MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Les scolaires

Le MAC VAL accueille gratuitement les enseignants et leurs élèves, de la maternelle à l’université.
Afin de préparer au mieux l’accueil des classes au musée, il est demandé à l’enseignant de faire parvenir son projet, en retournant deux semaines au minimum avant la visite la fiche de partenariat établie pour chaque réservation.
Une découverte préalable des expositions est fortement conseillée. À l’issue de la visite fixe du mercredi 15h, un temps d’échange est réservé aux enseignants et responsables de groupes permettant de construire ensemble leurs futures visites, découvrir les outils à leur disposition et faciliter leur venue en autonomie.

La présentation thématisée des expositions proposée ici est un point de départ pour une visite active menée par un conférencier.
Les visites sont déclinées par niveau de classe, dans la suite de cette page (« Préparez votre visite »).
Une découverte préalable des expositions est fortement conseillée.

Pour les maternelles

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Petit grand ou grand petit ? »
Entre mesure et démesure, les oeuvres de l’exposition « Sans réserve » jouent avec les changements d’échelles spatiales et temporelles.
De la maquette à l’installation, chacune des oeuvres transforme notre expérience du corps.
Une visite pour se sentir tour à tour gigantesques ou minuscules !

- « Je suis le héros du musée ! »
Les oeuvres de l’exposition de la collection sont mystérieuses : elles laissent place à notre imagination et nous invitent au récit. Cette visite, pensée comme une aventure à tiroirs, nous fait rencontrer les lieux, les objets, les personnages d’une histoire possible à élaborer avec les oeuvres et avec les autres.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet, « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Dessiner avec le corps »
Construites à partir d’un vocabulaire de formes abstraites géométriques, les sculptures d’Élisabeth Ballet nous proposent une expérience particulière du corps et du regard. L’artiste déploie une grande variété de gestes – tracer, délimiter, ouvrir, percer, enfermer, poser, monter – comme autant de relations possibles à l’espace qui nous entoure.
Cette visite propose d’expérimenter par le corps les questions de mesure, de rythme, de mouvement et de déplacement.
Cette visite aborde également les thématiques architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault », du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « On ne joue pas avec la nourriture ? »
Les oeuvres de Kader Attia contiennent de drôles d’ingrédients : semoule, sucre, pétrole... L’artiste manipule et met en scène des matériaux fragiles et instables, comme le sont nos émotions.
Cette visite de l’exposition est l’occasion de découvrir autrement des éléments de notre vie quotidienne, propices à évoquer chez nous des sentiments et des souvenirs.

- « Un livre, une oeuvre »
Les enfants découvrent une sélection d’oeuvres du musée, de livres d’artistes et d’albums Jeunesse. Les documentalistes choisissent des formats étonnants et des manières inédites de raconter une histoire.
Le parcours se décline tout en surprise, du livre à l’oeuvre, en deux temps : la découverte des livres avec la documentaliste et la visite du musée avec un.e conférencier.ière.
Visites les matins du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : 1 h 30

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Miniatures »
En mode XS ou XXL, en jouant du microscope ou du télescope, les scientifiques comme les artistes nous invitent à modifier notre perception du monde. En multipliant les niveaux d’échelle, ils rétrécissent ou augmentent la réalité, font apparaître des terres insoupçonnées, nous révèlent des univers minuscules ou gigantesques…
Tour d’horizon de ces expériences animées de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Pour les élémentaires

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « De l’oeil à l’image »
Entre l’oeil et l’image, il y a des outils pour saisir et cadrer, pour transmettre un point de vue sur le monde qui nous entoure. Construire une image,
c’est répartir des éléments dans le cadre, mais c’est aussi choisir un format et décider de laisser des éléments hors-champ, à imaginer.
Gros plan ou panoramique ? Vue d’avion ou au microscope ? En plongée ou en travelling ?
Au cours de cette visite, les élèves sont invités à reconnaître différents outils d’enregistrement ainsi que l’effet des choix de composition de l’image sur nos perceptions de spectateur.

