MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Le mot du Conservateur en chef

Après deux ans et demi de travaux de construction, vingt-trois ans de constitution de la collection et des années de tissage de relations avec la population,le MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne, ouvre au public, avec l’envie de raconter l’histoire artistique d’un territoire en rencontrant les artistes qui la font, le désir de faire vivre une expérience unique, l’expérience de l’art.

L’histoire de ce projet prend sa source dans la conscience que la présence des artistes dans le monde est nécessaire, et que leur vision est essentielle pour se connaître soi-même et s’ouvrir aux autres. C’est la raison d’être de cette politique de soutien aux artistes qui a engendré au fil des ans et des acquisitions notre collection. Raoul-Jean Moulin a ainsi rassemblé pour le Conseil général des centaines de pièces, liées à ses goûts et amitiés artistiques, souvent aussi au territoire et à son histoire. Car le Val-de-Marne est une terre de création, qui a accueilli de nombreux artistes étrangers, souvent réfugiés. C’est également là que de nombreux artistes « parisiens » ont installé leur atelier ou vivent.

La politique d’acquisition s’est ancrée dans cette réalité historique et factuelle. Le FDAC, Fonds départemental d’art contemporain, a été créé avec eux, dans une relation intime et souvent amicale qui a donné à la collection sa tonalité particulière : celle des engagements artistiques d’une collectivité. En 1990, la collection s’est ouverte à une perspective nouvelle, celle de devenir le fonds d’un musée. Elle a alors été poursuivie et transformée afin que se créent des liens signifiants entre les oeuvres, mais également des ensembles qui rendent compte de l’évolution des artistes, des processus de création, des enjeux du monde artistique. La collection a affirmé dans son ancrage sur le territoire français sa dimension cosmopolite : terre d’accueil, de passage, d’influence ou de réception, territoire artistique singulier façonné par la fécondité des artistes français et leurs interactions avec ceux venus d’ailleurs. Les pratiques artistiques (peinture, vidéo, photographie, installation…) dialoguent dans ce premier accrochage au fil de thèmes qui rendent à l’intention de l’artiste sa primauté.

Nous avons choisi pour ces débuts des artistes qui associent le public à la création de leur oeuvre, et pour qui le déplacement, l’action du visiteur tout comme la leur, est un composant même du travail. Nous avons également choisi des créateurs qui se nourrissent du quotidien du monde et qui témoignent de ce qui nous est commun, artistes et public. Le projet du musée est de créer les conditions de la rencontre entre l’art et le public, dans sa diversité, ses différents âges,
ses origines, ses attentes…

Il tente le dialogue et la résonance entre l’art et la vie, la vie des artistes, l’art qui lui donne sens et se propose comme un lieu d’expérience.

Alexia Fabre, Conservateur en chef

Après deux ans et demi de travaux de construction, vingt-trois ans de constitution de la collection et des années de tissage de relations avec la population,le MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne, ouvre au public, avec l’envie de raconter l’histoire artistique d’un territoire en rencontrant les artistes qui la font, le désir de faire vivre une expérience unique, l’expérience de l’art.

L’histoire de ce projet prend sa source dans la conscience que la présence des artistes dans le monde est nécessaire, et que leur vision est essentielle pour se connaître soi-même et s’ouvrir aux autres. C’est la raison d’être de cette politique de soutien aux artistes qui a engendré au fil des ans et des acquisitions notre collection. Raoul-Jean Moulin a ainsi rassemblé pour le Conseil général des centaines de pièces, liées à ses goûts et amitiés artistiques, souvent aussi au territoire et à son histoire. Car le Val-de-Marne est une terre de création, qui a accueilli de nombreux artistes étrangers, souvent réfugiés. C’est également là que de nombreux artistes « parisiens » ont installé leur atelier ou vivent.

La politique d’acquisition s’est ancrée dans cette réalité historique et factuelle. Le FDAC, Fonds départemental d’art contemporain, a été créé avec eux, dans une relation intime et souvent amicale qui a donné à la collection sa tonalité particulière : celle des engagements artistiques d’une collectivité. En 1990, la collection s’est ouverte à une perspective nouvelle, celle de devenir le fonds d’un musée. Elle a alors été poursuivie et transformée afin que se créent des liens signifiants entre les oeuvres, mais également des ensembles qui rendent compte de l’évolution des artistes, des processus de création, des enjeux du monde artistique. La collection a affirmé dans son ancrage sur le territoire français sa dimension cosmopolite : terre d’accueil, de passage, d’influence ou de réception, territoire artistique singulier façonné par la fécondité des artistes français et leurs interactions avec ceux venus d’ailleurs. Les pratiques artistiques (peinture, vidéo, photographie, installation…) dialoguent dans ce premier accrochage au fil de thèmes qui rendent à l’intention de l’artiste sa primauté.

Nous avons choisi pour ces débuts des artistes qui associent le public à la création de leur oeuvre, et pour qui le déplacement, l’action du visiteur tout comme la leur, est un composant même du travail. Nous avons également choisi des créateurs qui se nourrissent du quotidien du monde et qui témoignent de ce qui nous est commun, artistes et public. Le projet du musée est de créer les conditions de la rencontre entre l’art et le public, dans sa diversité, ses différents âges,
ses origines, ses attentes…

Il tente le dialogue et la résonance entre l’art et la vie, la vie des artistes, l’art qui lui donne sens et se propose comme un lieu d’expérience.

Alexia Fabre, Conservateur en chef

#


Alexia Fabre, Conservateur en chef

#

PDF - 400.9 ko
Petit Journal
Téléchargez la version PDF
PDF - 1.8 Mo
cqfd
Téléchargez la version PDF du support pédagogique "ce qu’il faut découvrir"
 


Alexia Fabre, Conservateur en chef

PDF - 400.9 ko
Petit Journal
Téléchargez la version PDF
PDF - 1.8 Mo
cqfd
Téléchargez la version PDF du support pédagogique "ce qu’il faut découvrir"