MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Les cours d’histoire de l’art

Organisés en deux sessions sur l’année, les cours se tiennent aux EMA (Écoles municipales artistiques), à la Galerie municipale Jean-Collet et au MAC VAL.
Cours dispensés par Alexandra Fau, historienne de l’art et commissaire d’exposition. Les séances se déroulant aux EMA adoptent la forme traditionnelle de cours avec projection, celles à la Galerie municipale Jean-Collet et au MAC VAL invitent à la rencontre des œuvres et des artistes.

Le Vivant : Session 1, Flower Power

Placée sous le signe du vivant, l’année 2016 – 2017 offre une traversée de l’histoire de la création dans ses formes les plus diverses : l’art du paysage, des jardins et des artistes, parfois de véritables « chasseurs- cueilleurs ». Les peintres sur le motif (Claude Monet, Gustave Caillebotte) comptent parmi ces amoureux de la nature qui élaborent, au-delà du jardin, un environnement visuel complet. Avec l’avènement de la modernité, le langage botanique est considéré comme désuet, voire suspect à en croire l’artiste conceptuel Mel Bochner à la fin des années 1960. Aujourd’hui, le vivant semble vouloir revivifier un art par trop aseptisé, pasteurisé et donc dénaturé.

- Mardi 20 sept. 2016, 18h–19h30
L’inspiration botanique
Aux EMA
Fleurs en peinture, de la codification à la banalisation du sujet.

Dès le 17e siècle, la fleur reflète le développement de la botanique et des expéditions maritimes qui rapportent en Europe des espèces rares popularisées par un genre pictural très codifié, la vanité. Les peintres hollandais excellent dans ce registre ; ils vouent une attention particulière au rendu réaliste tout en prenant quelques libertés. Dans Bouquet de fleurs (1618-1621), Ambrosius Bosschaert créé un bouquet improbable, chaque variété qui le compose ayant une période différente de floraison.
Il y a là un désir à peine avoué de rivaliser avec la création divine en donnant une pérennité par la peinture aux choses éphémères. Ces peintres du Nord qui ont eu l’audace de « faire ce qu’ils voient et sentent » fascinent les réalistes deux siècles plus tard. Des sujets aussi anodins qu’une botte d’asperges ou un bouquet de pivoines amorcent le passage au n’importe quoi représenté en peinture avant même le n’importe quoi tout court (Thierry de Duve, Au nom de l’art. Pour une archéologie de la modernité, 1989).

- Mardi 4 octobre 2016, 18h–19h30
Visite de l’exposition de Stéphanie Nava
Galerie municipale Jean-Collet.

Au travers de dessins, installations ou photographies, le travail de Stéphanie Nava recouvre un ensemble de préoccupations relatives à l’espace et à la manière dont celui-ci est organisé, construit et habité. Pour l’exposition « Le théâtre des événements », c’est autour de la notion de décor, entendue dans toutes ses déclinaisons, depuis le théâtre jusqu’à la décoration, que Stéphanie Nava a choisi de rassembler pièces existantes et nouvellement créées. Dans la galerie, le visiteur devenu spectateur passe du factice au réel, du domestique à l’urbain, de la ville à une nature cultivée ou foisonnante.

- Mardi 18 octobre 2016, 18h–19h30
Le langage des fleurs
AUX EMA

Le langage des fleurs popularisé au 19e siècle est une forme de communication non verbale par laquelle un sens précis est associé à chaque fleur.
L’artiste Nathalie Czech s’en empare pour ses Critic’s bouquets (2015) qui « illustrent » quelques-uns des sentiments exprimés par les critiques d’art autour d’une oeuvre ou d’une exposition. Le bouquet énumère de gauche à droite les impressions de l’auteur sans prêter attention à la dissonance esthétique et formelle qui peut en résulter. Si la fleur inspire et révèle une hypersensibilité de peintres même chez les artistes les plus conceptuels (John Baldessari, Mathieu Mercier), elle est aussi celle par qui le danger arrive. Bertrand Lamarche s’attache à une variété dangereuse stigmatisée en Europe, la grande berce du Caucase, qui avait également inspiré Émile Gallé et l’École de Nancy au début du 20e siècle.