- « Au pied de la lettre »
Les mots peuvent-ils devenir des images ? Peut-on écrire en dessinant ou dessiner en écrivant ? Les artistes contemporains considèrent les lettres de l’alphabet, les mots, le texte mais aussi les jeux de langage, comme une matière de création à part
entière.
Au cours de la visite, les enfants peuvent explorer différentes relations entre le texte et les images. Ils découvrent également des mots devenus tableaux, vidéos ou installations.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Desculptures »
Dessiner l’espace, dessiner dans l’espace.
À la découverte des oeuvres de l’artiste Élisabeth Ballet et des maquettes architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault
 » (du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018), cette visite propose d’explorer comment des formes géométriques élémentaires peuvent faire naître des espaces en trois dimensions parfois spectaculaires.
Les élèves découvrent comment la sculpture d’aujourd’hui fait participer tout le corps et comment elle peut nous amener à sentir des notions à la fois concrètes et symboliques comme le plein et le vide, l’intérieur et l’extérieur, le désordre et l’équilibre.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Matériaux émouvants »
Alors que les architectes conçoivent des bâtiments pour accueillir des corps, Kader Attia modélise ses villes et ses architectures pour qu’elles soient regardées : leur silhouette et leurs volumes sont les signes d’une culture et d’une manière de vivre ensemble. Alors que les architectes choisissent des matériaux durables et résistants, l’artiste prend le parti de l’évocation, du souvenir, de l’émotion et de la fragilité.
Au cours de cette visite, on perçoit comment l’artiste réemploie des objets de la maison ou façonne des aliments pour suggérer le symbolique et l’affectif.

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Mots croisés »
Du mot à l’image, la frontière est parfois mince.
Retrouvez une sélection de courts métrages et de vidéos d’artistes pour explorer cette relation riche et multiple qui nous mène tour-à-tour du lisible au visible.
Au programme : mots-images, jeux de mots, trompe-l’oeil, jeux typographiques, etc.

Pour les collèges

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Carbone 14 »
Des artistes de l’exposition « Sans réserve » jouent avec les outils des scientifiques pour mettre en scène un voyage dans le temps. La matière semble avoir enregistré les traces d’une histoire, parfois très ancienne. Par une attention aux empreintes et
indices, la visite prend la forme d’une enquête sur notre désir de décrypter le passé, de nous projeter dans le futur ou de brouiller les sources.

- « Réalité augmentée »
Des artistes de l’exposition « Sans réserve » sèment des indices sur les potentialités d’existence d’un lieu : portes semi-ouvertes, portions de route, bureaux désertés, lignes d’horizon... À la frontière entre ce qui existe et ce qui pourrait exister, ces espaces sont comme des bulles fictionnelles qui se greffent au réel. Chaque oeuvre favorise une projection mentale, une mise en marche de l’imaginaire.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Casse-tête »
Comment l’architecte et le sculpteur passent-ils de l’idée au plan, du plan au volume, dans leur travail ?
Esquisses, plans, maquettes, plusieurs étapes de travail précèdent la construction d’un bâtiment. Élisabeth Ballet conçoit des sculptures oscillant entre 2D et 3D, à la manière d’un ruban de Möbius. L’artiste joue des écarts perceptifs entre projection mentale et déambulation physique. En multipliant les points de vue, cette visite propose une exploration sensible de la notion d’échelle et de nos repères spatio-temporels.
Cette visite permet également de découvrir l’exposition dédié à l’architecte du MAC VAL « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault » (du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018).

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Habiter l’histoire »
Comment les lieux que nous habitons participent-ils de notre histoire ? Y’a-t-il quelque chose de commun entre l’urbanisme communautaire des médinas du Maghreb et les grands ensembles de banlieue ?
Les formes architecturales modernes sont nourries de citations, de déplacements, de métissages qui racontent une histoire. Est-ce qu’habiter l’architecture est aussi habiter l’histoire ? Quelles libertés avons-nous dans notre manière d’habiter et de
nous raconter ?

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Caméra cachée »
Les artistes aiment regarder par le petit trou de la serrure. Pour découvrir ce que l’on nous cache ou tout simplement inventer une nouvelle façon de voir, à travers les portes, les murs, et tout ce qui contraint le regard. Pour réduire la distance et trouver un point de vue inédit, ce VOD propose donc d’y aller voir, entre architecture et instruments de vision.

Pour les lycées

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Optique : esthétique »
L’histoire de l’art suit, influence, précède parfois les instruments de la vision. De la camera obscura aux satellites GPS, les artistes n’ont de cesse d’interroger et d’utiliser les dispositifs de production d’images.
L’exposition « Sans réserve » permet d’inscrire les oeuvres contemporaines dans une « histoire collective du voir » où les outils de la science et de l’art se rencontrent : microscope, télescope, modélisation, perspective, diorama, projecteur de films.

