MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Françoise Pétrovitch

Françoise Pétrovitch
Présentation, 2004-2005

2004-2005
Lavis d’encre sur papier, 160 x 120 cm.
Collection MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne.
Acquis avec la participation du FRAM Île-de-France.
Photo © Jacques Faujour.

L’œuvre dessiné de Françoise Pétrovitch est axé sur des représentations de la féminité et de l’enfance. Tracés à l’encre, des corps nébuleux se détachent sur le fond blanc de grandes feuilles de papier.
La fragilité du matériau et du support, l’exécution sans retouche possible disent l’intention de l’artiste de ne pas figer ses figures dans des postures trop stables et définitives.
Comme des instantanés, elles donnent à voir une identité fluide, en devenir.
Dans la série « Tenir debout » (2OO4-2OO5), l’artiste cadre en plongée des jambes de femmes sur talons hauts. Immobiles ou en marche, ces fragments de corps sont prolongés par des ombres portées ou des objets symboliques, qui ouvrent des lectures multiples. Le réel s’hybride, s’ensorcelle, comme dans les mythes ou dans le monde du rêve. Les deux lavis de la série « Présentation » (2OO4-2OO5) troublent la représentation de la maternité. S’y mêlent le jeu enfantin de câlinage d’un doudou et un geste de protection/possession  : la douceur cohabite avec une certaine tension. Le titre renvoie à l’iconographie chrétienne et semble désigner un épisode biblique : Jésus, suivant le rituel hébraïque, est porté par sa mère pour être présenté au Temple.

L’œuvre dessiné de Françoise Pétrovitch est axé sur des représentations de la féminité et de l’enfance. Tracés à l’encre, des corps nébuleux se détachent sur le fond blanc de grandes feuilles de papier.
La fragilité du matériau et du support, l’exécution sans retouche possible disent l’intention de l’artiste de ne pas figer ses figures dans des postures trop stables et définitives.
Comme des instantanés, elles donnent à voir une identité fluide, en devenir.
Dans la série « Tenir debout » (2OO4-2OO5), l’artiste cadre en plongée des jambes de femmes sur talons hauts. Immobiles ou en marche, ces fragments de corps sont prolongés par des ombres portées ou des objets symboliques, qui ouvrent des lectures multiples. Le réel s’hybride, s’ensorcelle, comme dans les mythes ou dans le monde du rêve. Les deux lavis de la série « Présentation » (2OO4-2OO5) troublent la représentation de la maternité. S’y mêlent le jeu enfantin de câlinage d’un doudou et un geste de protection/possession  : la douceur cohabite avec une certaine tension. Le titre renvoie à l’iconographie chrétienne et semble désigner un épisode biblique : Jésus, suivant le rituel hébraïque, est porté par sa mère pour être présenté au Temple.

#

Françoise Pétrovitch
Présentation, 2004-2005

Ecouter ou télécharger l’audioguide de l’œuvre Présentation, du parcours #5

 
 !IE]> <—>

Françoise Pétrovitch
Présentation, 2004-2005

Ecouter ou télécharger l’audioguide de l’œuvre Présentation, du parcours #5