MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Instagram Viméo

Alain Bublex

"Nocturne"
du 06/03/2009 au 07/06/2009
Premier Invité du MAC/VAL dans le cadre d’une carte blanche, Alain Bublex propose une double relecture du parcours de la collection en remettant en chantier son propre travail et celui des liens qui se construisent au fil des oeuvres. De nouvelles productions ainsi que des oeuvres anciennes cohabitent au sein d’une scénographie qui fait oeuvre totale. Comme dans une fiction cinématographique où un bouleversement se trame, Alain Bublex réussit à transformer radicalement notre perception des oeuvres de la collection.

Dans ce projet intitulé "Nocturne", l’artiste prend un malin plaisir à dérégler les codes attendus de l’accrochage : il choisit d’occulter la lumière pour plonger le visiteur dans un temps plus énigmatique, intime et mystérieux. Ainsi, ses propres œuvres se fondent véritablement dans le parcours, laissant émerger entre autre les pièces de : Sarkis, Tatiana Trouvé, Kimsooja, Pierre Ardouvin, Cécile Paris… Il entend produire des ralentissements tout au long de ce parcours dédié au voyage et insinue son travail dans tout l’espace du musée. À la logique de la vitesse, il préfère répondre par la lenteur.

Avec cette liberté buissonnière insolente qui caractérise l’approche de ce projet, Alain Bublex confirme qu’il est passé maître dans l’art du déplacement.

Le musée a initié en 2009 un projet de cartes blanches données à des artistes invités à réagir au parcours des collections. Alain Bublex puis Éric Hattan ont ainsi, pendant quelques semaines, investi les espaces d’exposition permanente habités par l’accrochage « Je reviendrai ».
Abordant la question du voyage, ce parcours se prêtait particulièrement à cet exercice de mouvance, proche de la transformation d’un paysage. Pensé telle une ossature à incarner, le parcours permanent devient matière à questionner l’exposition comme médium, à réévaluer sa temporalité, à
reconsidérer la place et le regard du spectateur. Adoptant cette figure double
d’artiste-commissaire, les artistes conviés ont inventé des dispositifs d’exposition audacieux à travers deux propositions singulières qui se sont répondu.

Avec son projet « Nocturne », Alain Bublex est le premier artiste à réinterpréter, par sa présence et celle de ses œuvres, la base que représente l’accrochage. Depuis le début des années 1990, son travail
met en jeu l’architecture, le design, la photographie, le dessin, la vidéo pour inventer un regard mobile à poser sur le paysage. Artiste important de l’histoire du MAC/VAL, il l’accompagne dès l’origine de sa construction. En réponse à une commande, il a créé en 2002 cinq Plug-in-city Vitry sur-Seine, qui ont fortement contribué à l’animation du chantier ; un Algeco accueillait alors la collection et le projet en devenir. Les questions de
l’itinérance, du déplacement, de l’errance sont très présentes dans son travail, rejoignant les problématiques de l’accrochage. Dès lors, l’inviter à amorcer cette série de cartes blanches était une évidence.

« Lorsque l’on dit “Je reviendrai”, on pense tout de suite au départ, je voulais aussi m’arrêter sur son pendant : l’absence. »
Alain Bublex choisit tout d’abord de retirer du musée toute la lumière naturelle et d’éteindre entièrement le dispositif d’éclairage artificiel. L’idée était de montrer un musée la nuit, au repos, lorsque personne n’est présent… Les œuvres seules et se donnant à voir d’une façon différente.
L’artiste remplace l’éclairage habituel par un éclairage de chantier. De ce fait, aucune oeuvre n’est éclairée directement. Les spots éclairent les murs blancs qui réfléchissent leur lumière dans une sorte de pénombre, « entre chien et loup ». L’évidence des liens existant entre les œuvres s’en trouve réduit, les associations sont à reconstruire.

