MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Carlos Amorales

Supprimer, modifier et préserver
2011.
Photo © DR.
Supprimer, modifier et préserver
2011.
Photo © DR.

Carlos Amorales inaugure une nouvelle installation réalisée au cours de sa résidence au MAC VAL.
Il s’intéresse particulièrement à la dimension sociale que peut jouer un artiste. Ainsi, il réalise une installation constituée du Code civil imprimé avec une encre effaçable et d’entretiens vidéos réalisés avec des ténors du barreau.

Carlos Amorales opère une véritable fiction juridique en proposant d’abroger certains articles du Code civil pour en mesurer la portée. L’objet de cette installation est de nous faire prendre conscience de l’importance et la fragilité des lois qui nous gouvernent.

Dans un contexte social où le politique est de plus en plus contesté, il importe de prendre conscience que ces acquis sont le fruit de luttes et de longues batailles. Pour l’artiste, le terrain du politique devient le cadre privilégié de l’élaboration des discours. C’est pour cette raison qu’il souhaite réintroduire le politique au coeur de la vie citoyenne pour que nous puissions nous réapproprier ses codes et ses usages.

Le Code civil imprimé au crayon à papier permet aux avocats d’effacer un article et de spéculer sur les conséquences de cet acte. Sur un mode ironique, Carlos Amorales remet en cause l’idée que les lois sont gravées dans le marbre ad vitam æternam.

Carlos AMORALES – A propos de « Supprimer, modifier, préserver », 12/10/2011, version sous-titrée from MAC/VAL Productions audiovisuell on Vimeo.

« A propos de Supprimer, modifier, préserver, entretien filmé avec Carlos Amorales et Philippe Eustachon du 12 octobre 2011 », 21 min, VOSTF,
Réalisation et montage : Antonie Bergmeier, interview : Valérie Labayle.

Carlos Amorales inaugure une nouvelle installation réalisée au cours de sa résidence au MAC VAL.
Il s’intéresse particulièrement à la dimension sociale que peut jouer un artiste. Ainsi, il réalise une installation constituée du Code civil imprimé avec une encre effaçable et d’entretiens vidéos réalisés avec des ténors du barreau.

Carlos Amorales opère une véritable fiction juridique en proposant d’abroger certains articles du Code civil pour en mesurer la portée. L’objet de cette installation est de nous faire prendre conscience de l’importance et la fragilité des lois qui nous gouvernent.

Dans un contexte social où le politique est de plus en plus contesté, il importe de prendre conscience que ces acquis sont le fruit de luttes et de longues batailles. Pour l’artiste, le terrain du politique devient le cadre privilégié de l’élaboration des discours. C’est pour cette raison qu’il souhaite réintroduire le politique au coeur de la vie citoyenne pour que nous puissions nous réapproprier ses codes et ses usages.

Le Code civil imprimé au crayon à papier permet aux avocats d’effacer un article et de spéculer sur les conséquences de cet acte. Sur un mode ironique, Carlos Amorales remet en cause l’idée que les lois sont gravées dans le marbre ad vitam æternam.

Carlos AMORALES – A propos de « Supprimer, modifier, préserver », 12/10/2011, version sous-titrée from MAC/VAL Productions audiovisuell on Vimeo.

« A propos de Supprimer, modifier, préserver, entretien filmé avec Carlos Amorales et Philippe Eustachon du 12 octobre 2011 », 21 min, VOSTF,
Réalisation et montage : Antonie Bergmeier, interview : Valérie Labayle.

#Supprimer, modifier et préserver


2011.
Photo © DR.

 

Supprimer, modifier et préserver

2011.
Photo © DR.