MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

« Héritages et modalités des pratiques artistiques de co-création »

« Le puzzle n’est pas un jeu solitaire », Adva Zakai et Åbäke, Les Laboratoires d’Aubervilliers. Photographie Ouidade Soussi Chiadmi.
« Le puzzle n’est pas un jeu solitaire », Adva Zakai et Åbäke, Les Laboratoires d’Aubervilliers. Photographie Ouidade Soussi Chiadmi.

Samedi 5 décembre, de 10h à 17h30, journée d’étude conçue par Stéphanie Airaud, Céline Poulin et Marie Preston, en partenariat avec l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (Équipe Teamed) et avec le soutien de la Kadist Art Fondation.

Présentation

Alors que les pratiques artistiques de co-création engagées dans le champ social connaissent un intérêt grandissant dans les pays anglo-saxons depuis une quinzaine d’années, elles ont été étrangement absentes des analyses critiques, historiques et théoriques en France jusqu’à très récemment. Pourtant héritières, dans le contexte français, des mouvements d’éducation populaire par leur aspiration à la coopération, à l’émancipation, à l’expérience collective et à l’ambition politique, cette absence nous a conduit à une méconnaissance de ces manières de faire de l’art. Conscients des écueils inhérents à ces pratiques, dont les débats sur le bien fondé rejouent ceux des années 80 entre le culturel et le socioculturel, les artistes intègrent aujourd’hui dans leurs travaux une dimension réflexive et autocritique qu’il nous faut prendre en compte.
Fort de ces constats, cette première journée de réflexion se propose d’identifier et de catégoriser les différentes poïétiques à l’œuvre dans certaines pratiques en co-création, de les analyser et d’en transmettre les spécificités en éclairant leurs origines historiques et leur actualité afin d’en déterminer l’effectivité et l’esthétique. Elle s’articulera autour de deux axes : les processus de création collectif entre intimité et sphère publique (de la conversation à la co-création) et leurs héritages envers l’éducation populaire.

Cette journée s’inscrit, d’une part, dans la continuité du « Micro-Séminaire » pendant lequel huit curateurs impliqués dans des projets « hors-les-murs » avaient été invités par Céline Poulin à débattre des enjeux de leurs pratiques et plus largement des pratiques collaboratives et hors des espaces dédiées. D’autre part, notre programme de recherche poursuit le travail engagé lors du colloque international « Participa(c)tion » qui avait eu lieu au MAC VAL en décembre 2013 sous la direction de Stéphanie Airaud. Ces deux événements ont fait l’objet de publication réunissant contributions d’historiens, d’artistes, de critiques et des traductions de Claire Bishop et Maria Lind, entre autres. Enfin, cette journée entre en relation avec le travail artistique et de recherche que Marie Preston effectue, notamment dans le cadre de son cours sur les pratiques collaboratives à l’université Paris 8.

Déroulé de la journée

- 9h45
Accueil du public

- 10h
Présentation de la journée et du programme de recherche par Stéphanie Airaud, Céline Poulin et Marie Preston

Atelier 1 « Sujets multiples : de la conversation à la co-création »
- 10h30
Marie Fraser (historienne de l’art, commissaire d’exposition) : « De l’œuvre au geste »
- 11h15
Adva Zakai & Abake (chorégraphe et graphiste) : « Le puzzle n’est pas un jeu solitaire, épisode 8 »
- 12h
Discussion

- 13h-14h
Déjeuner

Atelier 2 « Héritages de l’éducation populaire en France pour les pratiques artistiques de co-création »
- 14h
Christian Maurel (sociologue) : « De la culture comme objet de diffusion à la culture comme travail. Les apports de l’éducation populaire »
- 14h45
Caroline Darroux (ethnologue) : « Co-ethnographie, puissance politique et création : manifester le devenir des cultures populaires »
- 15h30 - 17h30
Discussion.
Discutants : Anne Gondolo, Sébastien Rémy, Mathilde Villeneuve, Céline Ahond, Julien Duc-Maugé, Nicolas Floc’h, Syndicat.

