MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Raphaël Barontini

Dimanche 3 juin à partir de 14h, Raphaël Barontini présentera l’estampe lors des « rendez-vous aux jardins » à la roseraie départementale de l’Haÿ-les-Roses. L’affiche tirée de l’estampe, dédicacée par l’artiste, sera offerte au public

Diplômé de L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Raphaël Barontini est né en 1984, il vit et travaille en Seine-Saint-Denis.

Fasciné par l’histoire de la peinture et son iconographie, Raphaël Barontini s’est constitué un répertoire d’images, pour réaliser ses compositions.

Pour la création de l’estampe de la Roseraie 2018, il s’est inspiré d’un portrait de cour du XVIIIe siècle, d’Elisabeth Vigée Lebrun, représentant Marie-Antoinette dans les jardins de Versailles.

Sur un fond qu’il peint, le détail d’une photographie ethnographique à l’origine inconnue, des taches de pattes de félins, des boutons de roses et un morceau de palmier fluorescent, se superposent. S’ensuit une technique d’impression mixte, collage, sérigraphie, jet d’encre. Ce processus de recomposition, de prime abord complexe, repose en réalité sur l’idée de créolisation développée par l’écrivain martiniquais Edouard Glissant. Imaginaires ou préexistants, peints, collés ou superposés, en tout cas énigmatiques, ces détails contribuent à transformer la signification de ce portrait.

Ici, l’histoire des jardins à la française renvoie à l’histoire de la Roseraie départementale du Val de Marne. Raphaël Barontini a souhaité lier cette œuvre à l’héritage imaginaire et visuel des jardins classiques. Il rappelle ainsi le caractère populaire de cette Roseraie et plus largement, l’accès libre des parcs départementaux à la population.

Diplômé de L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Raphaël Barontini est né en 1984, il vit et travaille en Seine-Saint-Denis.

Fasciné par l’histoire de la peinture et son iconographie, Raphaël Barontini s’est constitué un répertoire d’images, pour réaliser ses compositions.

Pour la création de l’estampe de la Roseraie 2018, il s’est inspiré d’un portrait de cour du XVIIIe siècle, d’Elisabeth Vigée Lebrun, représentant Marie-Antoinette dans les jardins de Versailles.

Sur un fond qu’il peint, le détail d’une photographie ethnographique à l’origine inconnue, des taches de pattes de félins, des boutons de roses et un morceau de palmier fluorescent, se superposent. S’ensuit une technique d’impression mixte, collage, sérigraphie, jet d’encre. Ce processus de recomposition, de prime abord complexe, repose en réalité sur l’idée de créolisation développée par l’écrivain martiniquais Edouard Glissant. Imaginaires ou préexistants, peints, collés ou superposés, en tout cas énigmatiques, ces détails contribuent à transformer la signification de ce portrait.

Ici, l’histoire des jardins à la française renvoie à l’histoire de la Roseraie départementale du Val de Marne. Raphaël Barontini a souhaité lier cette œuvre à l’héritage imaginaire et visuel des jardins classiques. Il rappelle ainsi le caractère populaire de cette Roseraie et plus largement, l’accès libre des parcs départementaux à la population.

#

Raphaël Barontini, Bread and Roses, 2018
Impression mixte
Commande du Conseil départemental pour l’ouverture de la Roseraie départementale

 

Raphaël Barontini, Bread and Roses, 2018
Impression mixte
Commande du Conseil départemental pour l’ouverture de la Roseraie départementale