âge dans l’os du crâne. Mue annuelle, trace du deuil de l’homme, Douglas Gordon sculpte le temps et se confronte à ses propres tabous familiaux : la secte de sa mère, témoin de Jéhovah, qui ne fête pas les anniversaires et s’oppose aux transfusions sanguines.

J.B.

 

Douglas Gordon

2007
Crâne humain, socle en verre,
miroir, 174 x 46 x 46 cm.
Courtesy Yvon Lambert, Paris/New York.