Véhicules détournés et customisés, papiers peints, photographies, vidéos : Alain Bublex dissémine ses propres oeuvres selon un principe d’infiltration et d’accumulation qui s’amplifie au fil du parcours. Comme des voix qui se recouvrent les unes les autres, ses oeuvres se superposent à celles de l’accrochage. Ses photographies s’ajoutent à celles d’Elina Brotherus ou de Gwen Rouvillois pour se rejoindre dans une contemplation active du paysage. Ses vidéos croisent celles de Cécile Paris, recréant l’épaisseur d’un paysage diurne qui inclut le spectateur.

L’artiste a sélectionné parmi ses propres œuvres des objets inachevés, en chantier, dont la réalisation avait été suspendue, interrompue, avec l’idée que le travail effectué puisse servir d’arrière-plan au projet en cours. Par exemple l’Aérofiat, regroupement d’études aérodynamiques inspirées des recherches des années 1930 et appliquées à un véhicule contemporain, ici une Fiat 126. Visiblement bricolé, loin de ses ambitions révolutionnaires, le prototype hybride qui en résulte est présenté en pièces détachées, en vrac, à même le sol du musée.

Depuis une dizaine d’années, l’intérêt de l’artiste pour l’architecture l’amène à réactiver par le dessin et la photo l’une des propositions utopiques imaginées dans les années 1960 par Peter Cook et le collectif Archigram : l’idée d’une ville modulable, durablement en chantier, dont les structures d’habitation évoluent en même temps que sa démographie. La photographie Plug-in city 1964-2000 acquise en 2001 par le MAC/VAL est la première pièce de ce programme de réinvention du réel.
Le chantier inscrit sa durée dans le provisoire, en cela il rejoint le temps des utopies vécues, leur caractère éphémère et leur instabilité préservant leur essence révolutionnaire. Alors que dans l’idéologie occidentale dominante l’éphémère est moins essentiel que le durable, Alain Bublex offre du temps court à la permanence de l’exposition des collections.
Avec Awareness Box, l’utopie se concrétise encore un peu plus : un appareil à voir le monde permet de capter sur un écran une image du site de la prise de vue, mais sans pouvoir en conserver la trace. L’idée n’est
pas de parvenir à une commercialisation, mais plutôt d’entraîner un industriel (Samsung) dans l’étude d’un objet qui ne sert à rien.

Le 7 juin 2009, Alain Bublex décroche sa « Nocturne ». Il décide cependant, comme trace de son passage, de laisser les socles qui ont soutenu ses propres œuvres. Comme autant de sculptures minimales, les blocs blancs abandonnés se trouvent alors dans l’attente d’un nouveau départ.

L.H.

Le musée a initié en 2009 un projet de cartes blanches données à des artistes invités à réagir au parcours des collections. Alain Bublex puis Éric Hattan ont ainsi, pendant quelques semaines, investi les espaces d’exposition permanente habités par l’accrochage « Je reviendrai ».
Abordant la question du voyage, ce parcours se prêtait particulièrement à cet exercice de mouvance, proche de la transformation d’un paysage. Pensé telle une ossature à incarner, le parcours permanent devient matière à questionner l’exposition comme médium, à réévaluer sa temporalité, à
reconsidérer la place et le regard du spectateur. Adoptant cette figure double
d’artiste-commissaire, les artistes conviés ont inventé des dispositifs d’exposition audacieux à travers deux propositions singulières qui se sont répondu.

Avec son projet « Nocturne », Alain Bublex est le premier artiste à réinterpréter, par sa présence et celle de ses œuvres, la base que représente l’accrochage. Depuis le début des années 1990, son travail
met en jeu l’architecture, le design, la photographie, le dessin, la vidéo pour inventer un regard mobile à poser sur le paysage. Artiste important de l’histoire du MAC/VAL, il l’accompagne dès l’origine de sa construction. En réponse à une commande, il a créé en 2002 cinq Plug-in-city Vitry sur-Seine, qui ont fortement contribué à l’animation du chantier ; un Algeco accueillait alors la collection et le projet en devenir. Les questions de
l’itinérance, du déplacement, de l’errance sont très présentes dans son travail, rejoignant les problématiques de l’accrochage. Dès lors, l’inviter à amorcer cette série de cartes blanches était une évidence.