- Mardi 8 novembre 2016, 18h–19h30
Focus sur la collection du MAC VAL
Camille Henrot
Au MAC VAL

Camille Henrot prend une grande liberté vis-à-vis des conventions artistiques. Révélée au public par son film Grosse Fatigue (2013), elle rassemble des images de plantes, d’animaux issues des prestigieuses collections du Smithsonian Institute de Washington. Dans « Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ? » (2012), elle livre une interprétation toute personnelle de sa bibliothèque idéale, inspirée de l’art floral japonais, l’Ikebana.

- Mardi 29 novembre 2016, 18h–19h30
Jardins et artistes-jardiniers
Aux EMA

Le jardin en France (châteaux de Versailles, de Vaux-Le-Vicomte, Désert de Retz…) s’est imposé par son fort pouvoir de domination sur l’environnement, sans égal vis-à-vis des exemples italiens. Son évolution fait rimer nature avec culture. Au 18e siècle, les oeuvres de Jean-Baptiste Oudry, Charles-Joseph Natoire, François Boucher, Thomas Gainsborough soulignent les influences réciproques entre jardin et peinture. Les « folies » architecturales du Désert de Retz (Yvelines) conçues par le comte de Montville inspirent des écrivains surréalistes (André Breton s’y livre à un mystérieux jeu de masque), des artistes de l’époque des Lumières ou plus contemporains comme Corey McCorkle (Hermitage, 2010).
Le 19e siècle voit apparaître les jardins sous cloche (immense serre chauffée) et les grands parcs forestiers. L’arbre recouvert de chaux de Vincent Lamouroux (Air 23, 2012) souligne l’artificialité des Buttes-Chaumont qui exploite poétiquement le chaos généré par d’anciennes carrières de plâtre. L’attention portée à la nature coïncide souvent à un moment particulier dans la carrière des artistes en forme de ruptures signifiantes (David Ryan, Henri Cueco) ou de parenthèses temporelles (les époux Poirier, Patrick Neu, Michael Landy).

- Mardi 13 décembre 2016, 18h–19h30
L’inspiration face à la nature
Aux EMA

Claude Monet (1895-1926) rassemble à la fin de sa carrière tous ses efforts pour la construction et l’entretien de deux jardins ( jardin fleuri et jardin d’eau) de Giverny, devenus une source intarissable d’inspiration.
Face aux plus abstraits des Nymphéas, longtemps sous-estimés, Octave Mirbeau éprouve la sensation que « l’art disparaît, s’efface, et que nous nous trouvons plus qu’en présence de la nature vivante complètement conquise et domptée par ce miraculeux peintre ». L’écrivain se plaît à imaginer l’artiste « dans l’intervalle de ses travaux, en manches de chemise, les mains noires de terreau, la figure hâlée de soleil, heureux de semer des graines, dans son jardin toujours éblouissant de fleurs ». La redécouverte dans les années 1950 des paysages de Monet sans horizon ni perspective, en rupture avec la représentation spatiale traditionnelle, coïncide avec les recherches des expressionnistes abstraits américains (Joan Mitchell) et l’émergence d’un formalisme de l’abstraction (Ellsworth Kelly).

- Mardi 10 janvier 2017, 18h–19h30
Du végétal à l’art abstrait
Aux EMA

Entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, le floral impose ses motifs exubérants et foisonnants dans les arts décoratifs. Le néerlandais Piet Mondrian prend ses distances, à regret, avec la peinture de chrysanthèmes qui assurait jusqu’alors sa subsistance.
Il renonce au vert et retient des ondulations des branches une succession de rythmes verticaux et horizontaux. Comme le photographe Karl Blossfeldt, l’américaine Georgia O’Keefe s’inspire de la structure du végétal. Elle ne se reconnaît pas dans les interprétations sexuées de ses fleurs à fort pouvoir vénéneux. « J’essaie d’exprimer ce que je vois d’une fleur et que les autres apparemment ne voient pas » se défend-elle. À l’inverse, Helmut Newton s’engouffre avec délice dans cette voie érotique.