- « Making-of »
Une oeuvre montre rarement tout de sa fabrication.
L’exposition n’est qu’un moment de son existence si l’on considère les activités implicites qui l’entourent : sa genèse, sa fabrication, son accrochage et sa conservation.
De l’atelier à la rue, de l’ordinateur portable au studio de cinéma, les lieux du travail artistique diffèrent aussi en fonction des pratiques et des contraintes que rencontrent les artistes.
Une visite pour comprendre comment de nombreux professionnels collaborent avec les artistes : artisans, techniciens, ingénieurs du son, éclairagistes, professionnels du musée, etc. Leurs savoir-faire et points de vue participent à la production de l’oeuvre.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Mettre en scène l’espace »
Les oeuvres d’Élisabeth Ballet ne font pas mystère de leur construction ni de leurs constituants. On identifie sans difficulté le vocabulaire formel, architectural ou familier dans les agencements qu’elle propose. L’artiste engage son travail sur la question du déplacement et des ambiguïtés qui peuvent en découler.
Avec la visite de l’exposition « Tout En Un Plus Trois », c’est sur ce mode que nous faisons l’expérience du dehors et du dedans, des mots aux choses, du plan vers le volume. Ces territoires impénétrables tiennent le spectateur à distance et l’oblige à une déambulation mentale.
Cette visite aborde également les thématiques architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault », du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Histoire alternative »
Kader Attia propose des relectures de l’histoire qui révèlent les blessures toujours actives et l’héritage des conceptions coloniales.
En soulignant ce que le modernisme de Le Corbusier doit à l’architecture vernaculaire arabe, Kader Attia invite à voir autrement les formes standardisées des immeubles collectifs contemporains.
Il y souligne une origine préindustrielle marquée par une recherche de spiritualité. Il remet ainsi en cause les idées reçues sur la déshumanisation et l’hyper-fonctionnalité de l’habitat moderne.
La visite de l’exposition propose une exploration des réflexions de l’artiste sur les réappropriations culturelles et sur l’histoire envisagée d’un point de vue non-occidental.

Pour les maternelles

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Petit grand ou grand petit ? »
Entre mesure et démesure, les oeuvres de l’exposition « Sans réserve » jouent avec les changements d’échelles spatiales et temporelles.
De la maquette à l’installation, chacune des oeuvres transforme notre expérience du corps.
Une visite pour se sentir tour à tour gigantesques ou minuscules !

- « Je suis le héros du musée ! »
Les oeuvres de l’exposition de la collection sont mystérieuses : elles laissent place à notre imagination et nous invitent au récit. Cette visite, pensée comme une aventure à tiroirs, nous fait rencontrer les lieux, les objets, les personnages d’une histoire possible à élaborer avec les oeuvres et avec les autres.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet, « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Dessiner avec le corps »
Construites à partir d’un vocabulaire de formes abstraites géométriques, les sculptures d’Élisabeth Ballet nous proposent une expérience particulière du corps et du regard. L’artiste déploie une grande variété de gestes – tracer, délimiter, ouvrir, percer, enfermer, poser, monter – comme autant de relations possibles à l’espace qui nous entoure.
Cette visite propose d’expérimenter par le corps les questions de mesure, de rythme, de mouvement et de déplacement.
Cette visite aborde également les thématiques architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault », du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « On ne joue pas avec la nourriture ? »
Les oeuvres de Kader Attia contiennent de drôles d’ingrédients : semoule, sucre, pétrole... L’artiste manipule et met en scène des matériaux fragiles et instables, comme le sont nos émotions.
Cette visite de l’exposition est l’occasion de découvrir autrement des éléments de notre vie quotidienne, propices à évoquer chez nous des sentiments et des souvenirs.

- « Un livre, une oeuvre »
Les enfants découvrent une sélection d’oeuvres du musée, de livres d’artistes et d’albums Jeunesse. Les documentalistes choisissent des formats étonnants et des manières inédites de raconter une histoire.
Le parcours se décline tout en surprise, du livre à l’oeuvre, en deux temps : la découverte des livres avec la documentaliste et la visite du musée avec un.e conférencier.ière.
Visites les matins du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : 1 h 30

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Miniatures »
En mode XS ou XXL, en jouant du microscope ou du télescope, les scientifiques comme les artistes nous invitent à modifier notre perception du monde. En multipliant les niveaux d’échelle, ils rétrécissent ou augmentent la réalité, font apparaître des terres insoupçonnées, nous révèlent des univers minuscules ou gigantesques…
Tour d’horizon de ces expériences animées de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Pour les élémentaires

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « De l’oeil à l’image »
Entre l’oeil et l’image, il y a des outils pour saisir et cadrer, pour transmettre un point de vue sur le monde qui nous entoure. Construire une image,
c’est répartir des éléments dans le cadre, mais c’est aussi choisir un format et décider de laisser des éléments hors-champ, à imaginer.
Gros plan ou panoramique ? Vue d’avion ou au microscope ? En plongée ou en travelling ?
Au cours de cette visite, les élèves sont invités à reconnaître différents outils d’enregistrement ainsi que l’effet des choix de composition de l’image sur nos perceptions de spectateur.