Intervenants :

Marie Fraser
Commissaire d’exposition, professeure au département d’histoire de l’art et aux programmes de muséologie de l’Université du Québec à Montréal depuis 2007. Elle mène, depuis 1997, des recherches sur la narrativité et sur les pratiques relationnelle (Sur l’expérience de la ville, exposition en 1997 et ouvrage critique paru en 1999 ; La Demeure, exposition en 2002 et catalogue paru en 2008, Optica, Montréal). En 2015, elle est la commissaire invitée (avec le MBAC) du pavillon du Canada de la 56e Biennale de Venise.

Adva Zakaï
Chorégraphe, performeuse et commissaire d’exposition. En 2010, elle reçoit une bourse de recherche pour poursuivre, dans le cadre d’un programme de post-master à Anvers, une recherche sur les influences de l’approche curatoriale sur le développement de nouveaux formats de performance. Elle participe à la programmation de festivals, d’événements participatifs. En 2013-2014, elle est accueillie en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

Åbäke
Studio de graphisme basé à Londres composé de Patrick Lacey, Benjamin Reichen, Kajsa Ståhl et Maki Suzuki, formés au Royal College of Art. Actif depuis 2000, Åbäke produit des projets indépendants, transdisciplinaires, collectifs, et souvent participatifs (Sexymachinery, 2000-2008, Trattoria, 2003, l’agence d’espion Åffice Suzuki, 2010).
Laboratoires d’Aubervilliers

Christian Maurel
Sociologue, cofondateur du collectif national Éducation populaire et transformation sociale. Ancien directeur et délégué régional de Maisons des Jeunes et de la Culture, ancien Professeur Associé à l’Université de Provence (médiation culturelle des arts). Il est notamment l’auteur de Éducation populaire et travail de la culture, Éléments d’une théorie de la praxis (L’Harmattan, 2001) et Éducation populaire et puissance d’agir, Les processus culturels de l’émancipation (L’Harmattan, 2010).

Caroline Darroux
Ethnologue, Docteure en anthropologie (« La vieille femme salie : récit d’une résistance à la modernité : Morvan XXe-XXIe siècles », thèse soutenue en 2011 à l’université Paris Aix-Marseille). Elle est coordinatrice scientifique de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, elle accompagne depuis 2014 des démarches de démocratie citoyenne (« Les Ateliers co-citoyens »), elle a participé en 2013 et 2014 au groupe sur la Recherche-Action Participative « Réfl’Action » du Labex « Innovation et Territoires de Montagne », (Université Grenoble-Alpes).

Stéphanie Airaud
Stéphanie Airaud est chargée des publics et de l’action culturelle au MAC VAL depuis 2004. Historienne de l’art, diplômée de l’Université Paris IV et de l’Ecole du Louvre. Elle développe notamment des actions pluridisciplinaires interrogeant les formats pris par l’écrit, la parole, le geste et les formes plurielles de la participation dans les processus de médiation de l’art contemporain.
Elle a dirigé les colloques-événements « Date Limite de Conservation » (mai 2009) et « Du Dire au Faire » (décembre 2011), « Participa(c)tion » (décembre 2013) au MAC VAL.

Céline Poulin
Céline Poulin est commissaire indépendante depuis 2004 et fut chargée de la programmation Hors les murs du Parc Saint Léger de 2010 à 2015. Ses projets expérimentent des formats dans des contextes spécifiques et témoignent d’une attention particulière à la réception et aux dispositifs de collaboration, d’information et de communication (Traucum au Parc Saint Léger en 2014, Brigadoon à La Tôlerie en septembre 2013, Les belles images à la Box en 2009/2010). Elle est membre co-fondatrice du collectif de recherche curatoriale le Bureau/, à l’origine d’une dizaine d’exposition.

Marie Preston
Marie Preston est artiste, maître de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, membre de l’équipe TEMAeD (Théorie Expérimentation Arts Médias et Design). Elle a exposé, entres autres, à Micro-Onde, centre d’art de Vélizy (2015), au MAC VAL (2015), au Quartier à Quimper (2014), au Centre de la céramique contemporaine La Borne (2014), au Centre international d’art et du paysage de Vassivière (2014), chez Treize à Paris (2013), au Parc Saint Léger Hors-les-murs (2012), à Mains d’œuvres (2011), à la galerie Dix-19 (2010), à la biennale Art grandeur Nature (2008), et au Crédac-Centre d’art d’Ivry (2007).