- Mardi 24 janvier 2017, 18h–20h
Projection proposée par SensoProjekt
Au MAC VAL SensoProjekt est une structure dédiée à la promotion et à la diffusion du film sur l’art. Documentaire, fiction, film expérimental, format numérique ou cinématographique, SensoProjekt entend défendre toutes les productions filmiques, actuelles et passées, qui offrent un regard inédit sur l’art et une vision d’auteur(e).

- Samedi 28 janvier 2017, 11h
Visite de galeries ou d’atelier
Le lieu de rendez-vous sera communiqué aux participants au moment de leur inscription.

Le Vivant : Session 2 : Rituels d’artistes

Ouvrir le champ artistique aux pratiques ritualistes, c’est libérer les fulgurances chamaniques, les brèches d’imaginaires venues s’infiltrer dans notre monde hyper rationnel porté par un degré de technicité qui ne concorde plus avec la sensibilité des êtres, encore émotionnellement à l’âge de pierre. Pour l’écrivain Tristan Garcia, l’esprit contemporain est en quête d’intensités. Il « est justement celui qui essaie d’être plus présent que le présent ; il n’est pas simplement de son temps, il manifeste la volonté d’intensifier ce temps. » (1)
(1) : Tristan Garcia, Forme et objet. Un traité des choses, Presses Universitaires de France, 2010.

- Mardi 21 février 2017, 18h–19h30
Visite de l’exposition de Jean-Luc Verna
Au MAC VAL

Artiste pluridisciplinaire, Jean-Luc Verna place le corps au centre du travail. Le corps dans toutes ses dimensions et humeurs. Tour à tour glorieux, misérable, jouissant, souffrant, vivant. Cet univers peuplé de fantômes, de présences, s’origine dans la pratique du dessin. Paradoxalement, son inactualité radicale l’inscrit dans une contemporanéité projective.
Cette première exposition monographique dans une institution propose un parcours parmi une sélection d’oeuvres (photographies, dessins, sculptures, objets, etc…) qui met en avant la constance et la récurrence des motifs et préoccupations de l’artiste. Il s’agit moins de donner à voir des objets d’art, mais bien au contraire de donner à éprouver et retranscrire en espace l’expérience singulière de l’art de Jean-Luc Verna.

- Mardi 7 mars 2017, 18h–19h30
L’entrée du vivant et de la pourriture au musée
Rencontre avec Michel Blazy
Aux EMA

Les artistes contemporains se plaisent à explorer le potentiel d’une forme instable et insaisissable venue revitaliser la création (Michel Blazy, Pierre Huygue, Jeff Koons, Didier Marcel, Hicham Berrada, Fabrice Hyber, etc.). Au mépris des contraintes et des conventions muséales, l’oeuvre impose son propre rythme de gestation et de décrépitude. L’introduction d’organismes, d’éléments ou de végétaux utilisés comme simple médium artistique confronte aussi les conservateurs à de nouveaux défis.

- Jeudi 23 mars 2017, 18h–19h30
Estampes de la Roseraie
Rencontre avec Valérie Sonnier
Au MAC VAL

Présentation de la collection d’estampes constituée par le Conseil départemental du Val-de-Marne depuis 1983 pour la Roseraie départementale. Artiste invitée en 2016, Valérie Sonnier a réalisé une oeuvre originale intitulée Rose 1876 – 1878.

- Mardi 4 avril 2017, 18h–19h30
Les rituels contemporains
Aux MAC VAL

Le vivant inspire une esthétique spirituelle à forte dimension rituelle. Le travail d’Anna Mendieta, à la fois fragile et puissant, montre son désir de faire corps avec la terre et d’explorer une relation mythique à la nature. Wolfgang Laib et James Lee Byars opèrent un mélange entre pratique orientale, minimalisme et art conceptuel. Tacita Dean observe tout en retenue des poires enfermées dans leur bocal d’eau de vie (Prisoner Pear, 2008). Elle adopte la même attitude respectueuse face à un artisan japonais, « trésor national » en son pays. Pour Katinka Bok, les gestes les plus ténus permettent de tester le pouvoir de l’art au regard d’autres systèmes que sont le lien, l’échange, le partage.

