MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Tatiana Trouvé

L’œuvre de Tatiana Trouvé [1] se joue du temps et de l’espace, qu’elle réinvente sans cesse, créant une dimension parallèle à sa propre vie.
De 1997 à 2007, son travail s’est organisé autour d’un projet central, le Bureau d’Activités Implicites, décliné en différents Modules. Ce projet artistique se nourrit de sa propre expérience du monde professionnel, de ses multiples démarches pour rechercher un emploi. Depuis 1997, elle transforme cette recherche, devenue une activité à temps complet, en sujet et matière première de son œuvre. Elle archive les CV qu’elle envoie, conserve les réponses stéréotypées des entreprises et organise cette matière du « refus » et du « jamais » en un bureau : le Bureau d’Activités Implicites (B.A.I), dont le système bureaucratique révèle l’absurdité et l’inhumanité de la société du travail.
Cette autofiction plastique donne corps à son expérience intime et propose un espace où sont matérialisés le temps, l’attente, les refus, les projets non réalisés. Archive en trois dimensions, l’ensemble des maquettes documente un processus de travail qui s’est déroulé sur dix années. Présentées sur un plateau immense soutenu par des tréteaux, elles convoquent des références multiples : microarchitectures, prototypes…
Les Modules du B.A.I sont tout d’abord construits à l’échelle du corps humain, avant d’être réduits et réunis dans la Maquette du Bureau des Activités Implicites. Ce changement d’échelle induit une perception différente des espaces et renvoie à l’idée de la maîtrise, de l’autorité que l’on pense avoir sur les choses. À travers la question de l’espace et de la réduction, Tatiana Trouvé interroge la distance spatiale mais aussi temporelle. Elle s’intéresse à ce que serait une mémoire des objets et des lieux, une mémoire qui déforme la réalité, l’amplifiant ou la réduisant, accordant une place importante à l’oubli.

Découvrant le B.A.I, le spectateur se trouve dans la position d’un intrus visitant un lieu de travail abandonné par son ou ses usagers, il devient le témoin d’un corps opérant mais absent.
Tatiana Trouvé décrit son B.A.I comme la matrice générale de sa production artistique, comme le projet ayant permis la genèse de ses multiples systèmes de création et de réflexion.
Aujourd’hui, elle souhaite que les différentes maquettes évolutives du B.A.I ne soient pas dispersées, ce qui motive ce don de la maquette produite en 2007 à l’occasion de l’exposition «  Z.P.C Entreprises singulières » présentée au MAC/VAL.
En effet, le MAC/VAL conserve déjà parmi ses collections une maquette plus ancienne du B.A.I (2000) et la réunion de ces deux versions fait évidemment sens, aux côtés d’autres œuvres de l’artiste, comme Polder (2005) ou Expansion of a Closure Step 1 (2007), dans lesquelles certains éléments ou procédés découlent du projet initial du B.A.I.

[1Tatiana Trouvé est née en 1968, elle vit et travaille à Paris.
Lauréate du Prix Marcel Duchamp 2007, Tatiana Trouvé est aujourd’hui une figure majeure de la scène artistique internationale, ses œuvres sont conservées dans de nombreuses collections publiques et privées. Son travail s’inscrit résolument dans une dimension architecturale, son univers se précise, toujours plus construit, épuré, inquiétant, où la dimension temporelle prend le visiteur en tenaille et le retient prisonnier. Tatiana Trouvé est représentée par la Galerie Perrotin, Hong Kong & Paris et Johann König, Berlin.

L’œuvre de Tatiana Trouvé [1] se joue du temps et de l’espace, qu’elle réinvente sans cesse, créant une dimension parallèle à sa propre vie.
De 1997 à 2007, son travail s’est organisé autour d’un projet central, le Bureau d’Activités Implicites, décliné en différents Modules. Ce projet artistique se nourrit de sa propre expérience du monde professionnel, de ses multiples démarches pour rechercher un emploi. Depuis 1997, elle transforme cette recherche, devenue une activité à temps complet, en sujet et matière première de son œuvre. Elle archive les CV qu’elle envoie, conserve les réponses stéréotypées des entreprises et organise cette matière du « refus » et du « jamais » en un bureau : le Bureau d’Activités Implicites (B.A.I), dont le système bureaucratique révèle l’absurdité et l’inhumanité de la société du travail.
Cette autofiction plastique donne corps à son expérience intime et propose un espace où sont matérialisés le temps, l’attente, les refus, les projets non réalisés. Archive en trois dimensions, l’ensemble des maquettes documente un processus de travail qui s’est déroulé sur dix années. Présentées sur un plateau immense soutenu par des tréteaux, elles convoquent des références multiples : microarchitectures, prototypes…
Les Modules du B.A.I sont tout d’abord construits à l’échelle du corps humain, avant d’être réduits et réunis dans la Maquette du Bureau des Activités Implicites. Ce changement d’échelle induit une perception différente des espaces et renvoie à l’idée de la maîtrise, de l’autorité que l’on pense avoir sur les choses. À travers la question de l’espace et de la réduction, Tatiana Trouvé interroge la distance spatiale mais aussi temporelle. Elle s’intéresse à ce que serait une mémoire des objets et des lieux, une mémoire qui déforme la réalité, l’amplifiant ou la réduisant, accordant une place importante à l’oubli.

Découvrant le B.A.I, le spectateur se trouve dans la position d’un intrus visitant un lieu de travail abandonné par son ou ses usagers, il devient le témoin d’un corps opérant mais absent.
Tatiana Trouvé décrit son B.A.I comme la matrice générale de sa production artistique, comme le projet ayant permis la genèse de ses multiples systèmes de création et de réflexion.
Aujourd’hui, elle souhaite que les différentes maquettes évolutives du B.A.I ne soient pas dispersées, ce qui motive ce don de la maquette produite en 2007 à l’occasion de l’exposition «  Z.P.C Entreprises singulières » présentée au MAC/VAL.
En effet, le MAC/VAL conserve déjà parmi ses collections une maquette plus ancienne du B.A.I (2000) et la réunion de ces deux versions fait évidemment sens, aux côtés d’autres œuvres de l’artiste, comme Polder (2005) ou Expansion of a Closure Step 1 (2007), dans lesquelles certains éléments ou procédés découlent du projet initial du B.A.I.

# Maquette du Bureau d’Activités Implicites (B.A.I.)

2007
Matériaux mixtes, 90 x 740 x 370 cm.
Production MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne
© Adagp
Paris 2012
Photo Marc Domage

 

Maquette du Bureau d’Activités Implicites (B.A.I.)

2007
Matériaux mixtes, 90 x 740 x 370 cm.
Production MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne
© Adagp
Paris 2012
Photo Marc Domage