MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Pascal Convert

Fragment de bibliothèque #5
2014.
Série « Fragments de bibliothèque, cristallisations ».
Fonte à original perdu, verre, inclusions de charbon.
13 x 250 x 12 cm.
Collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
Photo © DR. © Adagp, Paris 2015.

La question de la persistance du passé est au cœur du travail de Pascal Convert. Il met souvent en œuvre des processus d’empreinte et de réplique pour révéler les traces laissées par l’histoire, au moyen de matériaux tels que la cire, le métal ou le verre. C’est avec l’aide d’un maître verrier qu’il réalise, par transmutation, un double de ces livres, provoquant simultanément la destruction des originaux. Trente-quatre livres anciens, pris dans une gangue de plâtre réfractaire, sont brûlés par l’introduction du verre en fusion. Après refroidissement, il reste une réplique en verre de chaque livre, figé pour l’éternité, qui conserve dans sa matière la trace de l’original et de sa destruction par le feu. Ces fragments évoquent les innombrables bibliothèques incendiées par les pouvoirs totalitaires.

La question de la persistance du passé est au cœur du travail de Pascal Convert. Il met souvent en œuvre des processus d’empreinte et de réplique pour révéler les traces laissées par l’histoire, au moyen de matériaux tels que la cire, le métal ou le verre. C’est avec l’aide d’un maître verrier qu’il réalise, par transmutation, un double de ces livres, provoquant simultanément la destruction des originaux. Trente-quatre livres anciens, pris dans une gangue de plâtre réfractaire, sont brûlés par l’introduction du verre en fusion. Après refroidissement, il reste une réplique en verre de chaque livre, figé pour l’éternité, qui conserve dans sa matière la trace de l’original et de sa destruction par le feu. Ces fragments évoquent les innombrables bibliothèques incendiées par les pouvoirs totalitaires.