- Mardi 25 avril 2017, 18h–19h30
Le végétal, métaphore du déracinement
Aux EMA

Certains artistes contemporains s’intéressent à l’exotisme dans ce qu’il a de construit, de factice. Florian Viel force la « nature » de l’art contemporain en introduisant du vivant dans un environnement composé, mesuré jusque dans sa qualité sonore, olfactive et sensorielle. Dès ses premiers travaux (végétal et papier millimétré), la greffe à marche forcée peine à prendre. Il s’entiche de l’ananas comme d’autres de la figure de l’aigle (Musée Département des Aigles de Marcel Broodthaers) et lui dédie un musée à la documentation fournie. Mais les végétaux exotiques, importés et transplantés (Adrien Missika, A Dying Generation) ne sont plus porteurs de rêve, d’évasion et de glam. « Crevant sur place, le palmier est une victime anodine, une figure agonisante de la globalisation » pour le journaliste et critique Jean-Max Colard (« Pourquoi tant de palmiers dans l’art ? », Les Inrocks, 14 novembre 2011).
– Le jardin maintient un territoire protégé, défini.

- Mardi 9 mai 2017, 18h–19h30
Focus sur l’oeuvre de Kapwani Kiwanga
Au MAC VAL

L’artiste canadienne d’origine tanzanienne Kapwani Kiwanga s’intéresse aux symboles qui font l’histoire.
Elle reproduit dans la série « Flowers for Africa » les bouquets qui agrémentaient les tables de négociation aux lendemains des guerres d’indépendance africaines. L’américaine Taryn Simon voit ces bouquets qui occupent le centre des tables de négociations des traités internationaux comme des potiches « témoins muets de décisions prises par des hommes. La fleur incarnant souvent la féminité, on la voit ici… réduite à la seule fonction décorative. »

- Mardi 23 mai 2017 18h–20h
Projection proposée par SensoProjekt
Au MAC VAL

SensoProjekt est une structure dédiée à la promotion et à la diffusion du film sur l’art. Documentaire, fiction, film expérimental, format numérique ou cinématographique, SensoProjekt entend défendre toutes les productions filmiques, actuelles et passées, qui offrent un regard inédit sur l’art et une vision d’auteur(e).

- Mardi 6 juin 2017, 18h–19h30
Le pouvoir des pierres
Aux EMA

« Que trouvera la civilisation arrivée à un tel degré de technologie sur le chemin retour ? Des rochers ! » s’exclame en 1980 le designer Noguchi, auteur notamment d’un projet monumental dans le paysage qui n’a jamais vu le jour (Sculpture to be seen from Mars, 1947). Fascinés par le pouvoir des pierres, les forces ou les croyances qui les entourent, les artistes ne font que révéler ce qui s’apparente à une autocréation (Anish Kapoor, Lee Ufan, Hubert Duprat, Bridget Polk, Michael Heizer). Sur un ton plus léger, Jimmy Durham cherche des équivalents aux stratifications géologiques dans le domaine alimentaire (The dangers of petrification, 1998-2007). Il y a près de quarante ans, Ed Ruscha aurait trompé son monde en plaçant un faux rocher dans le vaste désert de Mojave (environ 6 500 km2 de superficie). L’artiste Pierre Bismuth a missionné un vrai détective, totalement ignorant du monde de l’art pour retrouver cette oeuvre, Rocky II…

- Samedi 10 juin 2017, 11h
Visite du désert de Retz

Le désert de Retz est un des rares jardins anglo-chinois du 18e siècle à subsister encore aujourd’hui. Après une longue phase de restauration, il a pu être ouvert au public en 2009. C’est sa situation de retirement en bordure de la forêt de Marly, propice aux déambulations solitaires, qui lui vaut sa qualification de Désert. Construit par François Racine de Monville, il est un espace de rêverie et de réflexion, scandé par des « folies » et fantaisies architecturales (la glacière pyramide, la tour, la tente tartare…).