« Lorsque l’on dit “Je reviendrai”, on pense tout de suite au départ, je voulais aussi m’arrêter sur son pendant : l’absence. »
Alain Bublex choisit tout d’abord de retirer du musée toute la lumière naturelle et d’éteindre entièrement le dispositif d’éclairage artificiel. L’idée était de montrer un musée la nuit, au repos, lorsque personne n’est présent… Les œuvres seules et se donnant à voir d’une façon différente.
L’artiste remplace l’éclairage habituel par un éclairage de chantier. De ce fait, aucune oeuvre n’est éclairée directement. Les spots éclairent les murs blancs qui réfléchissent leur lumière dans une sorte de pénombre, « entre chien et loup ». L’évidence des liens existant entre les œuvres s’en trouve réduit, les associations sont à reconstruire.

Véhicules détournés et customisés, papiers peints, photographies, vidéos : Alain Bublex dissémine ses propres oeuvres selon un principe d’infiltration et d’accumulation qui s’amplifie au fil du parcours. Comme des voix qui se recouvrent les unes les autres, ses oeuvres se superposent à celles de l’accrochage. Ses photographies s’ajoutent à celles d’Elina Brotherus ou de Gwen Rouvillois pour se rejoindre dans une contemplation active du paysage. Ses vidéos croisent celles de Cécile Paris, recréant l’épaisseur d’un paysage diurne qui inclut le spectateur.

L’artiste a sélectionné parmi ses propres œuvres des objets inachevés, en chantier, dont la réalisation avait été suspendue, interrompue, avec l’idée que le travail effectué puisse servir d’arrière-plan au projet en cours. Par exemple l’Aérofiat, regroupement d’études aérodynamiques inspirées des recherches des années 1930 et appliquées à un véhicule contemporain, ici une Fiat 126. Visiblement bricolé, loin de ses ambitions révolutionnaires, le prototype hybride qui en résulte est présenté en pièces détachées, en vrac, à même le sol du musée.

Depuis une dizaine d’années, l’intérêt de l’artiste pour l’architecture l’amène à réactiver par le dessin et la photo l’une des propositions utopiques imaginées dans les années 1960 par Peter Cook et le collectif Archigram : l’idée d’une ville modulable, durablement en chantier, dont les structures d’habitation évoluent en même temps que sa démographie. La photographie Plug-in city 1964-2000 acquise en 2001 par le MAC/VAL est la première pièce de ce programme de réinvention du réel.
Le chantier inscrit sa durée dans le provisoire, en cela il rejoint le temps des utopies vécues, leur caractère éphémère et leur instabilité préservant leur essence révolutionnaire. Alors que dans l’idéologie occidentale dominante l’éphémère est moins essentiel que le durable, Alain Bublex offre du temps court à la permanence de l’exposition des collections.
Avec Awareness Box, l’utopie se concrétise encore un peu plus : un appareil à voir le monde permet de capter sur un écran une image du site de la prise de vue, mais sans pouvoir en conserver la trace. L’idée n’est
pas de parvenir à une commercialisation, mais plutôt d’entraîner un industriel (Samsung) dans l’étude d’un objet qui ne sert à rien.

Le 7 juin 2009, Alain Bublex décroche sa « Nocturne ». Il décide cependant, comme trace de son passage, de laisser les socles qui ont soutenu ses propres œuvres. Comme autant de sculptures minimales, les blocs blancs abandonnés se trouvent alors dans l’attente d’un nouveau départ.

L.H.

#

JPEG - 315.6 ko
JPEG - 319.5 ko
JPEG - 319.9 ko
JPEG - 263.5 ko
JPEG - 266 ko
JPEG - 268.9 ko
 

JPEG - 315.6 ko
JPEG - 319.5 ko
JPEG - 319.9 ko
JPEG - 263.5 ko
JPEG - 266 ko
JPEG - 268.9 ko