MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Eric Hattan

« Into the White »
Du 27 juin au 1er novembre 2009

Créer à partir de ce qui est, renverser les évidences sont des leitmotivs chez le plasticien Éric Hattan qui ne se contente jamais de céder à la facilité. Pendant tout l’été, l’artiste reprend le flambeau de la carte blanche proposée par le MAC/VAL, en faisant une proposition artistique originale au coeur du parcours de la collection, actuellement présentée sous le titre « Je reviendrai ». L’exposition « Into the White » est un murmure, une micro-symphonie de l’intime ; des souvenirs du quotidien qui se teintent d’étrange. Cette exposition-parcours s’articule autour de moments fragiles que l’artiste a enregistrés lors de ses voyages dans le Grand Nord, ou tout simplement près de chez vous.

Présentation

Éric Hattan se pose en metteur en scène en captant des moments insolites, rares ou insignifiants. Saisir ces instants où quelque chose vacille - c’est ce qu’il propose dans ses installations qui se déploient comme un paysage mental. Centrale chez Hattan, cette notion de paysage intègre à la fois l’histoire et les qualités spatiales du lieu, le souvenir d’une oeuvre, d’une matrice et montre combien l’exposition est pour lui endroit d’écriture, générateur de visions, de matières, de projections. Pour le MAC/VAL, Éric Hattan retrouve ses pièces anciennes issues de ces voyages, s’insinue dans le parcours de la collection pour dialoguer avec les oeuvres et l’architecture.
L’artiste choisit de suspendre des caisses de transport qui habitent les grandes hauteurs sous plafond des salles du musée, révélant cette qualité architecturale
propre au lieu. Il dissémine également dans les différents espaces d’exposition des vidéos, telles un fil d’Ariane guidant le visiteur.

Particulièrement sensible aux espaces, Eric Hattan aime ausculter les lieux. L’existant est pour lui toujours le point de départ de son intervention. Il pense aussi qu’il faut créer des endroits qui agissent comme des rendez-vous pour le public. Intuitif, son travail se construit également autour du détournement de l’objet - en impliquant les visiteurs qui se mettent à fabriquer à nouveau le réel.
Curieux d’explorer les limites des arts, à l’instar de nombreux artistes qui se sont employés à brouiller les pistes de l’ancestrale mimétique, par les jeux de la fausse perspective, de l’image inversée, Hattan crée ses maquettes illusionnistes. Espaces d’espace que le regardeur complète en s’approchant de l’oeilleton. Ainsi, il implique le spectateur dans une confrontation entre la réalité physique et l’illusion visuelle. Non sans humour, Eric Hattan s’est pris au jeu de la carte blanche et offre aux visiteurs un retournement de situation qui nous permet d’apprécier l’envers du décor.

Entretien entre Eric Hattan et Alexia Fabre

Alexia Fabre : Comment as-tu reçu cette invitation à intervenir dans un parcours, dans un musée et surtout dans une collection ?

Eric Hattan : Ma volonté était d’intervenir avec mon propre parcours, de ne pas produire de nouvelles pièces mais d’utiliser des oeuvres issues de ma pratique artistique. Ainsi, mon travail rencontre le Parcours #3 du musée. J’ai, bien sûr, essayé de choisir ces oeuvres en rapport avec celles de la collection, avec plus ou moins de liberté.

A. F. : Ta carte blanche s’intitule “Into the White”. Peux-tu nous éclairer sur ce titre ? Quel est ton intention dans ce projet ?

E. H. : Le titre de ce projet comporte un double sens. Il fait, tout d’abord référence au roman qui devint par la suite un film « Into the wild ». C’est également le titre d’une oeuvre que j’ai réalisée : je suis dans une voiture, une caméra filme la route, devant moi, un camion que l’on ne voit pas. On ne distingue rien car la circulation provoque la formation d’une poussière de neige qui aveugle le spectateur et le plonge dans un nuage blanc.

A. F. : Pour en revenir à l’essence de ton travail, la thématique du voyage est-elle constitutive de ton oeuvre ?

E. H.  : Oui. Je vois le voyage comme une manière d’apprendre, de voir des choses différemment, de revenir sur des éléments que l’on a déjà vus.
Des éléments très différents seront exposés, mais ils parleront d’un parcours et d’un voyage, de mon propre voyage.