Sous réserve : Toutes précisions nécessaires seront apportées afin que ceux qui le souhaitent puissent s’inscrire à cette escapade romantique

Le Vivant : Session 1, Flower Power

Placée sous le signe du vivant, l’année 2016 – 2017 offre une traversée de l’histoire de la création dans ses formes les plus diverses : l’art du paysage, des jardins et des artistes, parfois de véritables « chasseurs- cueilleurs ». Les peintres sur le motif (Claude Monet, Gustave Caillebotte) comptent parmi ces amoureux de la nature qui élaborent, au-delà du jardin, un environnement visuel complet. Avec l’avènement de la modernité, le langage botanique est considéré comme désuet, voire suspect à en croire l’artiste conceptuel Mel Bochner à la fin des années 1960. Aujourd’hui, le vivant semble vouloir revivifier un art par trop aseptisé, pasteurisé et donc dénaturé.

- Mardi 20 sept. 2016, 18h–19h30
L’inspiration botanique
Aux EMA
Fleurs en peinture, de la codification à la banalisation du sujet.

Dès le 17e siècle, la fleur reflète le développement de la botanique et des expéditions maritimes qui rapportent en Europe des espèces rares popularisées par un genre pictural très codifié, la vanité. Les peintres hollandais excellent dans ce registre ; ils vouent une attention particulière au rendu réaliste tout en prenant quelques libertés. Dans Bouquet de fleurs (1618-1621), Ambrosius Bosschaert créé un bouquet improbable, chaque variété qui le compose ayant une période différente de floraison.
Il y a là un désir à peine avoué de rivaliser avec la création divine en donnant une pérennité par la peinture aux choses éphémères. Ces peintres du Nord qui ont eu l’audace de « faire ce qu’ils voient et sentent » fascinent les réalistes deux siècles plus tard. Des sujets aussi anodins qu’une botte d’asperges ou un bouquet de pivoines amorcent le passage au n’importe quoi représenté en peinture avant même le n’importe quoi tout court (Thierry de Duve, Au nom de l’art. Pour une archéologie de la modernité, 1989).

- Mardi 4 octobre 2016, 18h–19h30
Visite de l’exposition de Stéphanie Nava
Galerie municipale Jean-Collet.

Au travers de dessins, installations ou photographies, le travail de Stéphanie Nava recouvre un ensemble de préoccupations relatives à l’espace et à la manière dont celui-ci est organisé, construit et habité. Pour l’exposition « Le théâtre des événements », c’est autour de la notion de décor, entendue dans toutes ses déclinaisons, depuis le théâtre jusqu’à la décoration, que Stéphanie Nava a choisi de rassembler pièces existantes et nouvellement créées. Dans la galerie, le visiteur devenu spectateur passe du factice au réel, du domestique à l’urbain, de la ville à une nature cultivée ou foisonnante.

- Mardi 18 octobre 2016, 18h–19h30
Le langage des fleurs
AUX EMA

Le langage des fleurs popularisé au 19e siècle est une forme de communication non verbale par laquelle un sens précis est associé à chaque fleur.
L’artiste Nathalie Czech s’en empare pour ses Critic’s bouquets (2015) qui « illustrent » quelques-uns des sentiments exprimés par les critiques d’art autour d’une oeuvre ou d’une exposition. Le bouquet énumère de gauche à droite les impressions de l’auteur sans prêter attention à la dissonance esthétique et formelle qui peut en résulter. Si la fleur inspire et révèle une hypersensibilité de peintres même chez les artistes les plus conceptuels (John Baldessari, Mathieu Mercier), elle est aussi celle par qui le danger arrive. Bertrand Lamarche s’attache à une variété dangereuse stigmatisée en Europe, la grande berce du Caucase, qui avait également inspiré Émile Gallé et l’École de Nancy au début du 20e siècle.

- Mardi 8 novembre 2016, 18h–19h30
Focus sur la collection du MAC VAL
Camille Henrot
Au MAC VAL

Camille Henrot prend une grande liberté vis-à-vis des conventions artistiques. Révélée au public par son film Grosse Fatigue (2013), elle rassemble des images de plantes, d’animaux issues des prestigieuses collections du Smithsonian Institute de Washington. Dans « Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ? » (2012), elle livre une interprétation toute personnelle de sa bibliothèque idéale, inspirée de l’art floral japonais, l’Ikebana.