- « Au pied de la lettre »
Les mots peuvent-ils devenir des images ? Peut-on écrire en dessinant ou dessiner en écrivant ? Les artistes contemporains considèrent les lettres de l’alphabet, les mots, le texte mais aussi les jeux de langage, comme une matière de création à part
entière.
Au cours de la visite, les enfants peuvent explorer différentes relations entre le texte et les images. Ils découvrent également des mots devenus tableaux, vidéos ou installations.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Desculptures »
Dessiner l’espace, dessiner dans l’espace.
À la découverte des oeuvres de l’artiste Élisabeth Ballet et des maquettes architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault
 » (du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018), cette visite propose d’explorer comment des formes géométriques élémentaires peuvent faire naître des espaces en trois dimensions parfois spectaculaires.
Les élèves découvrent comment la sculpture d’aujourd’hui fait participer tout le corps et comment elle peut nous amener à sentir des notions à la fois concrètes et symboliques comme le plein et le vide, l’intérieur et l’extérieur, le désordre et l’équilibre.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Matériaux émouvants »
Alors que les architectes conçoivent des bâtiments pour accueillir des corps, Kader Attia modélise ses villes et ses architectures pour qu’elles soient regardées : leur silhouette et leurs volumes sont les signes d’une culture et d’une manière de vivre ensemble. Alors que les architectes choisissent des matériaux durables et résistants, l’artiste prend le parti de l’évocation, du souvenir, de l’émotion et de la fragilité.
Au cours de cette visite, on perçoit comment l’artiste réemploie des objets de la maison ou façonne des aliments pour suggérer le symbolique et l’affectif.

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Mots croisés »
Du mot à l’image, la frontière est parfois mince.
Retrouvez une sélection de courts métrages et de vidéos d’artistes pour explorer cette relation riche et multiple qui nous mène tour-à-tour du lisible au visible.
Au programme : mots-images, jeux de mots, trompe-l’oeil, jeux typographiques, etc.

Pour les collèges

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Carbone 14 »
Des artistes de l’exposition « Sans réserve » jouent avec les outils des scientifiques pour mettre en scène un voyage dans le temps. La matière semble avoir enregistré les traces d’une histoire, parfois très ancienne. Par une attention aux empreintes et
indices, la visite prend la forme d’une enquête sur notre désir de décrypter le passé, de nous projeter dans le futur ou de brouiller les sources.

- « Réalité augmentée »
Des artistes de l’exposition « Sans réserve » sèment des indices sur les potentialités d’existence d’un lieu : portes semi-ouvertes, portions de route, bureaux désertés, lignes d’horizon... À la frontière entre ce qui existe et ce qui pourrait exister, ces espaces sont comme des bulles fictionnelles qui se greffent au réel. Chaque oeuvre favorise une projection mentale, une mise en marche de l’imaginaire.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Casse-tête »
Comment l’architecte et le sculpteur passent-ils de l’idée au plan, du plan au volume, dans leur travail ?
Esquisses, plans, maquettes, plusieurs étapes de travail précèdent la construction d’un bâtiment. Élisabeth Ballet conçoit des sculptures oscillant entre 2D et 3D, à la manière d’un ruban de Möbius. L’artiste joue des écarts perceptifs entre projection mentale et déambulation physique. En multipliant les points de vue, cette visite propose une exploration sensible de la notion d’échelle et de nos repères spatio-temporels.
Cette visite permet également de découvrir l’exposition dédié à l’architecte du MAC VAL « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault » (du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018).

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Habiter l’histoire »
Comment les lieux que nous habitons participent-ils de notre histoire ? Y’a-t-il quelque chose de commun entre l’urbanisme communautaire des médinas du Maghreb et les grands ensembles de banlieue ?
Les formes architecturales modernes sont nourries de citations, de déplacements, de métissages qui racontent une histoire. Est-ce qu’habiter l’architecture est aussi habiter l’histoire ? Quelles libertés avons-nous dans notre manière d’habiter et de
nous raconter ?

