MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Tatiana Trouvé

Polder
2005.
Bois, feuilles de Bakélite, métal, perles de verre, tubes fluorescents, ficelle, 85 × 83 × 57 cm.
Collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
© Adagp, Paris 2017.
Photo © Jacques Faujour.


Un polder est une étendue artificielle de terre gagnée sur la mer. Le Polder de Tatiana Trouvé est un espace imaginaire gagné sur le réel.
Métaphore d’un exercice psychanalytique qui creuse dans son moi intérieur pour faire surgir ce qui se dérobe à la conscience, les installations de Tatiana Trouvé sont des bulles fictionnelles. Les éléments disposés font référence à un ailleurs, à l’autre côté du mur, de la porte, du miroir. On est au seuil d’un espace éclairé, à la lumière froide de néon, un univers qui évoque la science-fiction, où rien n’est à échelle humaine. Une activité sur des tables de Bakélite, avec des cordes encastrées dans le mur et des perles de verre, semble s’être arrêtée, en suspens. On attend qu’il se passe quelque chose, que quelqu’un arrive. Les portes lumineuses sont les vecteurs de cette attente infinie. La série Polder s’est développée en parallèle du projet de Bureau des Activités Implicites.

Polder
2005.
Bois, feuilles de Bakélite, métal, perles de verre, tubes fluorescents, ficelle, 85 × 83 × 57 cm.
Collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
© Adagp, Paris 2017.
Photo © Jacques Faujour.


Un polder est une étendue artificielle de terre gagnée sur la mer. Le Polder de Tatiana Trouvé est un espace imaginaire gagné sur le réel.
Métaphore d’un exercice psychanalytique qui creuse dans son moi intérieur pour faire surgir ce qui se dérobe à la conscience, les installations de Tatiana Trouvé sont des bulles fictionnelles. Les éléments disposés font référence à un ailleurs, à l’autre côté du mur, de la porte, du miroir. On est au seuil d’un espace éclairé, à la lumière froide de néon, un univers qui évoque la science-fiction, où rien n’est à échelle humaine. Une activité sur des tables de Bakélite, avec des cordes encastrées dans le mur et des perles de verre, semble s’être arrêtée, en suspens. On attend qu’il se passe quelque chose, que quelqu’un arrive. Les portes lumineuses sont les vecteurs de cette attente infinie. La série Polder s’est développée en parallèle du projet de Bureau des Activités Implicites.