A. F. : Tu disais tout à l’heure que tu travaillais à partir de rien. Ne serait-ce pas cela ton style ?

E. H. : Non, c’est le contraire. Je n’ai pas le sentiment de créer à partir de rien mais de créer à partir de ce qui est. Il me faut absolument quelque chose qui soit déjà là et dans le cadre de la carte blanche, c’est le parcours de la collection qui est mon point de départ.

A. F. : Comment as-tu abordé cette collection ?

E. H. : D’une manière très simple et peut-être poétique aussi. Je l’ai parcourue plusieurs fois, ce qui m’a amené à m’intéresser au lieu et à son architecture. Et, certaines oeuvres de la collection ont fait une sorte d’écho dans ma mémoire. […] Mais, il n’y a jamais une explication vraiment juste. Je ne peux pas expliquer mon choix pour tel ou tel travail. Il n’y a pas une raison mais plutôt un sentiment.

A. F. : Il est aussi question de regards et de surprises dans cette exposition. La surprise chez toi est mise en scène. Tu utilises notamment les oeilletons dans ton travail pour ouvrir sur un espace qui n’existe pas, qui est une création complète.

E. H. : Oui et également pour perturber l’oeil car on ne croit que ce que l’on voit.

A. F. : Parlons de la genèse de ton projet. Tu es le deuxième artiste de la carte blanche, invité à intervenir sur le parcours de la collection. Tu interviens donc après Alain Bublex qui a réinterprété la collection en « Nocturne ». Pour ta part, tu as fait le choix de ramener la lumière. De faire de la lumière et du blanc, le sujet même de ton approche du musée…

E. H. : Oui, c’est en effet une relecture de la relecture. Ce qui est assez important car je crois que l’intervention d’Alain Bublex m’a aidé à développer mon propre projet. Pour moi, c’était tout à fait l’opposé : je n’avais aucun lien avec cette collection et cela me permettait d’agir probablement beaucoup plus librement. J’avais cette liberté d’intervenir avec ma propre collection.

A. F. : Finalement, sans en avoir l’air, n’est-ce pas en quelque sorte une rétrospective de ton travail ?

E. H. : Oui, tout à fait. Et cela correspondait avec un moment de relecture de mon propre travail. Je viens de ressortir à l’air libre de mon atelier, l’ensemble de mes oeuvres pour les revoir.

A. F. : Tu as, par rapport à la proposition d’Alain Bublex, demandé à ce que l’on garde les cartels comme des traces de l’exposition.

E. H. : Oui, mais nous allons les rayer. Les oeuvres d’Alain Bublex qui étaient présentes dans le parcours de la collection et les socles resteront.

A. F. : L’histoire se poursuit donc autrement mais elle garde des traces, se sédimente. Peux-tu nous parler de l’oeuvre qui clôture le parcours ? Elle est en quelque sorte une fin qui n’en est pas une…

E. H. : Cette pièce s’intitule Il faut continuer. C’est une échelle sous laquelle sont suspendus trois seaux où il est écrit le titre de l’oeuvre. Deux des seaux ont le fond percé, dans le troisième, il y a un peu d’eau. Le visiteur est invité à vider l’eau qu’il contient dans le seau le plus haut…

A. F. : Tu défends donc l’idée qu’une collection de musée est une oeuvre ouverte, exposée à l’interprétation. Cette question du regard est présente dans tes oeuvres et dans ta relecture du Parcours #3. Nous ne sommes absolument pas dans une proposition autoritaire.

E. H. : Non, en effet, cela ne m’intéresse pas vraiment même si j’ai aussi un coté autoritaire. Je pense qu’il y a une multitude de possibilités de voir et de comprendre une chose.

Éléments biographiques

Eric Hattan
Né en 1955 à Wettingen (Suisse)
Vit et travaille à Bâle et Paris.

Expositions personnelles (sélection)

2009
« Into the White », MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine, France.

2008
Espace Beaux-Arts, le Printemps de Septembre, Toulouse, France.
« S cul türe Physique », Galerie Art Attitude Hervé Bize, Nancy, France.

2007
Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.

2006
« Canncellation », Nicolas Krupp contemporary art gallery, Bâle, Suisse.

2005
« Echelle. Echec et Réverb », MAMCS Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg, France.
« Vous êtes chez moi », FRAC Alsace, Sélestat, France.

2004
Kunstverein Bremerhaven, Bremerhaven, Allemagne

2003
« Kennen sie DIE ? E.H. & Werner Reiterer », Kunsthaus Baselland Muttenz/Bâle, Suisse.
« Vu à », Ecole Régional des Beaux-Arts et La Plate Forme, Dunkerque, France.
« Liquid Concrete », Swiss Institut, New York.

