MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

  002/013  

François Morellet

Notice

François Morellet est l’artiste des paradoxes. Homme à la vie manifestement sérieuse (il a dirigé l’entreprise familiale à Cholet jusqu’en 1975), il n’en a pas moins toujours été artiste. Créateur en France de l’abstraction géométrique, il n’a de cesse de bousculer ses principes. Artiste, il se moque de l’inspiration et défend la place du spectateur.
Dès les années 1950, sa peinture remet en cause les choix arbitraires et le savoir-faire artistique ; Morellet soumet l’acte créateur à la définition d’un système, énoncé dès le titre : les règles du jeu (car il s’agit bien de jeu) sont données. Ce système, sur lequel repose l’élaboration de l’oeuvre, laisse une place importante au hasard qui devient, à partir de 1958, un constituant de son oeuvre.

La même année, il introduit la matière lumineuse comme matériau d’impression de l’oeil du spectateur. Déjà, il place ce dernier dans une situation de responsabilité et le charge de faire apparaître l’oeuvre, que ce soit avec Reflets dans l’eau déformés par le spectateur (1964) ou, deux ans plus tard, avec ces 56 lampes avec programmation aléatoire-poétique-géométrique, ingénument rebaptisée par l’équipe du MAC/VAL « NON, NUL, CUL, CON »… De façon aléatoire, une constellation d’ampoules lumineuses apparaît, soumise au hasard de la programmation. Le jeu consiste à faire naître des mots fondés sur des formes géométriques, des gros mots parfois ! Le jeu de mots est un principe actif de l’oeuvre de François Morellet. Vibrant successeur de l’esprit dada, l’artiste cultive ce moyen de voir et de décrier le monde.

Grâce à son humour féroce, il garde ses distances avec l’art, mais aussi, comme dans cette pièce effrontée, avec le monde. Il s’en cache pourtant un peu, car c’est au public qu’il revient de lancer ces « interjections grossières et dépréciatives » (Arnauld Pierre) en appuyant du pied sur la pédale. Que de souvenirs à l’installation de cette oeuvre pour l’ouverture du musée et de rires en prévision des visites officielles ou devant la surprise des visiteurs.

C’est bien ici que se situe pour toujours la force du manifeste du GRAV1 : « Nous voulons intéresser le spectateur, le sortir des inhibitions, le décontracter… » François Morellet fait avec cette oeuvre surgir l’amusement, mais parfois aussi la gêne du regardeur qui devient responsable de l’apparition de ces messages insolents, comme l’est irrémédiablement leur terrible inventeur.

A.F.