MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Ismaïl Bahri

Foyer
2016.
Vidéo HD, couleur, son, durée 32’.
Collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.


Tournée dans les rues de Tunis, cette vidéo repose sur une tension entre une image quasi absente, réduite à des vibrations colorées, et une bande-son mouvementée et polyphonique, en prise directe. Attendu à l’image, repoussé hors champ, le paysage resurgit par le son. L’artiste place devant l’objectif d’une caméra une feuille de papier blanc. Sa surface cache, mais elle capte de manière sensible les effets du vent, des corps, des éclairages, donnant à voir différentes intensités lumineuses. Ce qui était à l’origine une expérience abstraite, s’est transformé quand des passants ont interpellé l’artiste, se regroupant autour de lui comme autour du feu, du foyer.

S’il travaille à partir d’objets et de phénomènes politiques, graphiques, optiques, Ismaïl Bahri ne cherche pas la captation brute. Usant de la mécanique du cinéma (déroulement, obturation, apparition), il met en place des dispositifs simples qu’il intercale entre l’observateur et ce qui est observé pour filtrer les informations et les altérer.

Foyer
2016.
Vidéo HD, couleur, son, durée 32’.
Collection MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.


Tournée dans les rues de Tunis, cette vidéo repose sur une tension entre une image quasi absente, réduite à des vibrations colorées, et une bande-son mouvementée et polyphonique, en prise directe. Attendu à l’image, repoussé hors champ, le paysage resurgit par le son. L’artiste place devant l’objectif d’une caméra une feuille de papier blanc. Sa surface cache, mais elle capte de manière sensible les effets du vent, des corps, des éclairages, donnant à voir différentes intensités lumineuses. Ce qui était à l’origine une expérience abstraite, s’est transformé quand des passants ont interpellé l’artiste, se regroupant autour de lui comme autour du feu, du foyer.

S’il travaille à partir d’objets et de phénomènes politiques, graphiques, optiques, Ismaïl Bahri ne cherche pas la captation brute. Usant de la mécanique du cinéma (déroulement, obturation, apparition), il met en place des dispositifs simples qu’il intercale entre l’observateur et ce qui est observé pour filtrer les informations et les altérer.