2001
« Beton liquide », MAMCO Musée d’art moderne et contemporain, Genève, Suisse.

2000
« You never know what you need », Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.
« Beton liquide », Aargauer Kunsthaus, Aarau, Suisse.
Attitudes au festival Vision du Réel, Nyon, Suisse

Expositions collectives (sélection)

2009
« Urban Ping-Pong », Centre d’art contemporain d’Ivry, Galerie Fernand Léger, Ivry-sur-seine, France.
« Days & Decades », Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.
2008
« Dalir og Holar », Sadarholt, Islande.
« Valeurs croisées », Les ateliers de Rennes, Biennale d’art contemporain, Rennes, France.

2006
« The Universe in a Handkerchief’ », Galerie Yujiro, commissaires : Anthony Spira et James Smith, Londres.
« Reprocessing Reality » , P.S.1 Contemporary Art Centre, commissaire : Claudia Spinelli, New York.

2004
« Situations construites », 10 ans d’attitudes, Attitudes, Genève, Suisse.
« Metamorph » , Neuvième Biennale de Venise, Internationale Architekturbiennale, Venise, Italie.
« So wie die Dinge liegen », Phoenix Halle, Dortmund, Allemagne.

2003
« Buenos dias Buenos Aires », Museo de Arte Moderno, Commissaire : Attitudes Genève, Buenos Aires, Argentine.
« Paris Nuit Blanche », Ville de Paris, Secteur Bibliothèque National, Paris, France.
« Pantalla Suiza », Museo Nacional Reina Sofia, commissaire : Attitudes Genève, Madrid, Espagne.

2002
« In capital letters », Kunsthalle, Bâle, Suisse.
« Énergies de résistance », Attitudes, Genève, Suisse.

2001
« Nightscape », Stadthaus Ulm, Allemagne.
« Dans le désordre/si possible », Forum itinérant au Maillon, Strasbourg, France.
« Under pressure », Swiss Institute, New York.

2000
« Paris pour escale », ARC Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Paris, France.
« Motti, Büchel, Hattan », Galerie Nicolas Krupp, Bâle, Suisse.
« On of those days », Kunstverein Mannheim, Allemagne.
« The Corridor 20Years », Municipal Museum, Reykjavik, Islande.
« AIR-AIR, Grimaldi Forum », Monaco.
« TRANSFERT Kunst im Urbanen Raum », Biel-Bienne, Suisse.
« Berlin.Cruce de caminos », Sala Plaza de Espagna, Madrid, espagne.

Présentation

Éric Hattan se pose en metteur en scène en captant des moments insolites, rares ou insignifiants. Saisir ces instants où quelque chose vacille - c’est ce qu’il propose dans ses installations qui se déploient comme un paysage mental. Centrale chez Hattan, cette notion de paysage intègre à la fois l’histoire et les qualités spatiales du lieu, le souvenir d’une oeuvre, d’une matrice et montre combien l’exposition est pour lui endroit d’écriture, générateur de visions, de matières, de projections. Pour le MAC/VAL, Éric Hattan retrouve ses pièces anciennes issues de ces voyages, s’insinue dans le parcours de la collection pour dialoguer avec les oeuvres et l’architecture.
L’artiste choisit de suspendre des caisses de transport qui habitent les grandes hauteurs sous plafond des salles du musée, révélant cette qualité architecturale
propre au lieu. Il dissémine également dans les différents espaces d’exposition des vidéos, telles un fil d’Ariane guidant le visiteur.

Particulièrement sensible aux espaces, Eric Hattan aime ausculter les lieux. L’existant est pour lui toujours le point de départ de son intervention. Il pense aussi qu’il faut créer des endroits qui agissent comme des rendez-vous pour le public. Intuitif, son travail se construit également autour du détournement de l’objet - en impliquant les visiteurs qui se mettent à fabriquer à nouveau le réel.
Curieux d’explorer les limites des arts, à l’instar de nombreux artistes qui se sont employés à brouiller les pistes de l’ancestrale mimétique, par les jeux de la fausse perspective, de l’image inversée, Hattan crée ses maquettes illusionnistes. Espaces d’espace que le regardeur complète en s’approchant de l’oeilleton. Ainsi, il implique le spectateur dans une confrontation entre la réalité physique et l’illusion visuelle. Non sans humour, Eric Hattan s’est pris au jeu de la carte blanche et offre aux visiteurs un retournement de situation qui nous permet d’apprécier l’envers du décor.

