Exposition collective
Du 7 mai au 19 septembre 2010
  003/015  

The Lovers

Au premier regard, The Lovers évoque une fusion des époques et des styles entre gothique, baroque et ultracontemporain. Étendus, des squelettes
s’enlacent en une étreinte physique, sexuelle mais paradoxalement non
charnelle, unis symboliquement par un fin réseau de chaînettes dorées.
Les ossements reposent sur un socle faisant office à la fois de couche
nuptiale et de sépulture, dans la lignée formelle des sculptures de gisants
et de tombeaux. Dans cet étrange reliquaire d’amour, les matériaux lisses
et précieux se mêlent à des poils ou des cheveux proliférant comme une
vilaine moisissure. Croisant le minéral et l’organique, le durable et le
corruptible, David Altmejd compose par hybridation une vanité sur le
thème de l’éternité des sentiments.

La sculpture Love se développe également en réseau, comme une dentelle en trois dimensions. Les entrelacs fins créent par enchevêtrement une masse à la fois monumentale et légère, aux accents anthropomorphes. Détail discret et érotique, des zones colorées semblent être des points chauds dans ces organismes, des zones de contact très étroit, de pénétration. Évoquant les études anatomiques et scientifiques des systèmes de circulation des flux du corps, l’oeuvre matérialise, en une dynamique tourbillonnante, le transfert d’une intense énergie entre deux corps. Les vertiges de l’amour mais aussi des impressions de vie, des palpitations, des mouvements de décomposition et de composition se trouvent, un peu comme par magie, cristallisés au coeur des oeuvres labyrinthiques de David Altmejd.

M.G.

 

David Altmejd

2004
Plâtre, résine, peinture, cheveux synthétiques, bijoux, paillettes, bois, système d’éclairage, plexiglas, miroir, 114,3 x 228,6 x 137,16 cm. Prêt de l’artiste. Avec l’aimable autorisation d’Andrea Rosen Gallery, New York.
© Photo Oren Slor