- VOD (Video On Demand)
Une projection et une visite d’exposition autour d’une thématique préalablement établie sont menées par un.e conférencier.ière qui accompagne la découverte des films et des oeuvres.
Contactez-nous pour sélectionner un programme de films et de vidéos parmi ceux proposés, choisir une date et organiser votre venue.
Projections possibles du mardi au vendredi
Gratuit, sur réservation
Durée : variable en fonction de l’âge des participants

« Caméra cachée »
Les artistes aiment regarder par le petit trou de la serrure. Pour découvrir ce que l’on nous cache ou tout simplement inventer une nouvelle façon de voir, à travers les portes, les murs, et tout ce qui contraint le regard. Pour réduire la distance et trouver un point de vue inédit, ce VOD propose donc d’y aller voir, entre architecture et instruments de vision.

Pour les lycées

Autour de « Sans réserve », exposition des oeuvres de la collection

- « Optique : esthétique »
L’histoire de l’art suit, influence, précède parfois les instruments de la vision. De la camera obscura aux satellites GPS, les artistes n’ont de cesse d’interroger et d’utiliser les dispositifs de production d’images.
L’exposition « Sans réserve » permet d’inscrire les oeuvres contemporaines dans une « histoire collective du voir » où les outils de la science et de l’art se rencontrent : microscope, télescope, modélisation, perspective, diorama, projecteur de films.

- « Making-of »
Une oeuvre montre rarement tout de sa fabrication.
L’exposition n’est qu’un moment de son existence si l’on considère les activités implicites qui l’entourent : sa genèse, sa fabrication, son accrochage et sa conservation.
De l’atelier à la rue, de l’ordinateur portable au studio de cinéma, les lieux du travail artistique diffèrent aussi en fonction des pratiques et des contraintes que rencontrent les artistes.
Une visite pour comprendre comment de nombreux professionnels collaborent avec les artistes : artisans, techniciens, ingénieurs du son, éclairagistes, professionnels du musée, etc. Leurs savoir-faire et points de vue participent à la production de l’oeuvre.

Autour de l’exposition d’Élisabeth Ballet « Tout En Un Plus Trois » du 21 octobre 2017 au 5 février 2018

- « Mettre en scène l’espace »
Les oeuvres d’Élisabeth Ballet ne font pas mystère de leur construction ni de leurs constituants. On identifie sans difficulté le vocabulaire formel, architectural ou familier dans les agencements qu’elle propose. L’artiste engage son travail sur la question du déplacement et des ambiguïtés qui peuvent en découler.
Avec la visite de l’exposition « Tout En Un Plus Trois », c’est sur ce mode que nous faisons l’expérience du dehors et du dedans, des mots aux choses, du plan vers le volume. Ces territoires impénétrables tiennent le spectateur à distance et l’oblige à une déambulation mentale.
Cette visite aborde également les thématiques architecturales de l’exposition « De l’intuition au réel – Hommage à Jacques Ripault », du 21 octobre 2017 au 28 janvier 2018.

Autour de l’exposition de Kader Attia du 14 avril 2018 à septembre 2018

- « Histoire alternative »
Kader Attia propose des relectures de l’histoire qui révèlent les blessures toujours actives et l’héritage des conceptions coloniales.
En soulignant ce que le modernisme de Le Corbusier doit à l’architecture vernaculaire arabe, Kader Attia invite à voir autrement les formes standardisées des immeubles collectifs contemporains.
Il y souligne une origine préindustrielle marquée par une recherche de spiritualité. Il remet ainsi en cause les idées reçues sur la déshumanisation et l’hyper-fonctionnalité de l’habitat moderne.
La visite de l’exposition propose une exploration des réflexions de l’artiste sur les réappropriations culturelles et sur l’histoire envisagée d’un point de vue non-occidental.

# Réservations et informations

Dans la mesure de vos possibilités, merci de privilégier les réservations par courriel : reservation@macval.fr

Les réservations sont ouvertes également par téléphone, auprès du secrétariat de l’équipe des publics,
- le lundi et jeudi de 9h à 12h30,
- le mardi, mercredi et vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 16h,

Tél. 01 43 91 64 23

#Le programme pour les Groupes, Partenaires et Scolaires

PDF - 1.6 Mo
Téléchargez au format PDF
 

Réservations et informations

Dans la mesure de vos possibilités, merci de privilégier les réservations par courriel : reservation@macval.fr

Les réservations sont ouvertes également par téléphone, auprès du secrétariat de l’équipe des publics,
- le lundi et jeudi de 9h à 12h30,
- le mardi, mercredi et vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 16h,

Tél. 01 43 91 64 23

Le programme pour les Groupes, Partenaires et Scolaires

PDF - 1.6 Mo
Téléchargez au format PDF