MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Chloé Maillet et Louise Hervé

télécharger
Chloé Maillet et Louise Hervé
« Quelques commentaires sur la fin du monde » (avec pointligneplan et le Pavillon Neuflize OBC du Palais de Tokyo)
08/02/2009

Les performances de Louise Hervé & Chloé Maillet, duo amorcé en 2005, mêlent érudition et culture populaire, au sein d’une mise en scène dans laquelle elles n’hésitent pas à habiter leur rôle.
D’autant plus que l’espace de la performance, selon Louise, diplômée de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy et Chloé, docteure en anthropologie historique, ne permet pas toujours de faire une distinction très nette entre la scène et le public. Partant de ce constat, elles prennent un plaisir non dissimulé à s’immiscer dans le costume de la conférencière, l’historienne, l’universitaire ou la secrétaire... Vêtements, mais aussi accessoires et coi ure permettent cette transmission sans hiérarchie des connaissances, allant ici de James Bond à Stanley Kubrick, du Paléolithique aux extraterrestres. Autour de l’histoire de la n du monde, concoctée à partir des films de pointligneplan, leur projection commentée joue sur le trouble de la perception, entre ton très docte et absurdités parfois carrément comiques. Mais à l’occasion de La Face B de la performance, l’exercice est bien de retraduire un acte visuel, uniquement par les différentes consonances de voix et le choix du récit le plus imagé.

télécharger
Chloé Maillet et Louise Hervé
« Quelques commentaires sur la fin du monde » (avec pointligneplan et le Pavillon Neuflize OBC du Palais de Tokyo)
08/02/2009

Les performances de Louise Hervé & Chloé Maillet, duo amorcé en 2005, mêlent érudition et culture populaire, au sein d’une mise en scène dans laquelle elles n’hésitent pas à habiter leur rôle.
D’autant plus que l’espace de la performance, selon Louise, diplômée de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy et Chloé, docteure en anthropologie historique, ne permet pas toujours de faire une distinction très nette entre la scène et le public. Partant de ce constat, elles prennent un plaisir non dissimulé à s’immiscer dans le costume de la conférencière, l’historienne, l’universitaire ou la secrétaire... Vêtements, mais aussi accessoires et coi ure permettent cette transmission sans hiérarchie des connaissances, allant ici de James Bond à Stanley Kubrick, du Paléolithique aux extraterrestres. Autour de l’histoire de la n du monde, concoctée à partir des films de pointligneplan, leur projection commentée joue sur le trouble de la perception, entre ton très docte et absurdités parfois carrément comiques. Mais à l’occasion de La Face B de la performance, l’exercice est bien de retraduire un acte visuel, uniquement par les différentes consonances de voix et le choix du récit le plus imagé.