Entretien entre Eric Hattan et Alexia Fabre

Alexia Fabre : Comment as-tu reçu cette invitation à intervenir dans un parcours, dans un musée et surtout dans une collection ?

Eric Hattan : Ma volonté était d’intervenir avec mon propre parcours, de ne pas produire de nouvelles pièces mais d’utiliser des oeuvres issues de ma pratique artistique. Ainsi, mon travail rencontre le Parcours #3 du musée. J’ai, bien sûr, essayé de choisir ces oeuvres en rapport avec celles de la collection, avec plus ou moins de liberté.

A. F. : Ta carte blanche s’intitule “Into the White”. Peux-tu nous éclairer sur ce titre ? Quel est ton intention dans ce projet ?

E. H. : Le titre de ce projet comporte un double sens. Il fait, tout d’abord référence au roman qui devint par la suite un film « Into the wild ». C’est également le titre d’une oeuvre que j’ai réalisée : je suis dans une voiture, une caméra filme la route, devant moi, un camion que l’on ne voit pas. On ne distingue rien car la circulation provoque la formation d’une poussière de neige qui aveugle le spectateur et le plonge dans un nuage blanc.

A. F. : Pour en revenir à l’essence de ton travail, la thématique du voyage est-elle constitutive de ton oeuvre ?

E. H.  : Oui. Je vois le voyage comme une manière d’apprendre, de voir des choses différemment, de revenir sur des éléments que l’on a déjà vus.
Des éléments très différents seront exposés, mais ils parleront d’un parcours et d’un voyage, de mon propre voyage.

A. F. : Tu disais tout à l’heure que tu travaillais à partir de rien. Ne serait-ce pas cela ton style ?

E. H. : Non, c’est le contraire. Je n’ai pas le sentiment de créer à partir de rien mais de créer à partir de ce qui est. Il me faut absolument quelque chose qui soit déjà là et dans le cadre de la carte blanche, c’est le parcours de la collection qui est mon point de départ.

A. F. : Comment as-tu abordé cette collection ?

E. H. : D’une manière très simple et peut-être poétique aussi. Je l’ai parcourue plusieurs fois, ce qui m’a amené à m’intéresser au lieu et à son architecture. Et, certaines oeuvres de la collection ont fait une sorte d’écho dans ma mémoire. […] Mais, il n’y a jamais une explication vraiment juste. Je ne peux pas expliquer mon choix pour tel ou tel travail. Il n’y a pas une raison mais plutôt un sentiment.

A. F. : Il est aussi question de regards et de surprises dans cette exposition. La surprise chez toi est mise en scène. Tu utilises notamment les oeilletons dans ton travail pour ouvrir sur un espace qui n’existe pas, qui est une création complète.

E. H. : Oui et également pour perturber l’oeil car on ne croit que ce que l’on voit.

A. F. : Parlons de la genèse de ton projet. Tu es le deuxième artiste de la carte blanche, invité à intervenir sur le parcours de la collection. Tu interviens donc après Alain Bublex qui a réinterprété la collection en « Nocturne ». Pour ta part, tu as fait le choix de ramener la lumière. De faire de la lumière et du blanc, le sujet même de ton approche du musée…

E. H. : Oui, c’est en effet une relecture de la relecture. Ce qui est assez important car je crois que l’intervention d’Alain Bublex m’a aidé à développer mon propre projet. Pour moi, c’était tout à fait l’opposé : je n’avais aucun lien avec cette collection et cela me permettait d’agir probablement beaucoup plus librement. J’avais cette liberté d’intervenir avec ma propre collection.

A. F. : Finalement, sans en avoir l’air, n’est-ce pas en quelque sorte une rétrospective de ton travail ?

E. H. : Oui, tout à fait. Et cela correspondait avec un moment de relecture de mon propre travail. Je viens de ressortir à l’air libre de mon atelier, l’ensemble de mes oeuvres pour les revoir.

A. F. : Tu as, par rapport à la proposition d’Alain Bublex, demandé à ce que l’on garde les cartels comme des traces de l’exposition.

E. H. : Oui, mais nous allons les rayer. Les oeuvres d’Alain Bublex qui étaient présentes dans le parcours de la collection et les socles resteront.