- Mardi 29 novembre 2016, 18h–19h30
Jardins et artistes-jardiniers
Aux EMA

Le jardin en France (châteaux de Versailles, de Vaux-Le-Vicomte, Désert de Retz…) s’est imposé par son fort pouvoir de domination sur l’environnement, sans égal vis-à-vis des exemples italiens. Son évolution fait rimer nature avec culture. Au 18e siècle, les oeuvres de Jean-Baptiste Oudry, Charles-Joseph Natoire, François Boucher, Thomas Gainsborough soulignent les influences réciproques entre jardin et peinture. Les « folies » architecturales du Désert de Retz (Yvelines) conçues par le comte de Montville inspirent des écrivains surréalistes (André Breton s’y livre à un mystérieux jeu de masque), des artistes de l’époque des Lumières ou plus contemporains comme Corey McCorkle (Hermitage, 2010).
Le 19e siècle voit apparaître les jardins sous cloche (immense serre chauffée) et les grands parcs forestiers. L’arbre recouvert de chaux de Vincent Lamouroux (Air 23, 2012) souligne l’artificialité des Buttes-Chaumont qui exploite poétiquement le chaos généré par d’anciennes carrières de plâtre. L’attention portée à la nature coïncide souvent à un moment particulier dans la carrière des artistes en forme de ruptures signifiantes (David Ryan, Henri Cueco) ou de parenthèses temporelles (les époux Poirier, Patrick Neu, Michael Landy).

- Mardi 13 décembre 2016, 18h–19h30
L’inspiration face à la nature
Aux EMA

Claude Monet (1895-1926) rassemble à la fin de sa carrière tous ses efforts pour la construction et l’entretien de deux jardins ( jardin fleuri et jardin d’eau) de Giverny, devenus une source intarissable d’inspiration.
Face aux plus abstraits des Nymphéas, longtemps sous-estimés, Octave Mirbeau éprouve la sensation que « l’art disparaît, s’efface, et que nous nous trouvons plus qu’en présence de la nature vivante complètement conquise et domptée par ce miraculeux peintre ». L’écrivain se plaît à imaginer l’artiste « dans l’intervalle de ses travaux, en manches de chemise, les mains noires de terreau, la figure hâlée de soleil, heureux de semer des graines, dans son jardin toujours éblouissant de fleurs ». La redécouverte dans les années 1950 des paysages de Monet sans horizon ni perspective, en rupture avec la représentation spatiale traditionnelle, coïncide avec les recherches des expressionnistes abstraits américains (Joan Mitchell) et l’émergence d’un formalisme de l’abstraction (Ellsworth Kelly).

- Mardi 10 janvier 2017, 18h–19h30
Du végétal à l’art abstrait
Aux EMA

Entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, le floral impose ses motifs exubérants et foisonnants dans les arts décoratifs. Le néerlandais Piet Mondrian prend ses distances, à regret, avec la peinture de chrysanthèmes qui assurait jusqu’alors sa subsistance.
Il renonce au vert et retient des ondulations des branches une succession de rythmes verticaux et horizontaux. Comme le photographe Karl Blossfeldt, l’américaine Georgia O’Keefe s’inspire de la structure du végétal. Elle ne se reconnaît pas dans les interprétations sexuées de ses fleurs à fort pouvoir vénéneux. « J’essaie d’exprimer ce que je vois d’une fleur et que les autres apparemment ne voient pas » se défend-elle. À l’inverse, Helmut Newton s’engouffre avec délice dans cette voie érotique.

- Mardi 24 janvier 2017, 18h–20h
Projection proposée par SensoProjekt
Au MAC VAL SensoProjekt est une structure dédiée à la promotion et à la diffusion du film sur l’art. Documentaire, fiction, film expérimental, format numérique ou cinématographique, SensoProjekt entend défendre toutes les productions filmiques, actuelles et passées, qui offrent un regard inédit sur l’art et une vision d’auteur(e).

- Samedi 28 janvier 2017, 11h
Visite de galeries ou d’atelier
Le lieu de rendez-vous sera communiqué aux participants au moment de leur inscription.

