MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Journée spéciale Jean-Luc Verna

Dimanche 5 février 2017, de 12h à 19h, programmation autour de l’exposition de Jean-Luc Verna.
Entrée libre

Salon d’écoute avec Stephen O’Malley & The Bell’s Angels

Visite et rencontre dans la collection avec Ingrid Luquet-Gad

Spectacle de Gisèle Vienne, « I Apologize »

Entrée libre
(Accès gratuit au musée tous les premiers dimanches du mois)

PROGRAMME COMPLET :

12h – 19h
« The Record dealer, sous ses doigts se dissout le vernis ! »

Sur une proposition de Jérôme Poret.
Salon d’écoute

Carte blanche à Stephen O’Malley & The Bell’s Angels
En collaboration avec les étudiants du programme Blitzprint dirigé par Julien Sirjacq à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Stephen O’Malley, musicien et guitariste originaire de Seattle, a fondé et participé à de nombreux groupes tel que Burning Witch, Ginnungagap KTL, Lotus Eaters, et Sunn O))) avec Greg Anderson du label Southern Lord Records. Il est aussi graphiste créant des couvertures d’albums, sérigraphies et des posters pour des groupes tels que Earth, Emperor, Zyklon, Boris, Probot et Melvins.
Il a aussi publié un fanzine de Black Metal appelé « Descent » au milieu des années 1990. Jean-Luc Verna a réalisé la pochette de son album « Gruidés » édité chez le label DDS.

16h
« C’est pas beau de critiquer ? »
Ingrid Luquet-Gad

Exposition de la collection, « L’Effet Vertigo »

Visite et rencontre avec Ingrid Luquet-Gad, critique d’art, devant une œuvre choisie de l’exposition des œuvres de la collection.
Depuis son ouverture en 2005, le MAC VAL développe le cycle « C’est pas beau de critiquer ? ». À travers cette programmation, des critiques membres de l’AICA (Association internationale des critiques d’art) sont invités à écrire un texte sur une œuvre de la collection et à rencontrer le public pour poursuivre cet échange.
Résolument subjectives, ces contributions interrogent le format habituel de la critique d’art et soulignent la variété des pratiques d’interprétation à l’oeuvre dans le champ de l’art.

18h
« I Apologize »
Spectacle de Gisèle Vienne
Avec Jonathan Capdevielle, Katia Petrowick, Jean-Luc Verna

Jauge limitée.

Au cœur de l’exposition de Jean-Luc Verna

« Une exploration de l’émotion qui naît du lien intime entre l’érotisme, la mort et l’immobilité perturbante de la poupée. » (Gisèle Vienne)

« I Apologize » part de la reconstitution d’un accident. Cette reconstitution engendre plusieurs versions de l’évènement afin d’en cerner la réalité.
Diverses, elles ont un statut trouble entre mises en scène d’un évènement réel et mises en scène d’un fantasme ; elles génèrent la structure de la pièce, une réflexion sur la réalité et ses représentations hypothétiques.
Ces différentes versions, dirigées par un jeune homme qui met en scène un homme, une femme, icônes à la fois rock et baroques et une vingtaine d’adolescentes d’une douzaine d’années sous la forme de poupées articulées, installent progressivement la confusion dans la perception du réel, domaine de l’inexactitude, de la subjectivité dont les lacunes seront comblées par nos fantasmes.

Salon d’écoute avec Stephen O’Malley & The Bell’s Angels

Visite et rencontre dans la collection avec Ingrid Luquet-Gad

Spectacle de Gisèle Vienne, « I Apologize »

Entrée libre
(Accès gratuit au musée tous les premiers dimanches du mois)

PROGRAMME COMPLET :

12h – 19h
« The Record dealer, sous ses doigts se dissout le vernis ! »

Sur une proposition de Jérôme Poret.
Salon d’écoute

Carte blanche à Stephen O’Malley & The Bell’s Angels
En collaboration avec les étudiants du programme Blitzprint dirigé par Julien Sirjacq à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Stephen O’Malley, musicien et guitariste originaire de Seattle, a fondé et participé à de nombreux groupes tel que Burning Witch, Ginnungagap KTL, Lotus Eaters, et Sunn O))) avec Greg Anderson du label Southern Lord Records. Il est aussi graphiste créant des couvertures d’albums, sérigraphies et des posters pour des groupes tels que Earth, Emperor, Zyklon, Boris, Probot et Melvins.
Il a aussi publié un fanzine de Black Metal appelé « Descent » au milieu des années 1990. Jean-Luc Verna a réalisé la pochette de son album « Gruidés » édité chez le label DDS.

16h
« C’est pas beau de critiquer ? »
Ingrid Luquet-Gad

Exposition de la collection, « L’Effet Vertigo »

Visite et rencontre avec Ingrid Luquet-Gad, critique d’art, devant une œuvre choisie de l’exposition des œuvres de la collection.
Depuis son ouverture en 2005, le MAC VAL développe le cycle « C’est pas beau de critiquer ? ». À travers cette programmation, des critiques membres de l’AICA (Association internationale des critiques d’art) sont invités à écrire un texte sur une œuvre de la collection et à rencontrer le public pour poursuivre cet échange.
Résolument subjectives, ces contributions interrogent le format habituel de la critique d’art et soulignent la variété des pratiques d’interprétation à l’oeuvre dans le champ de l’art.

18h
« I Apologize »
Spectacle de Gisèle Vienne
Avec Jonathan Capdevielle, Katia Petrowick, Jean-Luc Verna

Jauge limitée.

Au cœur de l’exposition de Jean-Luc Verna

« Une exploration de l’émotion qui naît du lien intime entre l’érotisme, la mort et l’immobilité perturbante de la poupée. » (Gisèle Vienne)

« I Apologize » part de la reconstitution d’un accident. Cette reconstitution engendre plusieurs versions de l’évènement afin d’en cerner la réalité.
Diverses, elles ont un statut trouble entre mises en scène d’un évènement réel et mises en scène d’un fantasme ; elles génèrent la structure de la pièce, une réflexion sur la réalité et ses représentations hypothétiques.
Ces différentes versions, dirigées par un jeune homme qui met en scène un homme, une femme, icônes à la fois rock et baroques et une vingtaine d’adolescentes d’une douzaine d’années sous la forme de poupées articulées, installent progressivement la confusion dans la perception du réel, domaine de l’inexactitude, de la subjectivité dont les lacunes seront comblées par nos fantasmes.

#

I APOLOGIZE, Gisèle Vienne, Photo : © Mathilde Darel

 

I APOLOGIZE, Gisèle Vienne, Photo : © Mathilde Darel