MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

  005/024  

Cyprien Gaillard

Notice

Cyprien Gaillard, diplômé de l’ECAL1 en 2005, vit entre Paris et Berlin. Né en 1980, il fait partie d’une génération venue après la fin des « grands récits » d’émancipation comme des avant-gardes artistiques. Il semble considérer l’histoire du paysage comme un tout. Avec humour, fascination et peut-être nostalgie, il part à la recherche des traces de la modernité.

Dans Desniansky Raion (2007), il propose une méditation en trois parties sur l’architecture moderniste. La vidéo montre successivement une rixe entre deux bandes de hooligans dans un bloc d’immeubles à l’Est, la mise en spectacle par un « son et lumière » de la destruction d’une barre d’immeubles à Meaux et, finalement, une vue aérienne d’une cité de Kiev qui fait apparaître une analogie avec les pierres dressées de Stonehenge. Un style radicalement nouveau, élaboré par des personnalités non-académiques (Loos, Gropius, Le Corbusier…), devient le signe d’un monde disparu ou déchu : l’Union soviétique, la République, le communisme… Le spectacle devient célébration funéraire tandis que, sous la barre d’immeubles, resurgissent la ruine et l’archéologie. L’humour et l’ironie sont aussi une composante du travail de Cyprien Gaillard.

Ainsi, dans La Grande Allée du château de Oiron (2008), il récupère les gravats issus de la démolition d’une tour d’Issyles- Moulineaux pour en recouvrir l’allée principale du château. Les révolutions du land art (in situ, usage du matériau brut, terrassement comme geste plastique) permettent de transmuer le résidu d’un immeuble indésirable en patrimoine. Avec Belief in the Age of Disbelief (2005), l’artiste introduit des immeubles contemporains dans des estampes hollandaises du xviie siècle. La série met en doute notre position temporelle. Nous voyons en même temps une image du passé et celle d’un futur (les immeubles modernes devenus les vestiges d’une civilisation disparue).
Ces paysages qui peuvent nous apparaître « traditionnels » aujourd’hui sont au contraire un moment de bascule : Rembrandt et ses pairs prennent comme motif le réel.

Choisir le paysage plutôt que des scènes religieuses, c’est dire aussi qu’une société nouvelle, plus égalitaire, portée vers la Réforme et les Lumières, a besoin de nouvelles images du monde. Cyprien Gaillard invite à voir le modernisme à la fois comme l’héritier lointain de la Réforme et comme un avatar des ruines romaines, dont le motif triomphe dans la peinture européenne précisément aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Ar.B