A. F. : L’histoire se poursuit donc autrement mais elle garde des traces, se sédimente. Peux-tu nous parler de l’oeuvre qui clôture le parcours ? Elle est en quelque sorte une fin qui n’en est pas une…

E. H. : Cette pièce s’intitule Il faut continuer. C’est une échelle sous laquelle sont suspendus trois seaux où il est écrit le titre de l’oeuvre. Deux des seaux ont le fond percé, dans le troisième, il y a un peu d’eau. Le visiteur est invité à vider l’eau qu’il contient dans le seau le plus haut…

A. F. : Tu défends donc l’idée qu’une collection de musée est une oeuvre ouverte, exposée à l’interprétation. Cette question du regard est présente dans tes oeuvres et dans ta relecture du Parcours #3. Nous ne sommes absolument pas dans une proposition autoritaire.

E. H. : Non, en effet, cela ne m’intéresse pas vraiment même si j’ai aussi un coté autoritaire. Je pense qu’il y a une multitude de possibilités de voir et de comprendre une chose.

Éléments biographiques

Eric Hattan
Né en 1955 à Wettingen (Suisse)
Vit et travaille à Bâle et Paris.

Expositions personnelles (sélection)

2009
« Into the White », MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine, France.

2008
Espace Beaux-Arts, le Printemps de Septembre, Toulouse, France.
« S cul türe Physique », Galerie Art Attitude Hervé Bize, Nancy, France.

2007
Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.

2006
« Canncellation », Nicolas Krupp contemporary art gallery, Bâle, Suisse.

2005
« Echelle. Echec et Réverb », MAMCS Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg, France.
« Vous êtes chez moi », FRAC Alsace, Sélestat, France.

2004
Kunstverein Bremerhaven, Bremerhaven, Allemagne

2003
« Kennen sie DIE ? E.H. & Werner Reiterer », Kunsthaus Baselland Muttenz/Bâle, Suisse.
« Vu à », Ecole Régional des Beaux-Arts et La Plate Forme, Dunkerque, France.
« Liquid Concrete », Swiss Institut, New York.

2001
« Beton liquide », MAMCO Musée d’art moderne et contemporain, Genève, Suisse.

2000
« You never know what you need », Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.
« Beton liquide », Aargauer Kunsthaus, Aarau, Suisse.
Attitudes au festival Vision du Réel, Nyon, Suisse

Expositions collectives (sélection)

2009
« Urban Ping-Pong », Centre d’art contemporain d’Ivry, Galerie Fernand Léger, Ivry-sur-seine, France.
« Days & Decades », Skopia Art contemporain, Genève, Suisse.
2008
« Dalir og Holar », Sadarholt, Islande.
« Valeurs croisées », Les ateliers de Rennes, Biennale d’art contemporain, Rennes, France.

2006
« The Universe in a Handkerchief’ », Galerie Yujiro, commissaires : Anthony Spira et James Smith, Londres.
« Reprocessing Reality » , P.S.1 Contemporary Art Centre, commissaire : Claudia Spinelli, New York.

2004
« Situations construites », 10 ans d’attitudes, Attitudes, Genève, Suisse.
« Metamorph » , Neuvième Biennale de Venise, Internationale Architekturbiennale, Venise, Italie.
« So wie die Dinge liegen », Phoenix Halle, Dortmund, Allemagne.

2003
« Buenos dias Buenos Aires », Museo de Arte Moderno, Commissaire : Attitudes Genève, Buenos Aires, Argentine.
« Paris Nuit Blanche », Ville de Paris, Secteur Bibliothèque National, Paris, France.
« Pantalla Suiza », Museo Nacional Reina Sofia, commissaire : Attitudes Genève, Madrid, Espagne.

2002
« In capital letters », Kunsthalle, Bâle, Suisse.
« Énergies de résistance », Attitudes, Genève, Suisse.

2001
« Nightscape », Stadthaus Ulm, Allemagne.
« Dans le désordre/si possible », Forum itinérant au Maillon, Strasbourg, France.
« Under pressure », Swiss Institute, New York.

2000
« Paris pour escale », ARC Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Paris, France.
« Motti, Büchel, Hattan », Galerie Nicolas Krupp, Bâle, Suisse.
« On of those days », Kunstverein Mannheim, Allemagne.
« The Corridor 20Years », Municipal Museum, Reykjavik, Islande.
« AIR-AIR, Grimaldi Forum », Monaco.
« TRANSFERT Kunst im Urbanen Raum », Biel-Bienne, Suisse.
« Berlin.Cruce de caminos », Sala Plaza de Espagna, Madrid, espagne.