→ Salon, gratuit.

Présentation

Alors que les pratiques artistiques de co-création engagées dans le champ social connaissent un intérêt grandissant dans les pays anglo-saxons depuis une quinzaine d’années, elles ont été étrangement absentes des analyses critiques, historiques et théoriques en France jusqu’à très récemment. Pourtant héritières, dans le contexte français, des mouvements d’éducation populaire par leur aspiration à la coopération, à l’émancipation, à l’expérience collective et à l’ambition politique, cette absence nous a conduit à une méconnaissance de ces manières de faire de l’art. Conscients des écueils inhérents à ces pratiques, dont les débats sur le bien fondé rejouent ceux des années 80 entre le culturel et le socioculturel, les artistes intègrent aujourd’hui dans leurs travaux une dimension réflexive et autocritique qu’il nous faut prendre en compte.
Fort de ces constats, cette première journée de réflexion se propose d’identifier et de catégoriser les différentes poïétiques à l’œuvre dans certaines pratiques en co-création, de les analyser et d’en transmettre les spécificités en éclairant leurs origines historiques et leur actualité afin d’en déterminer l’effectivité et l’esthétique. Elle s’articulera autour de deux axes : les processus de création collectif entre intimité et sphère publique (de la conversation à la co-création) et leurs héritages envers l’éducation populaire.

Cette journée s’inscrit, d’une part, dans la continuité du « Micro-Séminaire » pendant lequel huit curateurs impliqués dans des projets « hors-les-murs » avaient été invités par Céline Poulin à débattre des enjeux de leurs pratiques et plus largement des pratiques collaboratives et hors des espaces dédiées. D’autre part, notre programme de recherche poursuit le travail engagé lors du colloque international « Participa(c)tion » qui avait eu lieu au MAC VAL en décembre 2013 sous la direction de Stéphanie Airaud. Ces deux événements ont fait l’objet de publication réunissant contributions d’historiens, d’artistes, de critiques et des traductions de Claire Bishop et Maria Lind, entre autres. Enfin, cette journée entre en relation avec le travail artistique et de recherche que Marie Preston effectue, notamment dans le cadre de son cours sur les pratiques collaboratives à l’université Paris 8.

Déroulé de la journée

- 9h45
Accueil du public

- 10h
Présentation de la journée et du programme de recherche par Stéphanie Airaud, Céline Poulin et Marie Preston

Atelier 1 « Sujets multiples : de la conversation à la co-création »
- 10h30
Marie Fraser (historienne de l’art, commissaire d’exposition) : « De l’œuvre au geste »
- 11h15
Adva Zakai & Abake (chorégraphe et graphiste) : « Le puzzle n’est pas un jeu solitaire, épisode 8 »
- 12h
Discussion

- 13h-14h
Déjeuner

Atelier 2 « Héritages de l’éducation populaire en France pour les pratiques artistiques de co-création »
- 14h
Christian Maurel (sociologue) : « De la culture comme objet de diffusion à la culture comme travail. Les apports de l’éducation populaire »
- 14h45
Caroline Darroux (ethnologue) : « Co-ethnographie, puissance politique et création : manifester le devenir des cultures populaires »
- 15h30 - 17h30
Discussion.
Discutants : Anne Gondolo, Sébastien Rémy, Mathilde Villeneuve, Céline Ahond, Julien Duc-Maugé, Nicolas Floc’h, Syndicat.

Intervenants :

Marie Fraser
Commissaire d’exposition, professeure au département d’histoire de l’art et aux programmes de muséologie de l’Université du Québec à Montréal depuis 2007. Elle mène, depuis 1997, des recherches sur la narrativité et sur les pratiques relationnelle (Sur l’expérience de la ville, exposition en 1997 et ouvrage critique paru en 1999 ; La Demeure, exposition en 2002 et catalogue paru en 2008, Optica, Montréal). En 2015, elle est la commissaire invitée (avec le MBAC) du pavillon du Canada de la 56e Biennale de Venise.

