MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Irina Korina

De l’artiste aux œuvres

Irina Korina
Née en 1977 à Moscou (Russie), vit et travaille à Moscou

« Quand les arbres seront grands »

Irina Korina a suivi une formation théâtrale à l’Académie du théâtre russe (GITIS) ainsi qu’un cursus artistique à l’Académie des beaux-arts Valand de Gotebord (Suède) et à la Kunstakademie de Vienne. Elle a déjà participé à de nombreuses expositions internationales et son travail a notamment été remarqué à la Biennale de Venise 2008 (Pavillon russe).

En découvrant l’ensemble de ses installations et de ses sculptures créées depuis 2000, on peut souligner de nombreux allers-retours formels, expressifs entre les œuvres mais hors de tout systématisme, hors de toute reprise ou déclinaison de motifs identiques.

Un des points communs est bien toutefois ce constant investissement de la « forme-monument » : à partir de quels critères un bâtiment, une sculpture, un objet peut-il être qualifié de monument ? Cette relation au temps, à l’espace et à l’Histoire, à l’objet et au socle, Irina Korina en fait la matière même de ses installations et sculptures, aux matériaux récupérés, « faussement » kitsch et pop. En effet, ces œuvres sont parfois plus proches d’une invention poétique dans l’étrange et féconde proximité d’objets et matériaux. Futurologia (2010), exposé à l’intérieur de musées, est ainsi la combinaison de lampes, de panneaux opaques blancs qui entourent un tronc d’arbre d’où l’on devine d’étonnants branchages.

Au MAC/VAL, ce sont des souches d’arbres qui - selon le point de vue, selon le rapport choisi entre extérieur et intérieur - sont irriguées, nourries ou bien contraintes, vidées de leur sève par cette « prothèse » une corolle de bouteilles d’eau en plastique. Les souches d’arbres sont ici supports et socles de vieux sigles en métal, et l’incapacité d’y lire leur fonction première, dans leur contexte d’origine, renforcent la combinaison entre le désuet, l’absurde mais aussi la capacité de tout sigle à être chargé d’un nouveau sens. Selon Irina Korina, « les arbres font toujours office de témoins neutres et éternels ».

Irina KORINA - À propos de « Quand les arbres étaient grands... » 15/10/2010 from MAC/VAL Productions audiovisuell on Vimeo.

« A propos de Quand les arbres étaient grand, entretien avec Irina Korina du 15 octobre 2010 », 2010-2013, réal. : Antonie Bergmeier, montage : Cornelia Eichhorn, interview : Valérie Labayle, traduction en français : Elise Daniaud.

De l’artiste aux œuvres

Irina Korina
Née en 1977 à Moscou (Russie), vit et travaille à Moscou

« Quand les arbres seront grands »

Irina Korina a suivi une formation théâtrale à l’Académie du théâtre russe (GITIS) ainsi qu’un cursus artistique à l’Académie des beaux-arts Valand de Gotebord (Suède) et à la Kunstakademie de Vienne. Elle a déjà participé à de nombreuses expositions internationales et son travail a notamment été remarqué à la Biennale de Venise 2008 (Pavillon russe).

En découvrant l’ensemble de ses installations et de ses sculptures créées depuis 2000, on peut souligner de nombreux allers-retours formels, expressifs entre les œuvres mais hors de tout systématisme, hors de toute reprise ou déclinaison de motifs identiques.

Un des points communs est bien toutefois ce constant investissement de la « forme-monument » : à partir de quels critères un bâtiment, une sculpture, un objet peut-il être qualifié de monument ? Cette relation au temps, à l’espace et à l’Histoire, à l’objet et au socle, Irina Korina en fait la matière même de ses installations et sculptures, aux matériaux récupérés, « faussement » kitsch et pop. En effet, ces œuvres sont parfois plus proches d’une invention poétique dans l’étrange et féconde proximité d’objets et matériaux. Futurologia (2010), exposé à l’intérieur de musées, est ainsi la combinaison de lampes, de panneaux opaques blancs qui entourent un tronc d’arbre d’où l’on devine d’étonnants branchages.

Au MAC/VAL, ce sont des souches d’arbres qui - selon le point de vue, selon le rapport choisi entre extérieur et intérieur - sont irriguées, nourries ou bien contraintes, vidées de leur sève par cette « prothèse » une corolle de bouteilles d’eau en plastique. Les souches d’arbres sont ici supports et socles de vieux sigles en métal, et l’incapacité d’y lire leur fonction première, dans leur contexte d’origine, renforcent la combinaison entre le désuet, l’absurde mais aussi la capacité de tout sigle à être chargé d’un nouveau sens. Selon Irina Korina, « les arbres font toujours office de témoins neutres et éternels ».

Irina KORINA - À propos de « Quand les arbres étaient grands... » 15/10/2010 from MAC/VAL Productions audiovisuell on Vimeo.

« A propos de Quand les arbres étaient grand, entretien avec Irina Korina du 15 octobre 2010 », 2010-2013, réal. : Antonie Bergmeier, montage : Cornelia Eichhorn, interview : Valérie Labayle, traduction en français : Elise Daniaud.

#Quand les arbres paraissaient grands

2010
Bois, métal, lampes (ampoules), plastique.
Photo © Jacques Faujour.

#


 

Quand les arbres paraissaient grands

2010
Bois, métal, lampes (ampoules), plastique.
Photo © Jacques Faujour.