Le Vivant : Session 2 : Rituels d’artistes

Ouvrir le champ artistique aux pratiques ritualistes, c’est libérer les fulgurances chamaniques, les brèches d’imaginaires venues s’infiltrer dans notre monde hyper rationnel porté par un degré de technicité qui ne concorde plus avec la sensibilité des êtres, encore émotionnellement à l’âge de pierre. Pour l’écrivain Tristan Garcia, l’esprit contemporain est en quête d’intensités. Il « est justement celui qui essaie d’être plus présent que le présent ; il n’est pas simplement de son temps, il manifeste la volonté d’intensifier ce temps. » (1)
(1) : Tristan Garcia, Forme et objet. Un traité des choses, Presses Universitaires de France, 2010.

- Mardi 21 février 2017, 18h–19h30
Visite de l’exposition de Jean-Luc Verna
Au MAC VAL

Artiste pluridisciplinaire, Jean-Luc Verna place le corps au centre du travail. Le corps dans toutes ses dimensions et humeurs. Tour à tour glorieux, misérable, jouissant, souffrant, vivant. Cet univers peuplé de fantômes, de présences, s’origine dans la pratique du dessin. Paradoxalement, son inactualité radicale l’inscrit dans une contemporanéité projective.
Cette première exposition monographique dans une institution propose un parcours parmi une sélection d’oeuvres (photographies, dessins, sculptures, objets, etc…) qui met en avant la constance et la récurrence des motifs et préoccupations de l’artiste. Il s’agit moins de donner à voir des objets d’art, mais bien au contraire de donner à éprouver et retranscrire en espace l’expérience singulière de l’art de Jean-Luc Verna.

- Mardi 7 mars 2017, 18h–19h30
L’entrée du vivant et de la pourriture au musée
Rencontre avec Michel Blazy
Aux EMA

Les artistes contemporains se plaisent à explorer le potentiel d’une forme instable et insaisissable venue revitaliser la création (Michel Blazy, Pierre Huygue, Jeff Koons, Didier Marcel, Hicham Berrada, Fabrice Hyber, etc.). Au mépris des contraintes et des conventions muséales, l’oeuvre impose son propre rythme de gestation et de décrépitude. L’introduction d’organismes, d’éléments ou de végétaux utilisés comme simple médium artistique confronte aussi les conservateurs à de nouveaux défis.

- Jeudi 23 mars 2017, 18h–19h30
Estampes de la Roseraie
Rencontre avec Valérie Sonnier
Au MAC VAL

Présentation de la collection d’estampes constituée par le Conseil départemental du Val-de-Marne depuis 1983 pour la Roseraie départementale. Artiste invitée en 2016, Valérie Sonnier a réalisé une oeuvre originale intitulée Rose 1876 – 1878.

- Mardi 4 avril 2017, 18h–19h30
Les rituels contemporains
Aux MAC VAL

Le vivant inspire une esthétique spirituelle à forte dimension rituelle. Le travail d’Anna Mendieta, à la fois fragile et puissant, montre son désir de faire corps avec la terre et d’explorer une relation mythique à la nature. Wolfgang Laib et James Lee Byars opèrent un mélange entre pratique orientale, minimalisme et art conceptuel. Tacita Dean observe tout en retenue des poires enfermées dans leur bocal d’eau de vie (Prisoner Pear, 2008). Elle adopte la même attitude respectueuse face à un artisan japonais, « trésor national » en son pays. Pour Katinka Bok, les gestes les plus ténus permettent de tester le pouvoir de l’art au regard d’autres systèmes que sont le lien, l’échange, le partage.

- Mardi 25 avril 2017, 18h–19h30
Le végétal, métaphore du déracinement
Aux EMA

Certains artistes contemporains s’intéressent à l’exotisme dans ce qu’il a de construit, de factice. Florian Viel force la « nature » de l’art contemporain en introduisant du vivant dans un environnement composé, mesuré jusque dans sa qualité sonore, olfactive et sensorielle. Dès ses premiers travaux (végétal et papier millimétré), la greffe à marche forcée peine à prendre. Il s’entiche de l’ananas comme d’autres de la figure de l’aigle (Musée Département des Aigles de Marcel Broodthaers) et lui dédie un musée à la documentation fournie. Mais les végétaux exotiques, importés et transplantés (Adrien Missika, A Dying Generation) ne sont plus porteurs de rêve, d’évasion et de glam. « Crevant sur place, le palmier est une victime anodine, une figure agonisante de la globalisation » pour le journaliste et critique Jean-Max Colard (« Pourquoi tant de palmiers dans l’art ? », Les Inrocks, 14 novembre 2011).
– Le jardin maintient un territoire protégé, défini.

