’idéo
Du 5 mars au 5 juin 2011

Présentation

Avec « ’idéo », du 5 mars au 5 juin 2011, le musée d’art contemporain du Val-de-Marne offre une première grande exposition monographique dans une institution française à l’un des chefs de file de la performance, qui depuis maintenant de nombreuses années mêle le savoir et l’absurde. Pour le
MAC/VAL, Éric Duyckaerts réalise un ensemble de vidéos inédites, ainsi que des nouveaux objets, sculptures, wall paintings et sérigraphies... De l’œuvre et de l’artiste, on a beaucoup dit et écrit : brillant orateur, théoricien énigmatique, scientifique mystérieux, savant burlesque... Mais qui est au juste Éric Duyckaerts ? Difficile de répondre, l’homme aux mille et un visages ne se laisse pas enfermer par ses discours. Avec lui, la pensée se fait dérive, les mots basculent naturellement d’un champ à l’autre de la connaissance. Quels que soient les sujets abordés, tout semble d’une invraisemblable vraisemblance.

« ’idéo »

L’œuvre d’Éric Duyckaerts prend notamment racine dans son désir de saboter les discours courant sur l’art. Ses performances donnent lieu à des mises en scène des formes du savoir et autres jeux autour de l’art de disserter. Pour ce faire, il caricature avec un plaisir non dissimulé les styles d’élocution, jusqu’au ridicule. Il change d’accent de manière outrancière... et appuie son discours par des citations obscures. L’artiste poursuit sans relâche sa mise en abyme du savoir et de l’humour.

« Il ne faut pas croire que les idées viennent avant les formes », nous déclare-t-il. La méthode proposée se construit alors sur des principes logiques qui s’offrent à nous comme des outils pour décrypter ses
oeuvres. Qu’elles soient en huit, en cercle ou en ligne, ce sont toujours des énigmes formulées de la même manière. Ses sculptures mystérieuses, baptisées analogies, sont composées d’objets suspendus au plafond. Elles répondent à des logiques formelles : jeux avec des lettres, des chiffres, des signes typographiques... qui invitent le visiteur à une expérience ludique et jubilatoire vers la pensée. À propos de ses analogies, il explique :

« Ce ne sont pas seulement des analogies. Tout le monde fait tout le temps des analogies ? Non. Ce sont des enchaînements d’analogies. Ou des
concaténations d’analogies. Comme vous voudrez. L’idée est la suivante : on peut passer de choses très communément admises à des absurdités, sans qu’il y ait rupture du raisonnement. Par exemple, je peux passer en douceur de 1 sur 2 égale 3 sur 6 à quelque chose comme l’olive et le camembert égale le drapeau de l’ONU et une corne d’abondance. Sans rupture d’intelligibilité.
 »

Vrai ? Faux ? Le visiteur-spectateur n’a guère le loisir de se poser ces questions. Peu importe puisque tout est vraisemblable ! Éric Duyckaerts lui propose une odyssée dans l’univers de la connaissance, une rencontre inespérée de l’art et de la science. C’est dans un tel va-et-vient entre les savoirs et l’art que se dessine peu à peu l’itinéraire d’une œuvre aux multiples facettes où les certitudes n’ont plus de poids.

Éric Duyckaerts est né à Liège en 1953. Il vit actuellement à Nice où il enseigne à la Villa Arson. Son travail articule avec humour les arts plastiques et des savoirs exogènes, tels que les sciences, le droit, la logique mathématique, etc. Il s’est aussi attaché à une exploration des figures de l’analogie et des entrelacs. La vidéo et la conférence lui ont très souvent servi de médium, mais il n’hésite pas à utiliser tous les médias plus traditionnels. Éric Duyckaerts est l’auteur d’un essai, Hegel ou la vie en rose, (1992). L’artiste a représenté la Communauté française de Belgique au Pavillon belge de la biennale de Venise 2007.

« ’idéo » : ce titre renvoie à « vidéo » et à « idée ». Il s’appuie sur la racine « id » qui, en grec aussi bien qu’en latin, indique le savoir (les idées) et la vue. Sous l’apostrophe, se cache une ancienne lettre grecque disparue : le digamma. Il peut être remplacé par un accent, un e ou un v, débouchant ainsi sur les deux significations de vue et de connaissance.

 

PDF - 2.7 Mo
Téléchargez le CQFD
Format PDF
2,67 MO

PDF

JPEG - 878 ko

Vue de l’exposition ’Idéo

JPEG - 553.6 ko

Straubisme, tournage vidéo, 2010.
Production MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
© phhoto : F. Leduc

JPEG - 486 ko

Straubisme, tournage vidéo, 2010.
Production MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
© phhoto : F. Leduc