Adva Zakaï
Chorégraphe, performeuse et commissaire d’exposition. En 2010, elle reçoit une bourse de recherche pour poursuivre, dans le cadre d’un programme de post-master à Anvers, une recherche sur les influences de l’approche curatoriale sur le développement de nouveaux formats de performance. Elle participe à la programmation de festivals, d’événements participatifs. En 2013-2014, elle est accueillie en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers.

Åbäke
Studio de graphisme basé à Londres composé de Patrick Lacey, Benjamin Reichen, Kajsa Ståhl et Maki Suzuki, formés au Royal College of Art. Actif depuis 2000, Åbäke produit des projets indépendants, transdisciplinaires, collectifs, et souvent participatifs (Sexymachinery, 2000-2008, Trattoria, 2003, l’agence d’espion Åffice Suzuki, 2010).
Laboratoires d’Aubervilliers

Christian Maurel
Sociologue, cofondateur du collectif national Éducation populaire et transformation sociale. Ancien directeur et délégué régional de Maisons des Jeunes et de la Culture, ancien Professeur Associé à l’Université de Provence (médiation culturelle des arts). Il est notamment l’auteur de Éducation populaire et travail de la culture, Éléments d’une théorie de la praxis (L’Harmattan, 2001) et Éducation populaire et puissance d’agir, Les processus culturels de l’émancipation (L’Harmattan, 2010).

Caroline Darroux
Ethnologue, Docteure en anthropologie (« La vieille femme salie : récit d’une résistance à la modernité : Morvan XXe-XXIe siècles », thèse soutenue en 2011 à l’université Paris Aix-Marseille). Elle est coordinatrice scientifique de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, elle accompagne depuis 2014 des démarches de démocratie citoyenne (« Les Ateliers co-citoyens »), elle a participé en 2013 et 2014 au groupe sur la Recherche-Action Participative « Réfl’Action » du Labex « Innovation et Territoires de Montagne », (Université Grenoble-Alpes).

Stéphanie Airaud
Stéphanie Airaud est chargée des publics et de l’action culturelle au MAC VAL depuis 2004. Historienne de l’art, diplômée de l’Université Paris IV et de l’Ecole du Louvre. Elle développe notamment des actions pluridisciplinaires interrogeant les formats pris par l’écrit, la parole, le geste et les formes plurielles de la participation dans les processus de médiation de l’art contemporain.
Elle a dirigé les colloques-événements « Date Limite de Conservation » (mai 2009) et « Du Dire au Faire » (décembre 2011), « Participa(c)tion » (décembre 2013) au MAC VAL.

Céline Poulin
Céline Poulin est commissaire indépendante depuis 2004 et fut chargée de la programmation Hors les murs du Parc Saint Léger de 2010 à 2015. Ses projets expérimentent des formats dans des contextes spécifiques et témoignent d’une attention particulière à la réception et aux dispositifs de collaboration, d’information et de communication (Traucum au Parc Saint Léger en 2014, Brigadoon à La Tôlerie en septembre 2013, Les belles images à la Box en 2009/2010). Elle est membre co-fondatrice du collectif de recherche curatoriale le Bureau/, à l’origine d’une dizaine d’exposition.

Marie Preston
Marie Preston est artiste, maître de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, membre de l’équipe TEMAeD (Théorie Expérimentation Arts Médias et Design). Elle a exposé, entres autres, à Micro-Onde, centre d’art de Vélizy (2015), au MAC VAL (2015), au Quartier à Quimper (2014), au Centre de la céramique contemporaine La Borne (2014), au Centre international d’art et du paysage de Vassivière (2014), chez Treize à Paris (2013), au Parc Saint Léger Hors-les-murs (2012), à Mains d’œuvres (2011), à la galerie Dix-19 (2010), à la biennale Art grandeur Nature (2008), et au Crédac-Centre d’art d’Ivry (2007).

→ Salon, gratuit.

# Inscriptions

reservation@macval.fr

# Téléchargez le programme

PDF - 261.2 ko
 

Inscriptions

Téléchargez le programme

PDF - 261.2 ko