- Mardi 9 mai 2017, 18h–19h30
Focus sur l’oeuvre de Kapwani Kiwanga
Au MAC VAL

L’artiste canadienne d’origine tanzanienne Kapwani Kiwanga s’intéresse aux symboles qui font l’histoire.
Elle reproduit dans la série « Flowers for Africa » les bouquets qui agrémentaient les tables de négociation aux lendemains des guerres d’indépendance africaines. L’américaine Taryn Simon voit ces bouquets qui occupent le centre des tables de négociations des traités internationaux comme des potiches « témoins muets de décisions prises par des hommes. La fleur incarnant souvent la féminité, on la voit ici… réduite à la seule fonction décorative. »

- Mardi 23 mai 2017 18h–20h
Projection proposée par SensoProjekt
Au MAC VAL

SensoProjekt est une structure dédiée à la promotion et à la diffusion du film sur l’art. Documentaire, fiction, film expérimental, format numérique ou cinématographique, SensoProjekt entend défendre toutes les productions filmiques, actuelles et passées, qui offrent un regard inédit sur l’art et une vision d’auteur(e).

- Mardi 6 juin 2017, 18h–19h30
Le pouvoir des pierres
Aux EMA

« Que trouvera la civilisation arrivée à un tel degré de technologie sur le chemin retour ? Des rochers ! » s’exclame en 1980 le designer Noguchi, auteur notamment d’un projet monumental dans le paysage qui n’a jamais vu le jour (Sculpture to be seen from Mars, 1947). Fascinés par le pouvoir des pierres, les forces ou les croyances qui les entourent, les artistes ne font que révéler ce qui s’apparente à une autocréation (Anish Kapoor, Lee Ufan, Hubert Duprat, Bridget Polk, Michael Heizer). Sur un ton plus léger, Jimmy Durham cherche des équivalents aux stratifications géologiques dans le domaine alimentaire (The dangers of petrification, 1998-2007). Il y a près de quarante ans, Ed Ruscha aurait trompé son monde en plaçant un faux rocher dans le vaste désert de Mojave (environ 6 500 km2 de superficie). L’artiste Pierre Bismuth a missionné un vrai détective, totalement ignorant du monde de l’art pour retrouver cette oeuvre, Rocky II…

- Samedi 10 juin 2017, 11h
Visite du désert de Retz

Le désert de Retz est un des rares jardins anglo-chinois du 18e siècle à subsister encore aujourd’hui. Après une longue phase de restauration, il a pu être ouvert au public en 2009. C’est sa situation de retirement en bordure de la forêt de Marly, propice aux déambulations solitaires, qui lui vaut sa qualification de Désert. Construit par François Racine de Monville, il est un espace de rêverie et de réflexion, scandé par des « folies » et fantaisies architecturales (la glacière pyramide, la tour, la tente tartare…).

Sous réserve : Toutes précisions nécessaires seront apportées afin que ceux qui le souhaitent puissent s’inscrire à cette escapade romantique

# Informations pratiques

Gratuit sur inscription, les mardis à 18h.
Renseignements : stephanie.airaud@macval.fr
Cours ouverts à tous et inscription recommandée pour la session entière :
reservation@macval.fr
Tél : 01 43 91 64 20
Pensez à bien vérifier le lieu de chaque cours.

# EMA, Ecoles municipales artistiques


71 rue Camille Groult
94400 Vitry-sur-Seine
Tél : 01 55 53 14 90

 

Informations pratiques

Gratuit sur inscription, les mardis à 18h.
Renseignements : stephanie.airaud@macval.fr
Cours ouverts à tous et inscription recommandée pour la session entière :
reservation@macval.fr
Tél : 01 43 91 64 20
Pensez à bien vérifier le lieu de chaque cours.

EMA, Ecoles municipales artistiques

71 rue Camille Groult
94400 Vitry-sur-Seine
Tél : 01 55 53 14 90