MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Nøne Futbol Club

Work n°78 : Ram-raided
Work n°78 : Ram-raided

Exposition du 24 octobre 2015 au 30 juin 2016.

Dignes héritiers des Nouveaux Réalistes, le duo Nøne Futbol Club agit par appropriation du champ urbain. Derrière ce nom malicieux se cachent deux jeunes artistes qui se sont rencontrés dans une école de graphisme et collaborent depuis 2009. Associant l’objet, le mot et la réflexion sur la valeur de l’art, ils s’attaquent à la société avec une radicalité redoutable. Tous deux ont été lauréats du 58e Salon de Montrouge en 2013, puis ont exposé dans les Modules — Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent au Musée des Tissus et Arts décoratifs de Lyon, puis au Palais de Tokyo. Plus récemment, au printemps 2015, le centre d’art Les Eglises de Chelles leur a consacré une exposition personnelle. À l’automne 2015, ils ont participé à l’exposition
« Co-Worker » du Musée d’art moderne de la ville de Paris.

Activistes et provocateurs, c’est avec humour qu’ils s’expriment au travers de gestes simples et signifiants. Ils se sont fait connaître en braquant leur école, une performance-hold up filmée par des caméras, à la manière de vidéosurveillance. Casqués, on les voit défoncer la porte de leur atelier des Beaux-Arts avec une voiture et repartir bredouilles. Le ton est donné, la jeunesse s’insurge ! Adeptes du second degré, ils conçoivent des formes accrocheuses, percutantes. Leur travail fonctionne sur le mode du retournement, du hacking artistique.

Le MAC VAL les a invités lors de l’été 2015 pour une carte blanche. Ils ont alors décidé de poursuivre leurs investigations autour du braquage, d’explorer ce sujet à travers de nouvelles formes plastiques. Ils avaient déjà travaillé avec des stores métalliques, notamment pour la création de Work n°357 : Magnum, 2013, révolver géant, réalisé à partir d’un volet roulant découpé. Les lamelles de métal s’enroulent sur elles-mêmes, profilant le canon de l’arme dans un réalisme étonnant. Le rideau protecteur et invincible est recyclé, devenant l’objet même du délit. Work n°78 : Ram-raided résulte de cette invitation. Cette fois-ci, ils cherchent à créer des réseaux de plis dans la matière et emboutissent un store avec une « voiture bélier », une voiture de cascadeur, un Chrysler Voyageur acheté d’occasion. Cette sculpture a été réalisée in situ, dans le parking du musée, où le rideau était maintenu dans le cadre d’un portique IPN et traversé par la voiture.
Le choc de l’impact crée une forme et plisse la tôle. Ce drapé « urbain » est ensuite présenté à la verticale, dans le jardin, soutenu par une structure métallique fichée dans le sol. Les lamelles de ce rideau perforé laissent filtrer la lumière, le jardin apparaît au travers de cette résille métallique qui laisse entrevoir un paysage vibrant, presque impressionniste, pointilliste. Cette sculpture s’accompagne d’une vidéo, sorte de « making of » réalisé dans le parking par des caméras croisées, filmant l’action depuis différents angles. Une des caméras est disposée au sol, procédé cinématographique utilisé pour accentuer l’effet de vitesse. Cette trace filmée de la performance rejoue la vidéosurveillance des postes de sécurité, diffusée simultanément sur plusieurs écrans. À partir des images photographiées des stores emboutis, des estampes sont réalisées, imprimées à l’encre noire sur papier, valorisant ces lignes verticales, ces réseaux de plis.

Nøne Futbol Club forge un art espiègle, engagé et s’inscrit dans la lignée d’artistes aux préoccupations sociopolitiques, comme Présence Panchounette, Société Réaliste ou Claire Fontaine, également présents dans la collection du MAC VAL.

Dignes héritiers des Nouveaux Réalistes, le duo Nøne Futbol Club agit par appropriation du champ urbain. Derrière ce nom malicieux se cachent deux jeunes artistes qui se sont rencontrés dans une école de graphisme et collaborent depuis 2009. Associant l’objet, le mot et la réflexion sur la valeur de l’art, ils s’attaquent à la société avec une radicalité redoutable. Tous deux ont été lauréats du 58e Salon de Montrouge en 2013, puis ont exposé dans les Modules — Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent au Musée des Tissus et Arts décoratifs de Lyon, puis au Palais de Tokyo. Plus récemment, au printemps 2015, le centre d’art Les Eglises de Chelles leur a consacré une exposition personnelle. À l’automne 2015, ils ont participé à l’exposition
« Co-Worker » du Musée d’art moderne de la ville de Paris.

Activistes et provocateurs, c’est avec humour qu’ils s’expriment au travers de gestes simples et signifiants. Ils se sont fait connaître en braquant leur école, une performance-hold up filmée par des caméras, à la manière de vidéosurveillance. Casqués, on les voit défoncer la porte de leur atelier des Beaux-Arts avec une voiture et repartir bredouilles. Le ton est donné, la jeunesse s’insurge ! Adeptes du second degré, ils conçoivent des formes accrocheuses, percutantes. Leur travail fonctionne sur le mode du retournement, du hacking artistique.

Le MAC VAL les a invités lors de l’été 2015 pour une carte blanche. Ils ont alors décidé de poursuivre leurs investigations autour du braquage, d’explorer ce sujet à travers de nouvelles formes plastiques. Ils avaient déjà travaillé avec des stores métalliques, notamment pour la création de Work n°357 : Magnum, 2013, révolver géant, réalisé à partir d’un volet roulant découpé. Les lamelles de métal s’enroulent sur elles-mêmes, profilant le canon de l’arme dans un réalisme étonnant. Le rideau protecteur et invincible est recyclé, devenant l’objet même du délit. Work n°78 : Ram-raided résulte de cette invitation. Cette fois-ci, ils cherchent à créer des réseaux de plis dans la matière et emboutissent un store avec une « voiture bélier », une voiture de cascadeur, un Chrysler Voyageur acheté d’occasion. Cette sculpture a été réalisée in situ, dans le parking du musée, où le rideau était maintenu dans le cadre d’un portique IPN et traversé par la voiture.
Le choc de l’impact crée une forme et plisse la tôle. Ce drapé « urbain » est ensuite présenté à la verticale, dans le jardin, soutenu par une structure métallique fichée dans le sol. Les lamelles de ce rideau perforé laissent filtrer la lumière, le jardin apparaît au travers de cette résille métallique qui laisse entrevoir un paysage vibrant, presque impressionniste, pointilliste. Cette sculpture s’accompagne d’une vidéo, sorte de « making of » réalisé dans le parking par des caméras croisées, filmant l’action depuis différents angles. Une des caméras est disposée au sol, procédé cinématographique utilisé pour accentuer l’effet de vitesse. Cette trace filmée de la performance rejoue la vidéosurveillance des postes de sécurité, diffusée simultanément sur plusieurs écrans. À partir des images photographiées des stores emboutis, des estampes sont réalisées, imprimées à l’encre noire sur papier, valorisant ces lignes verticales, ces réseaux de plis.

Nøne Futbol Club forge un art espiègle, engagé et s’inscrit dans la lignée d’artistes aux préoccupations sociopolitiques, comme Présence Panchounette, Société Réaliste ou Claire Fontaine, également présents dans la collection du MAC VAL.