MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

  012/022  

Melik Ohanian

Notice

Né l’année des premiers pas sur la Lune, le jeune artiste a été fasciné enfant par le vertige de l’univers cosmique. En 1993, Melik Ohanian propose comme travail de fin d’étude Citizen Band, qui porte sur la démystification de la Lune après l’exploration d’Armstrong. Quelques années plus tard, l’artiste s’intéresse à une autre planète, Mars, et à sa représentation. Pour Coming Soon (2001), il a collecté un millier d’images d’observation enregistrées par la sonde Viking et créé deux panoramiques croisés de la planète.

Le 27 août 2003, Mars est en opposition maximale avec la Terre. La « Mars Society », association américaine d’amateurs qui a fondé une station de simulation de la vie sur Mars à Hanksville, ville désertée de l’Utah aux Etats-Unis, organise un rassemblement pour cette journée extraordinaire d’observation, inédite depuis 72 000 ans. L’artiste filme ce jour-là le désert, l’arrivée et l’installation des amateurs d’astronomie puis les images de la planète, vue depuis le télescope le plus puissant.

L’espace-temps pourrait être le sujet principal de cette œuvre. Celui de l’attente, démultipliée par les films déployés sur trois panneaux de projection posés au sol. Celui d’un paysage qui change au fil de la journée, avec une lumière déclinante jusqu’au moment de l’apparition attendue. Ou celui d’espaces défiant l’échelle humaine : la nature intacte, sa puissance tranquille, préhistorique, vierge de présence humaine et d’Histoire. Là, le temps est géologique. Il semble intemporel, comme suspendu dans l’éternel présent.

Cet espace-temps paraît même se dédoubler par une analogie troublante : Hanksville et son désert de canyons rouges ressemblent curieusement à un Mars aux températures inversées.
Melik Ohanian s’attarde sur les mondes d’ailleurs et créé une oeuvre contemplative sur la fin du mystère. L’artiste poursuit le fantasme de la terre sauvage. Qu’elle soit désertique, insulaire ou galactique, c’est un espace qui donnerait la mesure de toute chose, un territoire qui n’appartiendrait encore à personne.

I. L.